AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

On iraaa, on partira toi et moi où je sais paaas || PV Lexy

Ven 28 Oct - 23:37
Février 2016.

La matinée a été semblable à celle d’hier, qui était semblable à celle d’avant-hier, qui était semblable à celle… oui, bon, vous avez compris, je pense. Cependant, aujourd’hui, le réveil n’a pas été aussi difficile que d’habitude. Au contraire, j’étais debout avant tout le monde. Je suis excitée comme une puce, j’ai l’impression de retourner en enfance et d’être la petite Roxanne de 6 ans qui réveille ses parents deux heures plus tôt que prévu car c’est un jour pas comme les autres ; c’est le jour où l’on va au parc d’attraction. Bon, aujourd’hui, pas de parc d’attraction. J’ai beau rêver et cette prison a beau ne pas être comme les autres, mais l’État ne permettrait quand même pas à des détenus de profiter de leur journée en allant dans des montagnes russes… Enfin, je ne pense pas me tromper en affirmant qu’une telle chose n’arrivera jamais ici. Non ?

Bref. Aujourd’hui, je revois Lexy. Cette étrange jeune femme. Que je commence à apprécier, je crois. Elle ne m’a pas donné d’heure, juste un rendez-vous dans le jardin. J’espère ne pas avoir à attendre trop longtemps, il fait froid dehors. Après, elle est peut-être déjà là-bas, je ne sais pas. On s’est échangé deux SMS très tôt ce matin, à vrai dire. J’en ai donc conclu qu’il fallait que je me rende aux jardins le plus rapidement possible, dès que j’aurais mon temps libre. Je suis donc en train de m’y diriger, cela fait une dizaine de minutes que j’ai terminé mes corvées de la matinée. Je ne vous cache pas que voir n’importe quel détenu est beaucoup plus avenant que de nettoyer les sols des douches… Beurk. J’en ai encore des frissons.

Je me dirige donc vers le jardin, les cheveux détachés pour protéger mes petites oreilles du vent glacial, revêtue d’un gros pull noir, enfilé par-dessus un pull plus léger, lui-même enfilé au-dessus d’un t-shirt à manches longues. Bah quoi ? Il fait froid. Très froid. Je vous assure. Et je préfère ressembler à Bibendum humain qu’à un glaçon.

Mes pas foulent le macadam dans un bruit étouffé, sourd,  en direction de l’herbe et des buissons. Je repense à ce qu’elle m’a dit, juste avant de me planter à la bibliothèque, la première et dernière fois qu’on s’est vues. « Je suis comme toi. Nous construirons un but ensemble. » Elle m’a intriguée. Et elle m’intrigue toujours. Lexy Sanders. Je veux savoir ce qu’elle a en tête, ce qu’elle me cache, ce qu’elle veut faire de moi.  Peut-être qu’on deviendra amies, finalement ? Je me demande si, en lui reparlant, j’aurai toujours cette sensation bizarre, cette impression qu’elle dégage une aura puissante, presque électrique. Ou si, au contraire, toute cette impression aura disparue.

Je soupire et cache mes mains dans les grosses manches de mes pulls, pour éviter à mes doigts de geler. Mon nez commence déjà à refroidir, et il est certainement déjà rouge. Elle aurait pu donner un lieu de rendez-vous plus à l’abri du vent et du temps pas très engageant. Je secoue la tête en fermant les yeux. Un mauvais point pour le choix de cet endroit, Lexy.

Mes jambes m’ont donc portées jusqu’au jardin. J’y suis arrivée sans bruit, évitant de renifler ou de tousser, pour éviter de me faire remarquer si monde il y a. Mais en fait, le petit peuple a dû avoir la bonne idée de rester bien au chaud à l’intérieur, car je ne vois presque personne dehors. Il y a juste une femme assise sur un banc, dos à moi, qui semble concentrée sur un écran et qui ne m’a pas vu. Blonde. En plissant les yeux, je réalise que cette fille est en fait Lexy.

Deux minutes. Lexy. Seule. Inattentive à ce qui l’entoure.  Concentrée sur ce qui semble être une console. Et surtout, une Lexy qui ne m’a pas vu arriver et personne aux alentours pour faire remarquer ma présence.

Un sourire grand jusqu’aux oreilles, je me faufile derrière elle à pas de loup, sur la pointe des pieds. L’herbe mouillée absorbe le bruit de mes pas légers, je lève doucement mes mains et les sors hors de mes manches de pulls. J’inspire lentement une grande bouffée d’air, et une fois arrivée derrière la jeune femme, je me place juste derrière elle et l’attaque en lui pinçant les côtes des deux côtés et en lui soufflant un « BWOUAH !! » dans l’oreille. Je sens son corps se crisper à la fin de mon exclamation, je la lâche en me reculant, et m’installe à côté d’elle sur le banc, l’air triomphant.

Le bois est froid et sa température traverse mon pantalon pour picoter mon popotin et le dessous des mes cuisses. Je pose mes mains sur mes genoux, me tourne vers la blonde et lui balance mon plus beau sourire, contente de ma blague à deux balles.

« Bonjour ma petite Sim. Contente de te revoir. Tu vas bien ? »

J’espère qu’en utilisant le mot « Sim », le message passera sans trop de soucis pour qu’elle comprenne que je souhaite entrer directement dans le vif du sujet et savoir pourquoi elle m’a fait venir ici. Quels sont ses projets. Mais, ayant déjà  pu observer la bête, je me doute qu’elle ne va pas hésiter à me faire un peu mariner… Après tout, elle me l’a dit elle-même, qu’elle aimait jouer avec les autres.


Je parle en « palevioletred »


La vengeance est un plat qui se mange froid.

Cadeaux:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/12/2015
Sam 29 Oct - 21:25
Elle s’est enfin manifestée, Roxanne est venue vers moi, je commençais à croire que ça n’allait jamais se faire. Mon plan aurait donc fonctionné ? Si c’est le cas, la prison devrait bouger d’ici peu mais je dois d’abord en avoir le cœur net. Et…Roxanne doit accepter ma proposition. Non, je ne vais pas lui demander en mariage, je sais que suis imprévisible mais faut pas abuser non plus ! Bref, me voilà dans le jardin, assise sur un banc, console en main, j’attends patiemment le petit ange. Je n’ai pas donné d’heure, juste un lieu, j’ai toute la journée devant moi de toute façon, rien d’autre de prévu aujourd’hui. Si Roxanne me fait faux bond, je me consolerai avec ma console, même s’il caille dehors. Ouai, je me gèle bordel de cul ! C’est juste horrible la température qu’il fait en ce moment. Enfin bon, tant pis, au pire des cas j’aurai un gros rhume ou une grippe. Je refilerai mes miasmes à toute la prison, bah le partage c’est important. Le froid me fait délirer OMG ! Remarque, je pars souvent loin dans mes histoires…

- BWOUAH !!

Ce son me broie instantanément l’oreille gauche et fige mon corps entier pendant une fraction de seconde. Elle vient d’arriver, le semblant de fille parfaite et inoffensive vient de faire son entrée et, en beauté. Heureusement que je ne suis pas cardiaque sinon, je serais morte sur le coup bon dieu ! La petite blonde prend place à mes côtés, l’air fier de son canular qui aurait pu causer la mort de n’importe qui. Cette gamine ne cessera de m’étonner.

- Bonjour ma petite Sim. Contente de te revoir. Tu vas bien ?

Elle recommence avec cette histoire de sim, c’est qu’elle y tient OMG ! Elle semble différente de l’autre fois, moins sur ses gardes, moins prédatrice, elle a l’air plus amicale, plus à l’aise en ma compagnie. Elle n’a pas d’arme cette fois, aucun livre qui pourrait me défoncer la boite crânienne ou le nez, c’est bon à savoir mais d’un autre côté, ça manque bien l’instabilité mentale de la prisonnière. Roxanne veut savoir pourquoi je l’ai fait venir, je ne vais donc pas passer par quatre chemin, inutile de la faire poiroter. Pourtant, ça peut être amusant de la faire patienter un peu, non ? Hum…

-Toi, à la tête d’un clan.

Une courte phrase mais qui explique parfaitement mon idée. Le masque de neutralité laisse place à un autre empli de malice. Cette idée me botte bien, j’ai envie de jouer, de m’amuser. J’attrape gentiment le menton de Roxanne du bout des doigts, poursuivant sur un ton joueur.

-Tu as tout de suite attisé ma curiosité Roxanne. Tu m’intrigues, j’ai vu en toi le potentiel que je recherche pour mener à bien un plan qui me tourmente depuis longtemps. Tu sais obtenir ce que tu veux quand tu veux mais il te manque cette pancarte qui indique la direction à prendre.

Un sourire anime mes lèvres et ne veut les quitter. Mon regard plongé dans le sien, je reprends sur le même ton.

-Tu aimes t’amuser toi aussi, n’est-ce pas ? Et quoi de mieux de s’amuser avec l’ensemble de la prison ?

Je relâche mon emprise, m’adossant de nouveau contre le dossier du banc. Un petit rire m’échappe avant que je ne sorte une cigarette de mon paquet et la fumer sans trop tarder. Créer un clan serait l’occasion idéale de semer la panique au sein de la prison, surtout après les événements récents dus au laser-game. Le chef des carnivor est tourmenté par le transfert de deux de ses collègues, le principal ennemi est game over, il reste cependant des menaces apparentes, comme les BloodyT ou d’autres petits clans qui gagnent en puissance, et ce sera à nous de les faire disparaître.

-N’en n’as-tu pas marre du concept de cette prison ? De cette hiérarchie où les plus violents ont le contrôle ? Et si cette hiérarchie se retrouve totalement bouleversée par des évènements imprévus, que deviendrait-elle ?

Ouai, semer la pagaille, je connais et c’est justement ça qui évitera l’ennui des journées habituelles. Tout en recrachant lentement la fumée envahissant mes poumons, j’attends la réaction de la jeune ordinarie. Je devrais peut-être me montrer un peu plus convaincante ?


Vive le savon Dove ♥ (Merci Ina et Chad xD):
 

Vava ♥:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/12/2015
Dim 30 Oct - 1:01
La réponse ne se fait pas attendre, au contraire de ce que j’avais envisagé, et elle me surprend même.

« Toi, à la tête d’un clan. » déclare simplement la blonde.

Mon sourire disparaît, ma tête se penche légèrement sur la droite comme par automatisme quand je suis interloquée, et mes sourcils se haussent doucement. Pardon ? J’ai mal compris ?

Elle se moque de moi, c’est ça ?

Lexy attrape mon menton en douceur. Wowowowo, elle va m’embrasser ou quoi ? Je ne suis pas spécialement contre, mais c’est assez surprenant qu’elle soit si entreprenante, tout à coup. Cependant je ne suis pas vraiment d’humeur, aujourd’hui. Et puis même si ça ne me dérange pas de m’amuser avec les filles, je préfère les garçons….. Elle reprend la suite de ses idées en parlant d’un ton taquin, souriante et en me regardant dans les yeux.

« Tu as tout de suite attisé ma curiosité Roxanne. Tu m’intrigues, j’ai vu en toi le potentiel que je recherche pour mener à bien un plan qui me tourmente depuis longtemps. Tu sais obtenir ce que tu veux quand tu veux mais il te manque cette pancarte qui indique la direction à prendre.

Tu aimes t’amuser toi aussi, n’est-ce pas ? Et quoi de mieux de s’amuser avec l’ensemble de la prison ? »


Elle me relâche, s’adosse contre le banc et rigole doucement. Moi, je la regarde toujours du même air perdu, mon cerveau réfléchissant à pleine puissance. J’en ai presque de la fumée qui sort des oreilles, c'est dire. Je ne suis pas sûre de tout saisir. Elle a encore l’air de savoir beaucoup plus de choses sur moi, et elle ne semble pas avoir terminé de m’exposer son plan. M’amuser ? Bien sûr que j’aime m’amuser… Mais je ne suis pas du genre à utiliser ce terme pour m’amuser avec des jeux. Enfin, si, justement. Mais des jeux pour adultes. Et elle, elle veut s’amuser avec l’ensemble de la prison ? Elle parle de quoi, d’une orgie géante ? Elle ne serait quand même pas aussi obsédée que moi, hein ? Elle cache bien son jeu, la bougre ! La coquiiiine. Elle sort une cigarette et commence à la fumer avant de reprendre, pendant que je fronce les sourcils à cause de l’odeur de la fumée qui me pique le nez.

« N’en n’as-tu pas marre du concept de cette prison ? De cette hiérarchie où les plus violents ont le contrôle ? Et si cette hiérarchie se retrouve totalement bouleversée par des événements imprévus, que deviendrait-elle ? »

Ah. Non, je me suis trompée, j’étais totalement à côté de la plaque. Mais alors totalement. Pas d’orgie géante, finalement. Loin de là. J’étouffe un rire en me couvrant la bouche et le nez de mes mains, en m’imaginant la scène. Mais je me reprends rapidement. Elle veut donc renverser le système hiérarchique de cette prison. Je fais comme elle et m’adosse contre le banc, en relevant la tête pour observer le ciel gris et nuageux.

« Hmmm… »

Je réfléchis à tout ce qu’elle vient de me dire. Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas quoi en penser. Je ne suis pas là depuis très longtemps, je n’ai donc pas encore eu à faire à toute cette histoire de hiérarchie. Je me suis déjà prise la tête avec plusieurs personnes, battue également, mais c’est le cas dans toutes les prisons, ça, ce n’est pas nouveau. Et il me semble normal qu’il y ait cette « loi du plus fort » dans un lieu tel que Ciguèstraz. Même les gardiens sont pourris, alors bon…  Cependant, son projet reste intéressant malgré tout. Ça pimentera un peu plus ma vie ici. Le plus gros truc illogique qui me vient à l’esprit, c’est…

Sérieusement, moi, chef d’un clan ?

Elle doit être mille fois plus intelligente et rusée que moi, cette Lexy. Pourquoi ne veut-elle pas prendre la tête de ce clan, si elle a les idées et l’envie de le créer ? Je ne pige pas. En plus, je ne comprends rien et je ne connais surtout rien à toute cette histoire de clans. J’ai compris qu’il y avait la hiérarchie Carnivors > Ordinaries > Redweaks, pourtant je n’ai pigé que dal au fonctionnement des clans, et jusqu’à aujourd’hui, je ne voyais pas l’utilité d’en intégrer un. Ça ne m'intéresse pas réellement, je n'ai donc jamais cherché à me renseigner. Si j'accepte sa proposition, je devrais bosser là-dessus. Elle veut donc renverser le système de cette prison. D’accord. Je pense avoir rassemblé mes idées. Il est venu le temps des cathédra… des questions. Mais avant tout cela, il reste un problème à régler.

Je me retourne une nouvelle fois vers Lexy, qui a la clope au bec. Je fixe cette dernière. Je ne supporte pas l’odeur de ces trucs. Sans prévenir, je tends la main vers la tige blanche et écrase le bout en train de se consumer dans ma paume, pour l’éteindre. Je plisse un peu des yeux sous la douleur, mais ça va, j’ai connu pire. Bien pire.

Je rouvre ma main, fière de moi. J’ai réussi à éteindre ce truc, peut-être même à le rendre inutilisable vu son état. Il est tout tordu. Je retiens un sourire en me frottant doucement l’intérieur de ma main légèrement brûlée, pour calmer la douleur et enlever les cendres qui se sont mélangées à ma peau. Puis je regarde Lexy dans les yeux, le regard éteint.

« Ne fume pas ces trucs en ma présence. Je ne supporte pas ça. Je te la rembourserai, il me semble qu'une des filles de ma cellule fume la même merde. » Ce que je me retiens d’ajouter, c’est que cette merde me rappelle trop mon père.

Je passe une mèche blonde derrière mes cheveux et reprend la parole d’un ton plus posé, moins enjoué qu’avant. Je semble moins heureuse qu’à mon arrivée, mais ce n’est pas le cas. En réalité, je suis juste perplexe et j’essaie de réfléchir calmement à tout ce qu’elle m’a dit. Je reprends :

« Donc, si je résume bien la chose : tu veux faire de moi la chef d’un clan encore en projet, qui aurait pour but de renverser la hiérarchie de cette prison. C’est intéressant. Ça nous donnerait un objectif à toutes les deux, pour le coup. Malgré tout, j’ai des questions. Tout d’abord, pourquoi me choisir comme chef de clan, si tu as eu l’idée de créer ce-dit groupe et que tu en connais déjà les principales actions ? Pourquoi pas toi ? Tu veux me manipuler à ta guise ? Ensuite. De quels genres d'événements imprévus tu parles ? Des sortes de farces géantes, la propagation de rumeurs nuisibles, dans ce goût-là ? Et puis, pourquoi m’en parler ? Je ne me suis jamais réellement intéressée à ces choses-là, pour être honnête avec toi. Les histoires de clans... ça ne m'a jamais posé de problèmes, pour le moment. Je pense pouvoir me débrouiller toute seule, toi aussi d’ailleurs, tu es capable de cela. Je ne suis pas sûre de pouvoir être à la hauteur de tout ce dont tu me parles. J’ai besoin de beaucoup plus de détails. Ouais, faut que me précises tout ce que tu me racontes, là… Et pour finir… »

Je me réinstalle en tailleur sur le banc, les pieds sous les cuisses, les mains sur les genoux, le corps tourné vers elle et je demande le plus sérieusement du monde :

« Si j’accepte de me joindre à ce que tu me proposes, est-ce que j’aurais le droit à des bonbons ? »


Je parle en « palevioletred »


La vengeance est un plat qui se mange froid.

Cadeaux:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/12/2015
Dim 30 Oct - 15:09
Elle rigole, allez savoir ce qu’elle imaginait encore cette fille. Dommage que je n’ai aucun pouvoir de lire dans les pensées, ça aurait été très amusant.

- Hmmm…

D’innombrables pensées doivent lui envahir l’esprit. Elle réfléchit, son regard tourné vers le ciel le démontre. Combien de questions te viennent à l’esprit ? Beaucoup, énormément, elle ne devait pas s’attendre à ça. Pourquoi moi, Lexy Sanders, demande à une fille que je viens à peine de connaitre d’être le chef d’orchestre de mon plan ? Cette question doit lui effleurer l’esprit parmi tant d’autres. Pose-moi toutes les questions que tu souhaites, j’y répondrais Roxanne. Son regard rencontre le mien, va-t-elle me donner une réponse ou une question ? Ma dose de nicotine s’éloigne et perd la vie dans la main de l’ordinarie. La fumée dérange mademoiselle ? Mais c’est quoi cette putain de manie de toujours vouloir éteindre ma cigarette à peine entamée ?! Qui paye à votre avis ?! Moi, enfin, c’est souvent des paquets volés mais je me suis quand même démerdée pour les avoir alors MERDE ! Le regard de la prisonnière remplit de multiples émotions laisse place au vide. C’est ma clope qui a eu cet effet ? Bonne question…

- Ne fume pas ces trucs en ma présence. Je ne supporte pas ça. Je te la rembourserai, il me semble qu'une des filles de ma cellule fume la même merde.

Pourquoi une cigarette a-t-elle engendré une telle réaction ? Que me caches-tu Roxanne ? Des souvenirs qui ressurgissent ? Parle-moi Roxanne, je veux savoir, tu n’as rien à me cacher, je suis prête à tout entendre. Sa voix a également changé, qu’il y a-t-il ?

- Donc, si je résume bien la chose : tu veux faire de moi la chef d’un clan encore en projet, qui aurait pour but de renverser la hiérarchie de cette prison. C’est intéressant. Ça nous donnerait un objectif à toutes les deux, pour le coup. Malgré tout, j’ai des questions. Tout d’abord, pourquoi me choisir comme chef de clan, si tu as eu l’idée de créer ce-dit groupe et que tu en connais déjà les principales actions ? Pourquoi pas toi ? Tu veux me manipuler à ta guise ? Ensuite. De quels genres d'événements imprévus tu parles ? Des sortes de farces géantes, la propagation de rumeurs nuisibles, dans ce goût-là ? Et puis, pourquoi m’en parler ? Je ne me suis jamais réellement intéressée à ces choses-là, pour être honnête avec toi. Les histoires de clans... ça ne m'a jamais posé de problèmes, pour le moment. Je pense pouvoir me débrouiller toute seule, toi aussi d’ailleurs, tu es capable de cela. Je ne suis pas sûre de pouvoir être à la hauteur de tout ce dont tu me parles. J’ai besoin de beaucoup plus de détails. Ouais, faut que me précises tout ce que tu me racontes, là… Et pour finir…

Les questions finissent par arriver en rafale, elle qui disait au début ne pas être bavarde… Elle prend ses aises, s’installant en mode posé sur le banc.

- Si j’accepte de me joindre à ce que tu me proposes, est-ce que j’aurais le droit à des bonbons ?

What ? Je ne peux m’empêcher de rire à sa phrase. Cette gamine ne cessera de m’étonner. Je lui tapote doucement la tête, le sourire aux lèvres.

-Tu en auras tant que tu voudras.

Par la suite, je m’étire longuement, reprenant un peu de sérieux malgré ma soudaine envie de jouer.

-Je vais essayer de répondre à toutes tes questions.

Je prends une grande respiration, me préparant à lui fournir ce dont elle demande. Mes émeraudes tournées vers l’immensité grise au-dessus de ma tête, je réponds calmement à ses interrogations.

-Foutre la merde entre carnivors, redweaks, ordinaries ainsi que gardiens et personnel, personne n’échappera à l’imprévu créé par le clan. Ça sera plus que de simples farces, il y aura un objectif à ces farces, semer la pagaille partout, à n’importe quel moment. L’imprévisible sera la devise du clan. Dans cette prison, les gens croient pouvoir survivre en solitaire, seulement, ça ne se passe pas comme ça. Le nombre surpasse la simple personne, il faut toujours quelqu’un pour surveiller ses arrières, ici, il n’y a pas de règles, pas d’honneur, les gens attaquent par derrière sans se soucier de ce qui est mal ou non.

Ma tête se redresse, je fixe désormais ses saphirs.

-Je veux m’amuser et virer l’ennui du quotidien. Quelle meilleure façon de procéder qu’en faisant chier toute la prison dans l’anonymat ?

J’ai envie de fumer bordel de cul ! Bref.

-Vient donc la principale question. Pourquoi te choisir toi ?

Mon sourire s’amplifie, je me rapproche dangereusement du visage de Roxanne, collant lentement mon front au sien.

-Tu es instable, imprévisible, tu sais cacher ton jeu, ton apparence aide pas mal d’ailleurs. Qui penserait que toi, Roxanne Eberhardt est à la tête d’un clan ? Personne. Malheureusement, moi, la rédactrice de la gazette commence à me pointer, je dois faire profil bas pour un temps. Et puis, je te demande d’être chef mais ne te laisserais pas toute seule dans ce rôle. Je pense opérer dans l’ombre pour le moment.

Je prends un peu mes distances, regagnant le dossier du banc, posant mes bras sur ce dernier, croisant les jambes, comme le ferait la plus grande des secrétaires, LOL.

-Je ne compte pas te manipuler, je n’ai aucun droit sur toi ou sur quiconque d’ailleurs. Voilà pourquoi je te demande ton avis sur ma proposition. Je crois en tes capacités, j’y ai longuement réfléchis tu sais, c’est pourquoi je veux que toi, devienne chef de clan !

Je lui fais le plus beau de mes sourires. Ça aidera peut-être à ce qu’elle dise oui ?


Vive le savon Dove ♥ (Merci Ina et Chad xD):
 

Vava ♥:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/12/2015
Ven 11 Nov - 23:49
Lexy rigole et répond positivement à ma dernière demande. Chouette. Les bonbons, c’est cool. Mais c’est encore mieux quand ils sont gratuits. Ensuite, après s’être étirée, elle me dit qu’elle va essayer de répondre à toutes mes questions. Bien. D’accord. Parfait. J’attends, je suis toute ouïe, très chère. Elle reprend la parole en regardant le ciel gris.

« Foutre la merde entre carnivors, redweaks, ordinaries ainsi que gardiens et personnel, personne n’échappera à l’imprévu créé par le clan. Ça sera plus que de simples farces, il y aura un objectif à ces farces, semer la pagaille partout, à n’importe quel moment. L’imprévisible sera la devise du clan. Dans cette prison, les gens croient pouvoir survivre en solitaire, seulement, ça ne se passe pas comme ça. Le nombre surpasse la simple personne, il faut toujours quelqu’un pour surveiller ses arrières, ici, il n’y a pas de règles, pas d’honneur, les gens attaquent par derrière sans se soucier de ce qui est mal ou non. »

Ses yeux verts perçants viennent se planter une nouvelle fois dans mon regard. Ce qu’elle dit me semble intéressant. Ça pourrait justement…

« Je veux m’amuser et virer l’ennui du quotidien. » Voilà. Exactement. Virer l’ennui du quotidien. « Quelle meilleure façon de procéder qu’en faisant chier toute la prison dans l’anonymat ? Vient donc la principale question. Pourquoi te choisir toi ? »

Son sourire s’agrandit, je cligne des yeux et une fois rouverts, le front de Lexy et le mien se touchent. What. Pourquoi elle continue les tentatives d’approches cheloues, là. Déjà avant, elle m’a tenue le menton comme si elle allait m’embrasser. Elle veut me recruter ou bien me sauter, la drôle de dame ?

« Tu es instable, imprévisible, tu sais cacher ton jeu, ton apparence aide pas mal d’ailleurs. Qui penserait que toi, Roxanne Eberhardt est à la tête d’un clan ? Personne. Malheureusement, moi, la rédactrice de la gazette commence à me pointer, je dois faire profil bas pour un temps. Et puis, je te demande d’être chef mais ne te laisserais pas toute seule dans ce rôle. Je pense opérer dans l’ombre pour le moment. »

Elle s’éloigne de nouveau et reprend position contre le dossier du banc. Ouf. Ses paroles commencent à s’imprégner doucement dans mon cerveau, qui lance l’analyse de ses mots.

« Je ne compte pas te manipuler, je n’ai aucun droit sur toi ou sur quiconque d’ailleurs. Voilà pourquoi je te demande ton avis sur ma proposition. Je crois en tes capacités, j’y ai longuement réfléchis tu sais, c’est pourquoi je veux que toi, devienne chef de clan ! »

Mes yeux bleus n’ont pas quitté une seule seconde son visage, et je m’étire en détendant mes épaules avant de cligner des yeux et de baisser légèrement ma tête sur le côté, comme à mon habitude.

« Ça me plaît bien. Ça a même  l’air tentant. Un peu d’agitation dans cette prison ne ferait de mal à personne.

Mais une fois chef de ce clan, qui me dit que tu ne me trahiras pas ? Après tout, tu sembles déjà avoir tout un plan en tête et tu veux me mettre à la direction de ce dernier. Je pourrais ne pas être d’accord avec ce que tu proposeras, je devrais certainement te donner des ordres même si tu serais ma main droite, parce qu’un chef se doit de donner des ordres, non ? Tu veillerais sur mes arrières sans que je craigne la trahison ? Je pourrais te faire confiance ? Tu exécuterais tout ce que je pourrais te dire de faire sans broncher ? Ça m’étonnerait. Tu ne m’as pas l’air d’être très soumise de nature. »


Je m’arrête un instant pour mettre des mots sur mes pensées, qui fusent dans ma tête à un tel point que j’en ai peur d’oublier des choses.

« Bien sûr, j’imagine que si tu me proposes ceci, c’est que tu envisages de pouvoir diriger toi aussi. Admettons que j’accepte d’être chef, et que, du coup, tu sois donc mon second. D’accord, tu ne serais pas un simple « membre » de clan. Et évidemment, tu pourrais donner des ordres, conseiller, proposer, tout ça. Mais si un jour, on ne serait pas d’accord sur un truc, logiquement ce serait mon opinion qui l’emporterait car je serais hiérarchiquement plus haut placée que toi, non ? Tu n’as pas peur que ça te déplaises, le fait de devoir t’écraser si nos avis divergent alors que c’est toi qui a eu l’idée de tout cela ? On se connaît à peine. Presque pas, en fait. Si ça se trouve, je suis quelqu’un de tyrannique qui n’acceptera rien d’autre que ses propres directives. » je termine dans un grand sourire.

Après une courte pause, j’ajoute quelques questions qui me traversent encore l’esprit.

« Il y a un truc qui me turlupine. Comment on pourrait « faire chier toute la prison dans l’anonymat » ? A l’aide de masques, de cagoules, de collants sur la tête, peut-être? Et puis, est-ce que tu as recruté d’autres membres ? Ou bien tu as peut-être déjà une idée de personnes qui pourraient être intéressantes sous la main ? Un lieu où on pourrait organiser tout ça, des planques pour cacher quelques trucs illégaux sans se les faire confisquer ou piquer ? Parce que j’imagine que ces trucs illégaux ne seront pas à base de salami et de chocolat, qu’on ne pourra pas organiser ça en plein air en mode pic-nique. »

Il semblerait que je sois de plus en plus intéressée. Je n’ai pas encore dit oui. Mais j’ai besoin de me renseigner, d’obtenir un maximum d’informations, et d’y réfléchir. Après tout, ce qu’elle a raconté a piqué ma curiosité. Et c’était une pique plutôt positive, il semblerait. Je n’ai jamais imaginé un truc aussi ambitieux. Mais autant être impliquée dans quelque chose d'aussi intéressant et fouteur de merde plutôt que d’en subir les conséquences, j’imagine. Et puis, même si on finit par se faire attraper, et que ça aggrave notre peine… ça ne changera pas grand-chose pour moi, après tout. J’en ai pour tellement longtemps à être enfermée ici, que quelques années de plus ou de moins… ça ne changerait vraiment rien. Écoutons encore un moment ce que cette chère Lexy pourrait encore nous dévoiler…


Je parle en « palevioletred »


La vengeance est un plat qui se mange froid.

Cadeaux:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/12/2015
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: