AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un démon angélique

Sam 5 Nov - 16:35
Wilfrid avait terminé son service. Il avait été de garde cette nuit, il pouvait enfin allé se reposer. Il était 8h passé. En se déplaçant, il pouvait croisé les détenus qui se déplaçaient. Voir leur tête était assez drôle, ils avaient le regard fatigué de ceux qui ont mal dormi.

L'infirmier passa devant les cabinets des psy. Il entendit un éclatement de voix. C'était agressif. Ce n'était pas normal. Inquiet, Wilfrid se rapprocha du cabinet. Il n'essayait pas d'avoir des informations intéressantes, il voulait juste savoir si tout allait bien.

En se rapprochant de la porte, il entendit des insultes. Puis il eut un bruit sourd. On aurait dit que le bureau venait d'être renversé. Là, c'était vraiment inquiétant. Sans attendre, Wil ouvrit la porte sans hésiter.

Le spectacle était saisissant, un détenu avait renversé le bureau et était en train de menacer la psy. C'était une nouvelle membre du personnel. Elle s'était faîte frapper ?

Le sang de Wil ne fit qu'un tour, il se jeta sur le détenu. Il l'attrapa par le dessous des épaules et le jeta violemment au dehors du cabinet. L'homme avait l'air surpris. Le détenu se mit à hurler:

-Putain ! Salope !! Je vais la buter !

Il commençait à se relever, l'air bien décidé. Wil se mit devant la porte, bloquant le passage. Prêt à en découdre.

La dernière fois qu'il s'était battu remonter à plusieurs mois. Là il n’hésiterait pas. Lui foutre des coups de poings serrait presque agréable. Mais c'était lui le membre de personnel, c'était à lui de rester calme.

Pour le moment.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/09/2016
Sam 5 Nov - 19:01


NERF THIS.


8h du matin. Tu venais de commencer ton service. Comme à ton habitude, tu attendais derrière ton bureau ton premier client. Celui-ci ne tarda pas à arriver d'ailleurs. Une espèce de gros loubard, dont le visage était parsemé de cicatrice. Tu lui demandas de s'asseoir sur le siège prévu pour eux et l'attacha au niveau des poignets grâce aux lanières que tu avais demandé, « pour la sécurité du personnel ».

Le rendez-vous se passa comme la plupart des autres. Une petite fille innocente qui doit questionner et écouter un gros baraqué, autant dire que c'était mal parti. Enfin, ça se voyait que c'était son premier entretient avec toi.

- « Tu sais, si tu ne veux pas me parler, je vais devoir t'apprendre ce qu'est un lingchi ~ »

Évidemment, ton sourire sadique à ce moment ne présageait rien de bon pour le pauvre homme. Tu aimais tellement infliger ce supplice à tous tes patients un peu récalcitrant. Leur arracher des bouts de peau, petit à petit jusqu'à recevoir une réponse de leur part, tu trouvais ça jouissant.

La séance continua. Le prisonnier t'insulta de plus en plus, et bougeait dans tous les sens dans son siège de torture. Au point qu'il réussit à défaire ses liens, et tenta de se jeter sur toi. Il fit tomber le bureau en s'élançant. Fort heureusement, tu avais eu le temps de passer en dessous et fuir dans un coin de la pièce

Tu n'eus le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'un autre homme avait surgi dans la pièce. Il envoya valdinguer le prisonnier hors du cabinet et se positionna devant la porte. Tu te relevas et pris le bistouri qui traînait dans la salle.

- « Ah, euh.. Qui êtes-vous ? On devrait appeler des gardes, cet homme est incontrôlable ... »

Le seul problème était que le prisonnier se défendait. « C'est pas moi l'agresseur ! C'est cette salope-là ! J'suis innocent moi ». Tu poussas un petit rire derrière le dos de l'homme qui venait d'arriver. Comment pourrait-il croire quelqu'un déjà enfermer dans une prison ? Et tu avais tout pour paraitre innocente.

- « Tu crois vraiment qu'une fille aussi faible que moi pourrait faire du mal à un homme comme toi ? »

Comment allait réagir le garçon du coup ? Allait-il tomber dans le panneau ? Où allait-il t’arrêter toi ?

Codage fait par Corpse²
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Sam 5 Nov - 20:05
Wilfrid avait du mal à suivre tout les événements. Il y avait trop d'informations à prendre en compte d'un coup.

La petite psy avait récupéré un bistouri. Elle en était ridicule à en être si petite et à menacer avec cette arme. Elle faisait la taille d'un enfant. En un seul coup d'oeil, il vit ces cheveux roses, cette air de petite fille innocente. C'était surprenant.

- « Ah, euh.. Qui êtes-vous ? On devrait appeler des gardes, cet homme est incontrôlable ... »

Wil était toujours en uniforme d'infirmier mais n'avait pas encore le temps de se présenter. Le prisonnier était en train de se relever tout en beuglant des mensonges. Elle l'agresseuse ? Comme si le personnel agressait les prisonniers. Mais bien sûr. Ici ceux qui étaient en danger ici, c'était le personnel.

Le détenu était bardé de cicatrices. L'air hargneux d'un chien enragé sur le visage. Prés à mordre, à prés à attaquer. De nouveau, Wil lui barra le passage.

La psy était quand même dérangeante, mais l'infirmier était trop concentré sur la masse brute qui lui fonçait dessus. Le détenu le chopa et le fit tomber à terre. Le mec lui donna un violent coup de point et se releva pour attraper la psy. Wilfrid fut à moitié sonné. Il venait de prendre un méchant coup dans le nez. Suffisamment mauvais pour se mettre à saigner.

Bordel, il venait de se retrouver au tapis. Wilfrid eut de nouveau un coup d'adrénaline. Surtout quand il vit la masse s'attaquer à la psy. Cette fois, il s'attaqua beaucoup plus violemment à la brute. En fait, sur le coup, il ne se maitrisait plus du tout. L'infirmier le poussa contre le mur et lui assena plusieurs coups de poings à la suite. En fait, il ne compta pas vraiment et le frappa jusqu'à qu'il perde connaissance.

Wilfrid recula de plusieurs pas. Il regarda ses mains avec un mouvement de dégout. Pendant un instant, il se mit à paniquer. Pas certain de ce qu'il venait de se passer. Il avait du sang sur les mains. Le sien ? Celui du prisonnier ?

-Merde, merde, merde.... Merde.

Wilfrid chuchotait pour lui même. Il paniquait complétement. Il s'était mis à trembler pendant un instant. L'infirmier souffla à plusieurs reprises. il devait retrouver son calme.

Après un moment, il se retourna vers la psy.

-Est-ce que ça va ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/09/2016
Sam 5 Nov - 20:43


NERF THIS.


Un bordel sans précédent était arrivé. Un détenu qui se délivre de ses liens, un inconnu qui débarque pour t'aider. Heureusement pour toi, le jeune homme ne semblait pas croire à tout ce que disait le prisonnier. Une chance pour toi. Malheureusement, les deux opposants n'avaient pas la même carrure, et ce combat paraissait bien inégal. 

En effet, le médecin -Parce qu'il semblait être du corps médical par sa tenu ne fut pas long feu. La brute lue avait asséné plusieurs coups, le mettant à terre. Tu eus juste le temps de te ruer vers le meuble possédant ce petit bouton rouge appelant la garde. Tu n'avais plus qu'à survivre seule, face à ce monstre. Enfin ce monstre... Tu étais pas mal non plus dans ce cas.

L'homme se rapprocha de toi dangereusement. Et que foutait la garde bon sang ?! La situation te paraît mal barrée. Enfin. Non. Une chance pour toi, ton « co-équipier de fortune » s'était relevé. Il le frappa avec tellement d'ardeur que tu lâchas ton bistouri, sûre d'être maintenant en sécurité. Ce « combat de titans » finissait par une victoire de l'infirmier. Bien heureusement Enfin, après tout ça, l'homme semblait troublé. Tu l'entendais marmonner quelque chose en regardant ces mains. 

Il finit par se retourner vers toi : « -Est-ce que ça va ? ». 

« Euh.. Oui, moi ça va, heureusement que vous étiez là. »

Tu attrapas un chiffon propre dans un tiroir, et le tendis au garçon. 

« Je pense que ça peut être utile. Pour nettoyer tes mains, je veux dire. Euh, enfin, vos mains, pardon ! »

Tu tentas de relever ton bureau, puis t’essaya dans ton siège. La garde arriva pour embarquer le détenu. Toi par contre, tu sentais que tu avais un nouveau « client » potentiel. 

« Ça va vous ? Vous trembliez tout à l'heure. Vous voulez en parler ? Je suis là pour ça ! » Dis-tu avec une tête joyeuse. « Asseyez-vous dans le siège si vous le souhaitez ! Et promis, je ne vous attache pas ! Vous ne semblez pas être un dangereux criminel » continuais-tu en poussant un petit rire heureux

Tu attendis sa réaction en rangeant un peu le désordre qui avait été fait.

Codage fait par Corpse²
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Sam 5 Nov - 21:58
Elle était là, toute frêle. Elle n'a pas l'air amoché. Wilfrid entendait à peine ce qu'elle racontait, trop abruti par la situation pour réagir.

Elle avait des triangles roses sous les yeux.

Wil regardait de nouveau ses mains. Il avait du mal à comprendre la situation. Son nez continuait de saigner. La psy lui donna un chiffon.

« Je pense que ça peut être utile. Pour nettoyer tes mains, je veux dire. Euh, enfin, vos mains, pardon ! »

Oui, il fallait tout effacer tout de suite. Elle était s'excuser. Elle était sympas... Alors que lui, lui. Est-ce que ? Est-ce que le prisonnier est ? Wil pensait qu'il pouvait se maitriser. Or ce n'était tout simplement pas le cas. Ce genre de chose lui était déjà arrivé lorsqu'il était sous l'emprise de stupéfiant, mais là...

Les yeux dans le vague, amorphe. Wil était passé en mode automatique. Il passa le chiffon sur ses doigts et tacha d’arrêter le saignement de son nez.

La psy s'essaya dans son siège, lui demandant un certain nombre de chose que Wil n'entendait pas. Elle rangeait son bureau, les papiers.

Quand à Wil, il se retourna pour voir comment aller le détenu. Ignorant pour le coup la jeune femme. Ce mec n'était pas mort, hein. Ca serait vraiment, mais alors vraiment pas bon du tout. Wil n'était un tueur. Non, c'était pas un monstre. Non, non, non, il ne l'était pas. Il ne pouvait pas.

L'infirmier s'agenouilla auprès de sa victime. Cherchant le poul. Ses gestes trahissaient ses émotions. Ce n'était pas professionnel, pas calme du tout. En fait, Wil avait l'impression de s'être jeté à pied joint dans un gouffre. Bordel ! Pourquoi n'arrivait-il pas à trouver à voir si le mec était vivant ou non.

-MAIS PUTAIN !

Il prit une respiration. Il venait de trouver le pouls. Globalement le mec était sonné, mais ça avait l'air d'aller. Il entendit la sécurité arriver, accompagné de personnes du pole médical. Wilfrid ne s'énervait presque jamais, mais là, c'était trop.

Il se recula. Laissant ses collègues s'occupaient du blessé. Le regard vague, il se rapprocha de la psy.

-Je... Je devrais y aller.

Il n'y avait aucune conviction dans sa voix. Wil était en train de craquer. Il le savait.

Spoiler:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/09/2016
Dim 6 Nov - 13:04


NERF THIS.


 Le médecin venu t'aider avait l'air de vraiment mal se sentir. Tu avais beau lui parler, il semblait être ailleurs. Pourtant, de ton point de vu, il n'avait rien fait de mal. Sauvez une jeune employée d'un dangereux détenu, c'est tout à son honneur non ? Le garçon était prêt de sa « victime ». Il semblait vraiment troublé. Il cherchait quelque chose sur le corps du prisonnier. Peut-être savoir s'il était encore en vie ? Mais dans son état, il ne semblait pas pouvoir exercer sa profession correctement.

Tu t'accrochas à lui en tentant de le tirer à la force de tes petits bras maigres.

-  « Reculez de lui ! Vous n'arriverez à rien comme ça. Soufflez un peu ! »

Finalement, l'homme fini par trouver le pouls du détenu. A priori, il était toujours vivant. En mauvais état, certes, mais vivant. La garde finie par arrivée avec quelques médecins. Au vu de leur tête, tu as tout de suite compris qu'ils avaient vu les blessures que tu lui avais infligées.

-  « Euh.. Il était blessé en arrivant. Il a dû se battre violemment avec un autre détenu »

Tu ne pouvais tout de même pas leur dire que c'était toi qui lui avais infligé ça. Que penseraient tes collègues s'ils apprenaient tes méthodes de travail. Le petit groupe emmena le prisonnier, et tu te retrouvas seul avec ton sauveur. Tu n'eus le temps de lui adresser la parole qu'il s'approcha de toi, le regard d'un vide profond. 

« Je... Je devrais y aller. »
« Non, attendez ! Vous m'avez sauvée, laissez-moi vous remercier quand même »

En réalité, tu savais que même s'il n'était pas intervenu, tu t'en serais sortie sans problème. Les blessures que tu avais infligées lui auraient finalement fait tourner de l’œil, tu n'avais plus qu'à appeler la garde. Mais bon, voyant le visage de l'homme, tu n'allais pas l'enfoncer encore plus.

«  Ça n'a vraiment pas l'air d'aller. Vous savez, vous avez pas à vous en vouloir. Si vous n'aviez pas été là, il aurait pu me.. Je... »

Tu te forças à faire une tête déconfite. Peut-être qu'en voyant qu'il t'avait « sauvée », son moral remonterait. Tu étais là pour que les gens soit bien dans leur tête après tout, qu'importe la méthode.

« Vous devriez venir me voir de temps en temps. Vous avez l'air d'avoir quelques choses vous tracassant.. Venez si vous avez besoin de parler à quelqu'un. Je vous ferais même passer sans rendez-vous. Je vous dois bien ça ! »

Pour une fois, tu n'avais pas envie de jouer les psychopathes. Puis, si tu pouvais te trouver un ami dans le corps médical, ce ne serait que bénéfique pour toi. Pouvoir compter sur quelqu'un.

À voir comment allait réagir l'homme.
Codage fait par Corpse²
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Dim 13 Nov - 19:12
-Non, attendez ! Vous m'avez sauvée, laissez-moi vous remercier quand même

Wilfrid eut un sourire. Cette remarque le soulagea. L'utilisation de la violence avait eut un effet bénéfique. L'infirmier se sentait très très mal à l'aise. Il avait perdu sa maitrise de soi. En fait Wilfrid se sentait terrifié. Par lui même, par ses gestes. Il avait envie de se mettre en boule dans un coin. De se cacher. De ne pas exister.

Il avait honte de lui. Il avait honte de ses faits et gestes.

-Ça n'a vraiment pas l'air d'aller. Vous savez, vous avez pas à vous en vouloir. Si vous n'aviez pas été là, il aurait pu me.. Je...

Elle avait l'air choquée. L'air déconfit. Elle était si petite, si fragile. Ce détenu aurait pu lui faire du mal.. Peut-être que dans ce cas la violence avait été bénéfique. Peut-être que c'était pas si mauvais.

-Vous devriez venir me voir de temps en temps. Vous avez l'air d'avoir quelques choses vous tracassant.. Venez si vous avez besoin de parler à quelqu'un. Je vous ferais même passer sans rendez-vous. Je vous dois bien ça !

Wilfrid n'aimait pas les psys. Il eut un mouvement de recul. Puis se rendit compte de se geste inconscient. Il n'était pas bien dans sa peau. C'était vraie. Il y avait beaucoup trop de choses pour lesquels Wil était en difficulté.

Il eut un moment de flottement. L'infirmier finit par répondre :

-C'est gentil, mais c'est enfin, que, oui.. Bref.

Wilfrid prit une longue inspiration. Il était encore dans un état de nervosité trop important pour s'exprimer correctement. Il passa sa main gauche sur son poignet, mal à l'aise. Pour essayer de reprendre un peu de constance, Wil préféra revenir aux questions d'usages.

-Vous êtes Madame Muru ? la nouvelle psychologue ?

Il avait vu une note sur sa venue. Comme quoi il faudrait être sympas avec elle... Histoire ne pas faire fuir tout les nouveaux membres du personnels. Au fur et à mesure, Wil reprenait un peu de constance.

-Je m'appelle Wilfrid Hammer. Je suis infirmier ici.

Wilfrid voulait refuser cette offre pourtant ce n'était pas idiot. Il fallait qu'il trouve le moyen d'aller mieux. Peut-être que cette psychologue, en ayant pas connu son histoire personnelle, pourrait lui apporter de bons conseils.

-Votre proposition est généreuse mais... Enfin. C'est que. Vous déjà être surbooké avec tout les détenus.

Il devait avoir de sacrés spécimens ici. L'infirmier passa de nouveau à un sujet banal. Essayant d'éviter de se poser trop de questions :

-Cela fait longtemps que vous êtes arrivé ? On vous a fait visité les endroits réservés au personnel ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 25/09/2016
Jeu 5 Jan - 11:49


NERF THIS.


Ton sauveur semblait ailleurs. Tu avais beau lui parler, tes mots ne semblaient pas l'atteindre. Peut-être qu'il n'était pas habitué à se battre, que cela lui avait fait un choc. Tu lui proposas de venir en parler un de ces jours. Cette fois, il semblait t'avoir entendu. Il recula d'un pas ou deux au moment de ta proposition. Malgré tout, il ne sembla toujours pas remis de ses émotions.

« -C'est gentil, mais c'est enfin, que, oui.. Bref. »

Décidément, il allait être difficile de lui parler. Il faudrait sans doute du temps avant qu'il puisse refaire des phrases correctes. Puisqu'il ne semblait pas prêt à communiquer, tu allas vers lui, prête à le laisser partir. Mais finalement, il se mit à te parler avec une question banale.

« -Vous êtes Madame Muru ? la nouvelle psychologue ? »

Tu fis la moue avant de lui répondre ; 

« MurAAAAAA. C'est MurA, tu insistas bien sur le 'A' avant de pouffer de rire. Et oui, je suis la nouvelle psychologue en herbe ! » 

Tu conclus ta phrase le bras tendu, faisant un signe de victoire avec tes doigts.

« Ça a dû être dur à deviner ! Sachant que ce n'est qu’écrit sur la porte... »

Tu essayas de le taquiner un peu, afin qu'il soit un peu plus joyeux. 

« Je m'appelle Wilfrid Hammer. Je suis infirmier ici. »

« Oh, enchanté M. Hammer ! Je suis Mlle Mura ! Mais ça, je pense que vous l'avez compris maintenant... Hana de mon prénom ! Et je ne vous aurais pas cru infirmier. Enfin, à votre tenue, ça paraît logique»

HRP:
 

« -Votre proposition est généreuse mais... Enfin. C'est que. Vous déjà être surbooké avec tous les détenus. »

« Ne vous en faite pas, si je vous le propose, c'est que j'ai largement le temps ! Après tout, je ne suis pas là que pour les détenus ! »

Ça pourrait te changer d'avoir un rendez-vous « normal ». Sans devoir menacer ton interlocuteur. 

« -Cela fait longtemps que vous êtes arrivé ? On vous a fait visiter les endroits réservés au personnel ? » 

« Je suis toute nouvelle ici. Ça doit faire 3 ou 4 mois. Et non, je n'ai visité que mon bureau, le couloir, la cafétéria et... Le distributeur de chips au fond du couloir ! Je n'ai pas encore eu le temps »

Il est vrai qu'au final, tu as enchainé les journées depuis ton arrivée. Tu n'avais encore jamais pris le temps de te poser, et visiter les lieux plus en profondeur. Du coup, tu en profitas ; 

« Vous voulez bien me faire visiter ? Vous semblez connaître assez bien les lieux non ? »

En vérité, tu voulais profiter de ce moment pour essayer de le faire parler. Il semblait avoir un problème avec la violence, vu l'état qu'il eut après t'avoir « sauvé » de ton agresseur. 

Codage fait par Corpse²
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: