AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Confiance aveugle /Galaad <3/

Mer 14 Sep - 10:09
Galaad et toi vous étiez revu quelques fois suite à la nuit passée dans les anciennes salles. Toujours plus proches l'un de l'autre, tu avais appris à le connaitre, bien que jamais lui n'ait su qui tu étais. Tu ne lui avais rien dis pour Alex et tu ne lui avais pas non plus redit à quel point tu l'aimais. Tu savais que tu avais tord d'agir ainsi, mais bientôt, tu pensas au contraire avoir eu raison.

En effet, quand Road finit par te tourner le dos, tu remis tout en question. Et ainsi, les jours puis les semaines passèrent. Bientôt, un mois s'était écoulé avant que tu n'es revu le jeune gardien, qui visiblement, ne t'avais pas trouvé. Tu les évitais tout deux, te sentant trahis.
Si Road avait été capable de te tourner le dos ainsi, pourquoi Gal' ne le pourrait pas?

Quelques jours après ton altercation avec le gardien d'ailleurs, tu avais toujours la marque violacé sur la joue. Il ne t'avait pas loupé, et ce n'était qu'une seule des marques que votre conversation avait laissé. Tu lui en voulais à un point où tu te demandais si, finalement, Road n'était pas aussi monstrueux que ton père, à une échelle différente.

Tu n'avais pas contacté Galaad. Tu avais laissé le temps s'étirer doucement, et il te manquait terriblement. Mais tu avais repris tes anciennes activité chica, et tu doutais qu'il puisse encore t'aimer, malgré tout.

Plus tôt dans la journée, alors que le temps se couvrait, tu étais montée sur le toit, ne voulant pas risquer de croiser qui que ce soit. Tu sortis une cigarette, que tu mis un temps à fumer infini. Tu réfléchissais, emmitouflée dans l'écharpe de tu hermano dont tu ne te séparais jamais.
Tu touchas ta joue et tu ressentie une douleur vive avant de soupirer. Non, ça ne passait pas.

Il était tard dans la soirée quand tu te décidas enfin à redescendre de ton perchoir. Personne n'était venu, peut-être à cause du temps. Peut-être aussi parce qu'ils faisaient tous les corvées, et toi, non.

Tu te levas, résolues à partir avant de te figer, face à la porte. Elle était ouverte sur un homme. Un homme que tu aurais reconnu entre mille. L'homme dont tu étais amoureuse, et ce malgré le mois écoulé. Et lui alors? Pouvait-il seulement te pardonner? Pouvait-il seulement comprendre? N'était-il pas semblable à tous, eux qui s'étaient joué de toi?

- Gal'...!


Ta voix tremblait un peu, et tes yeux criaient au pardon, alors même que tu exigeais de toi même un total dédain face à la situation. Sauf que voilà, tu ne pouvais pas, pas devant Galaad.
Serait-il en colère, déçu? Avait-il cessé de t'aimer? L'avait-il été un jour?



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Sam 17 Sep - 0:59
De l'eau avait coulé sous les ponts depuis cette fameuse nuit au sous-sol et notre réconciliation. Nous nous étions revus plusieurs fois depuis ce jour et tout se passait pour le mieux.. Enfin je le croyais. Nos nuits et nos retrouvailles étaient torrides, emplies d'amour et de désir, il n'y avait rien à rajouter c'était juste parfait mais peu de temps après notre dernière soirée en amoureux plus de nouvelles. Nada, c'est comme si elle s'était volatilisée.. Impossible de la retrouver, j'avais beau la chercher à mes heures perdues elle semblait désormais m'esquiver pour une raison qui m'était inconnue.

Au bout d'un certain temps je trouvais ça tout bonnement stupide, faisait-elle ça pour me pousser à bout ou pour s'amuser ? En tout cas, tout cela ne m'amusait pas.. A défaut de ne pas pouvoir la voir quand je le voulais je me contentais de pouvoir observer de temps à autres, au détour d'un couloir, ses formes et son magnifique visage. Mais désormais plus rien, et moi délaissant un peu plus mon travail tentant de savoir où avait-elle bien pu passer et où pouvait-elle bien être à ces heures où je la cherchais... Beaucoup trop de questions sans réponses dans ma tête et un manque considérable se faisait ressentir un peu plus chaque jour..

Ce jour, j'avais passé un bon moment de la journée à chercher encore et encore Keysha afin d'enfin pouvoir lui parler mais en vain.. Elle restait introuvable dans cette prison beaucoup trop grande pour pouvoir chercher tout seul, c'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. J'arrêtais donc mes recherches voyant qu'il commençait à pleuvoir. Je ne voulais pas terminer cette semi-journée de boulot sans une bonne clope histoire de me détendre les nerfs, cette histoire me prenant de plus en plus la tête. Quoi de mieux que le toit pour fumer ma cigarette tranquille ? Je marchais donc doucement dans les escaliers, grimpant les étages avant d'arriver enfin à destination.

J'avançais, ouvrant la porte, préparant mon briquet et baissant la tête pour éviter que la clope ne s'imbibe d'eau. J'étais toujours devant la porte prêt à avancer, je tirais une latte avant de relever la tête ne craignant plus la pluie. Je vis quelqu'un devant moi, je ne fis pas attention directement puis ce fut à la deuxième latte que je comprenais qui il y avait en face de moi.

- Gal'...!

J'en échappais la cigarette au sol et resta bouche bée un instant avant de commencer à m'approcher doucement le regard à la fois plein de questions et en colère. Je ne savais pas par où commencer tellement trop de trucs me passaient par la tête et au final une seule chose se dessina sur mon visage, un sourire en coin purement symptomatique de tout qui se chamboulait dans ma tête..

- Pourquoi... Pourquoi Key' ? Me voir te chercher constamment dans le complexe te fait plaisir ? Je voulais juste te voir tu sais, même de loin cela m'aurait suffit.. À défaut de ne pas pouvoir te serrer dans mes bras, juste te voir aurait suffit à me faire attendre notre prochaine nuit mais pourquoi t'es-tu donc défilée ? Explique moi je veux savoir !

Je tournais dans tous les sens cherchant à comprendre, par n'importe quel moyen, pourquoi avait-elle fait ça, mais rien n'y faisait je ne trouvais pas et cela était très frustrant. Elle semblait elle aussi plutôt mal et avait même une marque sur le visage, peut-être tout cela avait-il un lien avec notre discussion mais je ne pouvais être sûr de rien une fois de plus. J'étais réellement perdu, comme jamais je ne l'avais été..

- Tu sais... j'aurais pu comprendre que tu ne veuilles plus me voir mais il aurait fallu m'expliquer avant de le faire ainsi, avant que je ne commence à négliger le boulot de gardien pour passer mon temps à te chercher dans cette immense prison de merde..

Je me retournais, un peu perdu et surtout plus calmé, j'avais vidé mon sac et c'était maintenant au tour de Keysha de faire de même, il en allait de notre relation, aussi fragile soit-elle désormais, il restait un espoir que tout cela ne soit qu'un mauvais rêve et je voulais saisir cette chance..


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Sam 17 Sep - 1:49
La pluie avait recommencé à couler, et tu étais toujours figée, regardant Galaad, qui, sous la surprise, en avait laissé tomber sa clope. Le pauvre. Ton souffle se bloqua dans ta gorge, et ton cœur battit à tout rompre tandis que son regard traduisait à la fois la colère et l'incompréhension. Tu aurais voulu pouvoir lui expliquer, mais par où commencer? Et surtout, comment être sûr qu'il n'était pas comme eux tous?
Lentement, le gardien s'approcha de toi, un sourire un peu inquiétant au vu de la situation au visage.

- Pourquoi... Pourquoi Key' ? Me voir te chercher constamment dans le complexe te fait plaisir ? Je voulais juste te voir tu sais, même de loin cela m'aurait suffit.. À défaut de ne pas pouvoir te serrer dans mes bras, juste te voir aurait suffit à me faire attendre notre prochaine nuit mais pourquoi t'es-tu donc défilée ? Explique moi je veux savoir !

Tu n'avais jamais remarqué qu'il t'avait cherché autrement que via ton téléphone. Il t'arrivait de le croiser de loin, au détour d'un couloir. Tu l'évitais, et tu le savais. Mais comment faire autrement? Comment lui expliquer?
Tu te mordis la lèvre, mal à l'aise, les cheveux trempés par la pluie. Tu avais l'air mal Keysha, et il était rare de te voir ainsi depuis quelques temps.

Tu devais lui dire que tout était fini non? Mais pourquoi tu ne pouvais pas? Pourquoi était-ce si dure de lui dire que tu n'avais plus confiance en personne? Que tu ne pouvais plus souffrir? Que tu ne voulais plus être trahie?
Pourquoi était-ce si dure de renoncer à ton bonheur, le seul?

- Tu sais... j'aurais pu comprendre que tu ne veuilles plus me voir mais il aurait fallu m'expliquer avant de le faire ainsi, avant que je ne commence à négliger le boulot de gardien pour passer mon temps à te chercher dans cette immense prison de merde..


Tu ouvris de grands yeux, et tu relevas la tête, que tu avais inconsciemment baissée face à lui, à son regard. Il t'avait cherché. Il t'avait vraiment cherché. Il avait négligé ses fonctions, prenant le risque de se faire défoncer par les supérieurs, pour toi.
Que dire? Que faire? Comment rattraper le coups? Devais-tu le laisser partir, ou au contraire le retenir? Keysha, sentais-tu tu corazon battre à tout rompre dans ta poitrine de sentir Galaad à la fois si prés et si loin de toi?

Tu vins doucement attraper sa main, pour lui demander silencieusement de te regarder dans les yeux. Que lui dire? Comment lui expliquer? Le pouvais-tu seulement?
Le sentir contre toi, pour la première depuis des jours, te faisait sentir combien il t'avait manqué.

- Bien Galaad. Je vais tout te dire. Mais promet moi de m'écouter jusqu'au bout avant de décider si oui ou non, tu pourras me pardonner.

Tu attendis patiemment sa réponse. Tu savais qu'il te laisserait t'expliquer. Tu le connaissais. Tu savais qu'il était quelqu'un de bien, qui avait besoin d'explication avant de peser le pour ou le contre.
Tu lui fis signe de s'abriter sans pour autant rentrer, avant de commencer.

- OK. J'ai jamais eu confiance en personne. Ni avant, ni après le drame qui m'a fait atterrir ici. Sauf que... Le jour où l'on s'est rencontré, j'ai aussi rencontré Road Spencer. On s'est recroisé quelques fois après ça. Et un jour... Il m'a permit de me libérer de ce qui s'était passé. Il est le seul à connaitre la vérité sur mon dossier. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce qu'il était là quand j'ai eu besoin de craquer.

Un soupire, une éternité qui s'étire.

- Il y a un mois, je suis allée le voir, pour lui parler et... Il m'a tourné le dos, sans aucune explication. Road est le seul à savoir pourquoi je suis là. A savoir de quoi je suis coupable, et de pour quoi je ne le suis pas.

Tu replongeas ton regard dans le siens, tâchant d'être le plus claire possible.

- Quand on choisit de faire confiance et que la personne en face vous tourne le dos sans aucune explication.. J'ai cru revivre un enfer. Et je t'ai éloigné pour ça querido. J'ai eu peur. Peur que le jour où tu ne découvres vraiment qui je suis, tu t'en ailles...


Ta voix trembla un instant. Et s'il était trop tard? S'il ne voulait déjà plus de toi? Si tu avais tout gâcher? Si pour cette fois, tu t'étais trahie toi-même en éloignant le seul homme assez fou pour t'avoir aimé, et pour avoir voulu être sincèrement là pour toi, et avec toi.

- Road m'en veux pour je ne sais quelle raison, et j'ai mal réagis face à son geste. J'ai eu l'impression de redevenir celle que j'étais à mon arrivée... Et d'une certaine manière, je le suis redevenue... Je te demande perdon Gal'... Je sais que j'ai eu tord, et si tu savais combien tu m'as manqué! J'ai eu peur et je m'en excuse. Je sais que tu pourras probablement pas me pardonner mais... Comprends que c'était dure pour moi de voir qu'on pouvait me tourner le dos en sachant qui j'étais vraiment...

Le plus dur reste à faire, car tu veux tout lui dire. Tu ne veux plus le faire languir. Tu ne veux pas qu'il doute de toi. Parce que tu l'as assez fait pour deux.

- Je t'aime amor. Je ne veux pas que tu partes sans en être certain. Même si je ne sais pas comment l'exprimer, ni même comment réagir face à tout ça... Je t'aime.


C'était la seconde fois que tu lui disais. La première que tu l'exprimais dans sa langue à lui. Mais tu ne voulais pas qu'il parte en pensant que tu ne l'avais pas aimé. Tu ne voulais pas qu'il regrette ses sentiments en pensant que les tiens n'avaient pas été sincère. Cet homme tu l'aimais. Il avait su réveiller en toi celle que tu étais jadis, et tu ne voulais pas qu'il l'oublie.



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Jeu 22 Sep - 23:54
J'étais assez énervé de ne pas avoir réussi à comprendre pourquoi elle n'avait plus voulu me voir du jour au lendemain mais avant tout j'étais surtout content de pouvoir enfin la voir de près et de pouvoir lui parler. Mais elle était prête à enfin m'expliquer ce qui avait pu se passer durant ce laps de temps où nous ne nous étions pas vu.
J'étais tellement contente de la voir que j'en avais oublié la pluie et pourtant Dieu sait qu'il était vraiment en train de flotter sévère sur ce toit glauque. Je décidais de me coller contre le mur tranquillement ne pouvant pourtant pas m'allumer une clope pour patienter aux vues du temps actuel, je fixais donc Keysha d'un oeil interrogatif mais surtout soulagé que l'on aie pu enfin se revoir..

Et puis elle commença à parler, de Road, de sa rencontre avec lui. Je me souviens bien du jour où je les ai vu pour la première fois, c'était pour ma visite du complexe, ça faisait une paye à vrai dire, rien que d'y penser je m'en faisais des cheveux blancs, tout cela avait l'air si loin, nous avions tellement changé mentalement et nos buts aussi..
Elle semblait croire que, si j'apprenais un jour son passé ou pourquoi elle s'était retrouvée ici, j'allais vouloir la fuir mais ce n'était pas mon genre et puis je lui avais déjà dit que son dossier et son passé ne m'intéressaient pas, je voulais juste faire partie de son avenir. Mais étant de nature méfiante je comprenais qu'elle se soit braquée si facilement, je ne pouvais pas lui en vouloir, j'avais beau ne pas connaître son dossier je voyais bien qu'elle n'avait pas vécu de belles choses pas besoin de quelconques explications pour comprendre cela...

- Road m'en veux pour je ne sais quelle raison, et j'ai mal réagis face à son geste. J'ai eu l'impression de redevenir celle que j'étais à mon arrivée... Et d'une certaine manière, je le suis redevenue... Je te demande perdon Gal'... Je sais que j'ai eu tord, et si tu savais combien tu m'as manqué! J'ai eu peur et je m'en excuse. Je sais que tu pourras probablement pas me pardonner mais... Comprends que c'était dure pour moi de voir qu'on pouvait me tourner le dos en sachant qui j'étais vraiment...

Quel idée ? Il aurait fallu m'en parler plutôt que de fuir, on aurait trouvé une solution, j'aurais pu aller parler à Road... Mais bon, c'est du passé désormais et tout ce qui comptais sur le moment était que nous nous soyons retrouvé, enfin.. Je m'enlevais du mur contre lequel je m'étais adossé pour m'approcher d'elle un peu plus, assez prêt pour que je puisse poser mes mains sur ses épaules. J'esquissais un léger sourire avant d'entendre la dernière phrase qu'elle avait à me dire.

- Je t'aime amor. Je ne veux pas que tu partes sans en être certain. Même si je ne sais pas comment l'exprimer, ni même comment réagir face à tout ça... Je t'aime.

Je la préférais largement comme ça plutôt que prostrée dans ses problèmes, elle s'ouvrait à moi pour la première fois, elle me disait "je t'aime" dans ma langue et non dans la sienne et ça, c'était bien la plus belle preuve d'amour et du fait qu'elle voulait que je reste qu'elle pouvait me faire. Je la serrais dans mes bras, content de pouvoir enfin la sentir contre moi de nouveau puis j'approchais doucement mon visage de son oreille, je ne voulais plus qu'elle s'inquiète.

- Aucune raison ne me pousse à te laisser, je te cherchais, je t'ai trouvée, je t'aime et tu me fais confiance, tout est organisé pour que nous restions ensemble n'est-ce pas Key' ? Serre-moi dans tes bras, serre aussi fort que tu es contente de pouvoir enfin le refaire parce que moi, ça m'avait manqué chica.

Je lui glissais un léger baiser dans le cou avant de continuer notre câlin qui se devait de durer, non pas uniquement afin de sceller nos retrouvailles mais bien pour se dire que, peu importe les problèmes et les imprévus, je serais toujours là pour elle et cela il fallait bien qu'elle le comprenne, absolument...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Ven 23 Sep - 11:50
A la suite de tes explications, Galaad vint poser ses mains sur tes épaules, un sourire tendre aux lèvres. Mais tu n'avais pas finis, et le plus dure était à venir. Quand vous avez fuis toute votre vie ces sentiments, pour ne pas souffrir et ne jamais devenir votre pire cauchemar, comment vous pouvez vous espérer les affronter, le jour où ils apparaissent? Comment lutter face à un coeur qui bat? Face à des sentiments si grands, et pourtant si dévastateurs? Comment survivre à ce combat?

Doucement, avec une tendresse infinis, il te prit dans ses bras et tu restas là, sans bouger, les bras le long du corps, ne comprenant pas.
Tu sentis sa chaleur t'envelopper, et à ce moment-là, et pour la première fois depuis un mois, tu te sentais bien. A ta place.
Dios mio comme il t'avait manqué! Ces lèvres vinrent prés de ton oreille, et tu sentis son souffle sur ta joue. Tu fermas les yeux face à l'espoir que tu avais qu'il reste ainsi pour toujours.

- Aucune raison ne me pousse à te laisser, je te cherchais, je t'ai trouvée, je t'aime et tu me fais confiance, tout est organisé pour que nous restions ensemble n'est-ce pas Key'? Serre-moi dans tes bras, serre aussi fort que tu es contente de pouvoir enfin le refaire parce que moi, ça m'avait manqué chica.

Tu ouvris de grands yeux, mais avant que tu ne puisses répondre, il t'avait embrasser dans le cou. Tu frissonnas toute entière face à son toucher, trop longtemps attendu.
Puis il te serras fort contre lui, comme il t'avait dis de le faire, de manière à te faire sentir combien tu lui avais manqué, et ô combien il s'était inquiété.
Lentement, tes mains vinrent se nouer dans son dos et ton corps se rapprocha de lui sans que ta volonté ne soit prise en compte. Tu te blottis contre lui, vos corps à peine abrités de la pluie et tu le serras aussi fort que lui le faisait avec toi.

- Gal'...!

Il y avait un sanglot dans ta voix. Un sanglot. Depuis combien de temps n'avais-tu pas pleurer? C'était avec Road, quand tu lui avais raconté qui tu étais et ce que tu avais réellement fais. Une larme coula sur ta joue, unique, tandis que tu restais contre Galaad, ne voulant jamais plus t'éloigner de lui. Comme trop longtemps privés l'un de l'autre, tu l'embrassas avec une passion dévorante. Tu l'aimais cet homme. Tu l'aimais vraiment. Et il était temps qu'il le sache, lui aussi, bien que cela te faisait peur et mal à la fois, de penser qu'un jour, cela pourrait ne plus être le cas pour lui.



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Jeu 29 Sep - 0:52
Le temps n'était pas au beau fixe ce soir-là, il suffisait de regarder les litres de pluie qui nous tombaient dessus sans interruption et pourtant pour une raison plutôt évidente, un soleil radieux venait de s'illuminer en moi et plus rien ne comptait autour de moi en dehors de Keysha et le fait qu'on se soit retrouvé l'un l'autre.
Elle m'avait prise dans ses bras à son tour et m'avait écouté, elle serait fort, aussi fort que possible, je voulais sentir qu'elle était enfin là, près de moi, et qu'elle ne partirait plus de sitôt.
Elle chuchota mon nom, sentant aussi un léger sanglot dans sa voix mais je décidais de ne pas lui faire la réflexion, le temps n'était pas aux taquineries mais plus aux embrassades et autres douceurs.
D'ailleurs, Key' ne manqua pas de me le rappeler puisqu'elle vint m'embrasser durant notre câlin de retrouvailles et pas n'importe quel baiser, un qui se voulait plus sincère qui voulait dire "Pardon" qui me montrait qu'elle ne voulait plus partir.
Je me détachais d'elle un instant la regardant dans les yeux.

- Key'... Promet moi de ne plus me refaire ce genre de coups d'accord ? Si tu as un souci la prochaine fois, viens me voir plutôt que de me fuir.

Sur ces mots je lui souriais, puis lui glissais un doux baiser sur le bout des lèvres histoire qu'elle en redemande, je ne voulais pas laisser s'installer une ambiance froide pour nos retrouvailles ça ne serait pas digne de nous deux.
J'allais donc sous un petit portique histoire de m'abriter un poil de la pluie, lui faisant signe de venir vers moi. Je sortais une clope et, cette fois-ci, l'allumais sans souci grâce à l'abri de fortune et tirais une latte dessus, soufflant, tout cela, ces moments de stress à ne pas la voir, tout cela était terminé..
Je repensais à tous les bons moments que nous avions déjà passé ensemble et me disais que tout pouvait enfin reprendre désormais, plus rien ne nous en empêcherait. D'ailleurs, une idée me passait par la tête, un truc sympa que l'on pourrait faire elle et moi et qui pimenterait un peu plus nos rendez-vous..

- D'ailleurs je pensais à un truc ma belle, j'ai une idée de l'endroit où on pourrait se retrouver lors de notre prochain rendez-vous. Je pense que ça va te plaire.

J'attendais de voir si elle était partante avant de dire quoi que ce soit. Il est vrai que mon idée était plutôt osée dans son genre et pourtant j'avais vraiment très envie de le faire. Évidemment je fais moins de conneries depuis que j'ai grandi un poil dans ma tête donc les bêtises à deux balles très peu pour moi mais, en plus d'osé, ici ce serait même dangereux et c'était là tout l'intérêt, un peu d'adrénaline, le rendez-vous ne pouvait être que plus palpitant. J'avais un sourire malicieux commençant à m'imaginer ce qui pouvait bien se passer si cela marchait et je décidais tout de même de dévoiler mes ambitions à Keysha, la première intéressée...

- J'espère que ça te plaira, le tout serait qu'on sorte de la prison, notre rendez-vous se ferait dehors. Jusque là, rien de palpitant tu me diras et je te répondrais que oui mais c'est après que ça devient intéressant, je te propose de venir... dans mon appart' ! ... Bon dis comme ça c'est pas ouf non plus mais si je rajoute que mes deux coloc' font partis du staff de la prison et qu'il faudra tout faire pour les éviter, là ça devient intéressant n'est-ce pas ?

Je lui laissais le temps de réfléchir et en attendant je terminais ma clope. Toute cette manigance était vraie, évidemment que je voulais vraiment faire ça mais je voulais surtout qu'elle oublie tout ce qui venait de se passer récemment, qu'elle se concentre uniquement sur le bien que je pouvais lui apporter et non sur le mal qu'elle avait pu subir. Bien sûr, ça allait être dur mais j'espérais que cela commencerait à faire son effet dès maintenant, même avec ma petite idée...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Jeu 29 Sep - 1:23
- Key'... Promet moi de ne plus me refaire ce genre de coups d'accord ? Si tu as un souci la prochaine fois, viens me voir plutôt que de me fuir.

Pour seule réponse, tu vins te coller à lui, tant et plus que cela soit possible, ne voulant pas le laisser douter. Une flamme s'était rallumée dans ton regard et ton cœur battait la chamade, comme à chaque fois que Galaad était dans les parages.
Il t'embrassa doucement, mais s'écartant trop vite, tu gémis, les yeux à demis fermés. Tu mis ta main dans ses cheveux et lui vola un baiser beaucoup plus tendre, le suppliant de combler le manque dont vous aviez souffert tous deux.

Quand il s'écarta, il parti s'abriter sous le petit protique prévu à cet effet, te faisant signe de le rejoindre, mais tu n'obéis pas.
Il s'en était passé du temps depuis que vous vous étiez rencontré. Des bons moments comme des mauvais avaient marqués cette route pourtant encore si courte.
Tu te souvenais de votre rencontre, avec Road, quand tu faisais taire Luis. TU te souvenais du regard des deux gardiens. De cette promesse de se retrouver si tu te plantais. Tu te souvenais de Galaad venant t'aider quand la bande de carnivores t'était tombée dessus. Tu te souvenais sa prévenance jusqu'à l'infirmerie et votre conversation le lendemain matin. Tu te souvenais de votre premier faux-pas, ensemble, et du second, qui vous avez valu de devoir vous quitter précipitamment, sous l’œil de l'infirmière. Tu ressentais encore la colère que tu avais eu ce jour-là, dans les sous-sol. Tu entendais encore le jeune homme te dire "je t'aime", pour la première fois. Tu te revoyais le retenir, lui affirmant que toi aussi, tu l'aimais. Corazon, tu te souvenais de tout, même du plus insignifiant.

Tu le rejoins et lui piquas sa clope, sans aucune gêne, t'adossant au portique. Beaucoup de souvenirs t'assaillirent mais tu en voulais d'autres. Bien d'autres. Pour encore longtemps, tu voulais pouvoir t'endormir en t'imaginant le scénario de votre prochaine rencontre, sans qu'il ne se réalise jamais, car la réalité était tellement plus belle.  

- D'ailleurs je pensais à un truc ma belle, j'ai une idée de l'endroit où on pourrait se retrouver lors de notre prochain rendez-vous. Je pense que ça va te plaire.

Tu tournas vers lui un regard curieux. Tu voulais bien savoir quel genre de rendez-vous il allait te proposer. Tu ne pouvais pas sortir. Il avait ce sourire malicieux que tu aimais tant. Il avait l'air d'un enfant sur le point de faire une bêtise. Une grosse bêtise.

- J'espère que ça te plaira, le tout serait qu'on sorte de la prison, notre rendez-vous se ferait dehors. Jusque là, rien de palpitant tu me diras et je te répondrais que oui mais c'est après que ça devient intéressant, je te propose de venir... dans mon appart' ! ... Bon dis comme ça c'est pas ouf non plus mais si je rajoute que mes deux coloc' font partis du staff de la prison et qu'il faudra tout faire pour les éviter, là ça devient intéressant n'est-ce pas ?

Tu lui rendis sa clope doucement, pour qu'il la termine et tu l'observas, sans savoir quoi répondre. Une fois sa cigarette finie, tu restas un moment encore à te demander comment réagir. Galaad voulait te faire sortir, t'emmener chez lui et... Et enfreindre un bons nombres de règles, juste pour vous deux, pour vous accorder un instant de pause, de paix, de tendresse.

- Eres sérieux? Amor, ce n'est pas drôle si ce n'est pas vrai!

Mais tu voyais bien que oui, il l'était, sérieux. Un sourire de gamine la veille de Noël te monta au visage et tu lui sautas dans les bras, heureuse et follement excité d'enfreindre une fois de plus le règlement pour le voir.

- J'en serais plus que ravie Gal'.


Cette Keysha, seul Galaad la connaissait. Tu n'avais pas été si libre depuis la mort de ta mère. Tu restas contre lui, remerciant muettement ta famille de te l'avoir rendu.
Tu ne lui en dirais rien, mais tu étais résolue à ne plus faire de vague inutile, pour sortir de là au plus vite... Et lui prouver que tu le méritais, et que tu valais mieux que ce que ton père t'avait fais croire.

- Pero... Je les connais? Tes coloc' je veux dire? Ça se trouve, je sais qui sait.

Toujours l'art et la manière de poser la bonne question, au mauvais moment. Trop forte angel!



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Sam 26 Aoû - 22:37
La pluie était battante en ce moment et il est vrai que cela nous arrangeait au final, plus de distance, nous étions de nouveau ensemble, j'espérais pour assez longtemps désormais et que Key' n'essaierait plus ce genre d'esquives. Mais quelque chose me disait que tout ça n'était plus qu'un mauvais souvenir et que nous allions enfin pouvoir gérer notre relation comme nous l'entendions, du moins autant que nous le pouvions dans cette immense prison infernale.

Enfin, tout ça n'étant plus pour l'instant qu'un mauvais souvenir, il nous fallait prévoir nos prochaines sorties et nuits et pour ainsi faire, j'avais prévu que nous sortirions une journée afin de venir dans mon nouvel appartement pour qu'elle puisse le visiter et se faire à l'ambiance, et puis surtout sortir prendre l'air, le vrai air frais, pas celui de la prison rempli de pression et de tension, l'air pur de la liberté. J'avais bien conscience que cela ne durerait qu'une journée mais après tout, c'est notre relation qui est ainsi et puis cela rajoute toujours du piquant lors de nos "rencontres".

Après lui avoir parlé de cette idée que j'avais je me tournais légèrement afin d'observer de quelle manière le temps pouvait-il tourner et il semblait bien que cette pluie battante allait continuer encore pendant un moment mais je ne la ressentais pas comme je pouvais la ressentir au début de notre conversation, elle ne paraissait plus froide et triste mais elle s'était réchauffée et était bien plus apaisante.
Key' semblait apprécier l'idée et il faut avouer que je n'étais pas peu fier de ma trouvaille mais ainsi la question fatidique arrivait.

- Pero... Je les connais? Tes coloc' je veux dire? Ça se trouve, je sais qui sait.

Alors oui, il ne fallait pas seulement qu'elle trouve l'idée géniale mais surtout qu'elle accepte de bien vouloir venir avec mes deux colocs dans les parages. Et vu les colocs en question il allait falloir qu'elle soit vraiment certaine de notre discrétion ou bien que l'idée l'emballe à fond pour qu'elle accepte, qui plus est avec ce qu'elle venait de me dire concernant son passé proche avec un certain gardien...

- Humm... oui tu les connais, du moins un pour sûr.

A ce moment je me retournais pour me retrouver en face d'elle afin de lui annoncer les noms qui allaient sans doute la brusquer, du moins un en particulier. Je me rapprochais d'elle doucement me rallumant une clope tout en lui tendant une autre afin qu'elle en profite aussi. Je la regardais dans les yeux prenant mon air aussi sérieux possible afin qu'elle comprenne que mon invitation n'était vraiment pas une blague et que je comptais bien l'emmener en dehors de la prison.

- Alors le premier est Chad Merill, un médecin fou de la prison qui se drogue je crois bien, mais peu importe. Le deuxième risque de te faire un poil tiquer, c'est Road...

Je m'attendais à n'importe quelle réaction venant de sa part, allant du stress au refus complet de l'invitation et cela ne me gênait pas du tout au vu des différents qui les concernent. L'idée ayant été conçue bien avant cette révélation je n'avais pu le prévoir et je pense même que je n'aurais jamais proposé l'idée...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Sam 26 Aoû - 23:14
Querida, tu ne te serai jamais attendu à une proposition pareille! Tu n'arrivais pas à croire que ton homme puisse vouloir t'emmener sur son lieux de vie, malgré la situation. Tu aurai voulu sourire de toutes tes dents, mais savoir que les coloc' de Galaad étaient eux aussi de la prison t'empêchait de te réjouir totalement de la nouvelle. Tu appréhendais un peu.
En effet, l'inconvénient d'avoir ta réputation et d'avoir foutue assez souvent la merde au sein même des membres du personnel, c'est qu'ils seraient peut-être encore moins conciliant à l'idée de te découvrir chez eux...

Tu vins poser tes mains sur sa taille, attendant patiemment sa réponse, le souffle court. La pluie avait redoublée et il était maintenant impossible pour vous de vous séparer, sous peine de finir trempés.

- Humm... oui tu les connais, du moins un pour sûr.

Tu avalas difficilement ta salive, appréhendant la suite de son explication. Tes poings se refermèrent sur son haut, serrant si fort que tes jointures en devinrent blanches. Tu avais peur que ta réputation ne gâche tout, encore une fois. Tu avais peur de tout foutre en l'air, et de perdre le beau sourire de ton gardien. C'était tellement compliqué!
Il te tendit une cigarette que tu ne pris pas, bien trop occupée par votre conversation.

- Quien?

- Alors le premier est Chad Merill, un médecin fou de la prison qui se drogue je crois bien, mais peu importe. Le deuxième risque de te faire un poil tiquer, c'est Road...

Tu as tremblé à l'évocation de Road. Tu ne connaissais pas Chad, mais lui, si. Et lui te connaissais très bien. Trop bien. Bon sang il te connaissait même mieux que Gal'! Il allait tout gâcher! No. Tu allais tout gâcher. Comme d'habitude.

- No puedo... Galaad, no puedo. Road... Il va nous le faire payer. Il va... Il me hait et je ne sais pas por que.  

Tu t'es détaché de lui pour t'éloigner sous la pluie. Tu finis trempée trop rapidement. Ainsi peut-être ne verrait-il pas à quel point cette situation te pesait?

- Il y a des choses que... Que tu ne sais pas sur moi. Que lui sait. Des choses qui font qu'il me déteste... Je peux pas querido. Je ne veux pas... Je suis peut-être tête brûlée, mais j'ai aussi mes limites... Si il apprend pour nous... No sé de quoi il serait capable... Et crois moi, je refuse d'être l'une de ces prochaines cibles pour son entraînement de tir! Et je ne veux pas non plus que tu sois au milieu de tout ça.

Tu avais baissé la tête, les poings serré le long du corps. Tu avais briser ce qui aurait pu être un merveilleux rendez-vous. Tu te détestais pour ça. Tu soupiras.

- Perdon Gal'. Je comprendrai si tu préférais que je retourne dans ma cellule et qu'on fasse comme si aujourd'hui n'avait pas eu lieu.


Pourquoi tentais-tu encore de fuir corazon? Il ne t'avait pourtant pas demander de cesser de le faire?



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Mar 29 Aoû - 18:51
La pluie battante n'avait pas l'air de cesser mais la conversation dans laquelle nous nous étions lancés ne nous permettait de nous occuper de choses aussi futiles que la pluie ou le beau temps, nous parlions bien ici d'un avenir, un avenir pour deux personnes liées par un sentiment puissant et pourtant se cachant en core bien des secrets.
Et pourtant, ici il n'était en aucun cas question de secrets, je savais bien que Keysha avait ses fantômes du passé mais est-ce que tout cela m'importait ? En aucun cas ! Et pourtant cela nous pourrissait bien la vie..
Nous nous tenions très près l'un l'autre lorsque je lui annonçais le nom des colocataires et sa réaction, bien qu'un peu brutale, était totalement attendue et je savais bien qu'il allait falloir que je bataille afin de la convaincre. Elle s'éloigna brusquement de moi afin d'aller se jeter sous la pluie battante faisant fi de la moindre gouttelette.

- Il y a des choses que... Que tu ne sais pas sur moi. Que lui sait. Des choses qui font qu'il me déteste... Je peux pas querido. Je ne veux pas... Je suis peut-être tête brûlée, mais j'ai aussi mes limites... Si il apprend pour nous... No sé de quoi il serait capable... Et crois moi, je refuse d'être l'une de ces prochaines cibles pour son entraînement de tir! Et je ne veux pas non plus que tu sois au milieu de tout ça.

Je la regardais dans les yeux, l'air peiné. En réalité je ne savais pas à quel point tout ce qui se bousculait dans son être pouvait l'affecter même si j'avais pu comprendre certaines choses sur son passé de part le fait que je la côtoyais depuis un moment déjà. Je ne trouvais pas ce qui pouvait bien mener à un tel comportement n'ayant pas lu son dossier.
J'étais cela dit certain de bien lui avoir précisé que le passé ne me préoccupait en aucun cas et que moi aussi j'avais mes parts d'ombre mais tout ça la rongeait de l'intérieur et si elle ne m'avait pas rencontré et que je ne lui avais pas redonné ce sentiment qu'elle pensait avoir écarté de son coeur qu'est l'amour, elle aurait sans doute fini par se consumer, seule, sans aucune personne pour la soutenir... Et rien que cette idée me faisait frémir...
Je me tournais afin d'être dos à elle et pointais mon regard vers le ciel.

- Perdon Gal'. Je comprendrai si tu préférais que je retourne dans ma cellule et qu'on fasse comme si aujourd'hui n'avait pas eu lieu.

Elle continuait d'essayer d'éviter le problème, encore, comme elle venait de le faire pendant des jours. Elle faisait ça pour tenter de me protéger cela va de soi, mais c'est bien tout le contraire que ça me faisait, la laisser partir signifierait la laisser se morfondre dans ses problèmes et laisser tomber la femme qui avait, sans le laisser paraître, le plus besoin de moi en ce moment, et ceci m'était complètement inconcevable.

- Key'... Si j'avais voulu que tu retournes dans ta cellule, crois moi j'aurais très bien pu partir moi-même tu ne penses pas ? Alors écoute s'il te plait ce que j'ai à te dire. Je te l'ai déjà dit,
et pourtant je te le répète, je ne veux rien savoir de ton passé ni de pourquoi tu es ici, tout cela te concerne. Tout ce dont je veux entendre parler c'est de ton présent, ton avenir, parler de la pluie et du beau temps avec toi, comme toutes les personnes font, comme toutes les personnes qui s'aiment font.


Je m'approchais d'elle, la rejoignant sous la pluie, la regardant un sourire aux lèvres. J'en avais marre de la voir si triste alors que nous avions l'habitude d'être si insouciant quand nous étions tous les deux, je voulais revoir la Keysha qui m'avait été donné de connaitre auparavant et pour ça il allait me falloir redoubler d'effort.
Je la pris par les mains la regardant dans les yeux.

- Ce que pense Road m'importe peu et s'il faut crever l'abcès nous le ferons, mais pas toi toute seule, tu es dotée de quelqu'un maintenant, quelqu'un qui connait tes bons côtés et sait comment tu es réellement et cette personne elle est en face de toi. Si Road a un problème avec notre relation alors il m'en parlera d'homme à homme et je lui expliquerai ce qui fait que tu n'es pas celle que tu prétends être et si ton passé deviens trop lourd, il suffira de me laisser en porter un morceau à tes côtés. Je ne suis peut-être pas parfait Key' mais ce que je sais c'est que je ne laisse jamais les personnes qui comptent pour moi tomber, tu peux en être certaine chica.

Je la regardais toujours avec une telle ardeur dans les yeux que je ne ressentais plus la pluie ni le froid qui nous envahissait, tout était superflu et ce qui importait c'était ce que pensait Keysha de tout ce que je venais de lui dire. Je n'étais peut-être pas doué pour les tirades mais au moins tout ce qui venait d'être évoqué était vrai et purement sincère. Evidemment, si après ça elle continuait d'hésiter concernant mon invitation je ne la forcerai pas d'avantage mais au moins elle savait qu'elle pouvait compter sur quelqu'un à tout instant désormais.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Mar 29 Aoû - 22:04
Dans une relation amoureuse, le plus important réside dans la confiance et dans la communication. L'un ne va pas sans l'autre. C'est bien beau de s'aimer, mais ça ne suffit pas à faire un couple solide. Hors, c'était exactement ce qu'on pouvait te reprocher Key'.
Tu refusais d'envisager que Gal' puisse comprendre ton passé par peur de reproduire la mauvaise expérience partagée avec Road. Tu avais peur qu'il te tourne le dos et qu'il ne revienne pas.

Tu as bien vu à quel point tu l'avais blessé. Combien tu lui faisais du mal à refuser d'en parler calmement. Tout ça parce que tu avais peur de confier votre couple à ses mains. Parce que tu avais peur que tout ne soit encore trop fragile.
Il t'a tourné le dos, te cachant sans doute le combat qu'il menait et que tu aurai pu lire dans ses yeux.

- Key'... Si j'avais voulu que tu retournes dans ta cellule, crois moi j'aurais très bien pu partir moi-même tu ne penses pas ? Alors écoute s'il te plait ce que j'ai à te dire. Je te l'ai déjà dit, et pourtant je te le répète, je ne veux rien savoir de ton passé ni de pourquoi tu es ici, tout cela te concerne. Tout ce dont je veux entendre parler c'est de ton présent, ton avenir, parler de la pluie et du beau temps avec toi, comme toutes les personnes font, comme toutes les personnes qui s'aiment font.

Il ne voulait pas savoir hein? Ô comme tu aurai voulu ne rien avoir à dire! Keysha... Tu doutais que ton passé ne resurgisse un jour. De plus, tu avais réellement envie de parler à Galaad de ta vie d'avant. Celle quand tu vivais avec Alex et que tu vivais tes rêves. Il fallait que tu lui en parles avant qu'un autre ne s'en charge à ta place.
Il s'est rapproché de toi avant de te prendre les mains, un beau sourire aux lèvres. Tu l'aimais tellement!

- Ce que pense Road m'importe peu et s'il faut crever l'abcès nous le ferons, mais pas toi toute seule, tu es dotée de quelqu'un maintenant, quelqu'un qui connait tes bons côtés et sait comment tu es réellement et cette personne elle est en face de toi. Si Road a un problème avec notre relation alors il m'en parlera d'homme à homme et je lui expliquerai ce qui fait que tu n'es pas celle que tu prétends être et si ton passé deviens trop lourd, il suffira de me laisser en porter un morceau à tes côtés. Je ne suis peut-être pas parfait Key' mais ce que je sais c'est que je ne laisse jamais les personnes qui comptent pour moi tomber, tu peux en être certaine chica.

Chica. C'était beau, ta langue dans sa bouche. Ça te plaisait.
Sans plus réfléchir, tu lui sautas dans les bras. Il avait trouvé les mots. Maladroits peut-être, mais ils étaient là. Tu nouas tes bras autour de son cou, tes pieds ne touchant plus le sol.
Tu le serras contre toi, respirant son odeur et t’imprégnant de sa chaleur.

- Querido! C'est d'accord! Je te suivrai où tu voudras. Por l'amor de Dios, j'accepte! Mais il faut que je t'avoue tout avant. Por favor.

Il était temps d'avouer tes péchés Keysha. Temps s'assumer cette fille que tu avais été mais que tu n'étais plus une fois au contact du jeune gardien.



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Sam 2 Sep - 1:13
Il pleuvait toujours autant dans la prison et nous étions toujours dessous, à nous regarder dans le blanc des yeux, ne pas faire un pas devant l'autre, à attendre que l'un de nous parle afin de décoincer la conversation.
Key' étant dans l'incapacité de le faire, se sentant trop gênée, c'était à mon tour de la rassurer et c'est ce que je tenta de faire du mieux que je le pouvais. Je la regardais en souriant tout en déballant ma tirade pleine de bonne volonté. C'est vrai, quand on y pense cela faisait longtemps que je n'avais pas eu de relation telle que la notre, voire jamais à vrai dire... Alors je ne voulais pas que celle-ci se termine prématurément, je voulais qu'elle dure aussi longtemps que possible, la sensation qu'elle me procurait était si enivrante, ça aurait été très difficile de s'en passer.
Bref, au lieu d'être dans mes pensées je me réveillais un peu et attendait la réponse définitive de Keysha qui réfléchissait. Mais cela ne dura pas longtemps elle sauta dans mes bras, quelque chose qu'elle n'avait pas fait depuis longtemps et cela me plaisait.

- Querido! C'est d'accord! Je te suivrai où tu voudras. Por l'amor de Dios, j'accepte! Mais il faut que je t'avoue tout avant. Por favor.

J'avais réussi à la convaincre, cela m'enlevait un poids à vrai dire, j'avais peur que même avec ça elle refuse de s'ouvrir à moi et se renferme encore plus sur elle même mais Dieu merci non..
Je la collais contre moi afin de lui faire comprendre que j'étais très heureux de sa décision et j'en profitais pour lui caresser délicatement les cheveux, quelque chose que je n'avais pas fait depuis un moment et qui me manquait beaucoup.
Malgré ce que je venais de lui dire cependant, elle souhaitait toujours me raconter son histoire, du moins je pensais que c'était de ça qu'elle voulait parler quand elle disait vouloir "tout m'avouer". Je l'écartais un peu de moi afin de pouvoir la regarder dans les yeux.

- Tu es sûre de toi ? Je veux dire, tu sais que ce n'est pas quelque chose qui m'importe.
Je veux l'entendre, seulement si tu me dis que c'est très important pour toi et qu'on ne peut pas faire autrement.


Je voulais qu'elle soit sûre d'elle et qu'elle ne regrette pas après coup même si je pensais déjà savoir sa réponse. Si Keysha a une idée en tête difficile de lui enlever. Et puis au final, cette histoire commençait à m'intriguer. Qu'est-ce qui pouvait bien faire que Road soit ainsi avec Key' ? Que recelait son histoire de si important pour que cela fasse tant de bruit et que je sois obligé d'y être impliqué ?
J'espérais bien qu'elle puisse répondre à toutes ces questions au plus vite que nous puissions enfin nous occuper de ça, ou tout du moins crever l'abcès au possible et espérer qu'elle aille mieux, ma chica..


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Sam 2 Sep - 2:05
Il y a un monde entre l'affect et la confiance. Avoir de l'affection pour quelqu'un ne veut pas dire lui faire confiance. Entre Galaad et toi, corazon, cela avait commencé par une simple attirance, trop vite suivie par une affection irrépressible. Mais avant ce jour-là, tu ne lui faisais pas totalement confiance. Là, si.

Tu aurais pu ne rien lui dire et laisser les choses arriver. Un jour, il était certain que la vérité éclaterait. Tu aurais pu laisser Road tout avouer sous la colère ou la haine, ou tout simplement pour t'évincer de la vie du gardien.
Cependant, tu n'avais jamais eu le choix Key'. Ta mère était morte sans que tu ne puisses rien décider. Ton père t'avait battue tout en t'obligeant à te taire sans se demander une seule seconde si tu avais choisis de tant ressembler à tu madre. Quand à Alex... Ton père avait choisie de t'en priver, et c'était pour te protéger que tu l'avais torturé à son tour avant de l'abattre. On ne t'avait laissé le choix qu'une fois: Le jour où tu t'étais rendue. Tu aurais pu fuir et tu ne l'avais pas fais. Tu avais choisis d'assumer. Et c'était encore ce choix que tu faisais, ce jour-là sur le toit.

Tu sentis une main tendre te caresser les cheveux, d'un geste apaisant et plein d'amour. Personne ne t'avait jamais touché comme Gal' le faisait. Tout dans sa voix et dans son comportement vis à vis de toi prouvait l'affection. Tout en lui te montrait à quel point il pouvait t'aimer.
Il t'a fixé, les yeux dans les yeux, cherchant en toi la moindre trace d'hésitation, en vain. Il n'y en avait pas. Pas cette fois. Tu adorais ce regard. Ce regard emplis de toute l'affection et de toute la détermination du monde. Il ne voulait que ton bonheur angel, et tu voulais le sien tout autant. En espérant le partager bien sûr.

- Tu es sûre de toi ? Je veux dire, tu sais que ce n'est pas quelque chose qui m'importe. Je veux l'entendre, seulement si tu me dis que c'est très important pour toi et qu'on ne peut pas faire autrement.

Tu as souris Key', de ce sourire mi-amusé, mi-tendre que tu ne réservais qu'à Galaad. Lui seul avait un jour su briser ta carapace, et tu n'avais plus jamais pu la porter à ses côtés. C'était ce qui t'avais effrayé au début puis ce qui t'avais conquise. Avec lui, tu te souvenais de celle que tu avais jadis été, enfant heureuse et aimé par sa mère puis par son frère, pour devenir celle que tu étais vraiment: une jeune femme en devenir, avec un passé un peu trop lourd à porter seule.

- On pourrait faire autrement Gal'... Mais c'est important para mi. Je veux que tu saches qui j'étais. Qui je suis toujours, au fond de moi. Viens là.

Vous vous êtes mis à l'abris et tu t'es réfugiée contre lui. Tu avais besoin de ses bras et de sa chaleur pour te confronter de nouveau à des souvenirs aussi douloureux que déchirants. Tu pris une lourde inspiration, le coeur battant à tout rompre. Tu choisissais de lui faire confiance, mais tu avais peur de sa réaction. Et s'il n'aimait pas connaître tant de faiblesses de toi?

- Querido, je n'ai pas toujours été une peste de première. Autrefois, j'étais une petite fille tout ce qu'il y avait de plus heureuse. J'avais une famille: Mi papa, mi mama y mi hermano, Alejandro. Il était l'aîné. Il a toujours pris soin de moi. D'aussi loin que je me souvienne, il a toujours été là pour moi. On était heureux. J'adorais ma mère! Si tu l'avais vu... Elle était douce, drôle, aimante... J'avais huit ans quand le cancer nous l'a enlever. En seis meses. Mi padre n'a plus jamais été le même. Je ressemble beaucoup à mama. J'ai ses cheveux, son visage... Mon père n'a jamais plus supporter de me voir et il a commencé à vouloir me briser. Il buvait. Beaucoup. Alejandro a tout fait pour me protéger. C'est comme ça que el padre a commencé à nous battre régulièrement, jusqu'à entendre nos os rompre, et que le cauchemar a commencé.

Un frisson te parcouru, mais ce n'était pas à cause de la pluie qui t'avait trempée. Tu étais reparti loin en arrière. Tu étais de nouveau cette petite fille apeurée qui se retenait de crier devant tant de violence de la part de cette personne abusant de sa confiance.

- Il a commencé à boire et c'était de pire en pire... Alex avait quatre ans de plus que moi. Quand j'ai eu dix-sept ans, mon père m'a frappé plus fort que d'ordinaire. C'est d'une telle violence! Je me souviens m'être évanouie, avoir supplier... Sitôt que mi hermano l'a su, il m'a emmené avec lui en Amérique. Ma mère était de LA. On a rejoint sa soeur qui nous a beaucoup aidé. Alejandro a commencé à travailler et avec nos économies, on s'est offert une vie. Je suis allée à l'université, armée de ma seule guitare, un cadeau de mon frère quand j'ai eu dix ans.

Tu soupiras, t'apprêtant à tout dire, à tout révéler, le regard douloureux sous tes paupières closes.

- Ça a duré un peu plus d'une demie-année. J'étais heureuse, avec mon frère, ma tante et je vivais mes rêves. J'ai cru naïvement que tout resterait ainsi.  Et puis un soir... La puerta a sonné. On ne s'est pas méfié. J'ai ouvert... Je ne me souviens plus ce qu'il s'est passé. Tout ce que je sais, c'est qu'en me réveillant, j'avais l'image du regard fou de mi padre en train d'entrer, et une entaille profonde me barrant tout le dos.

Les larmes coulaient corazon, enfin. Aucun sanglots, juste des larmes invisibles sous la pluie. Tu serras entre tes poings le haut mouillé de ton amant. Ça faisait si mal!

- El padre n'était plus là. Mais tout était... Dios mio c'était si froid! Si silencieux! Quand je suis entrée dans la cuisine... Galaad il l'avait tué! Mi hermano... Mon père m'a tout pris, jusqu'à mon frère. J'ai pas supporté. On en avait tellement bavé... Il n'avait pas le droit! Je l'ai traqué. Je l'ai poursuivis. Quand je l'ai retrouvé... Je ne voulais pas le torturer. Mais... Mais l'image des yeux vides et de la peau glacée d'Alex m'a fait vriller. J'avais besoin de lui faire payer ce massacre. Cette tragédie, ma perte! Quand... Quand j'ai finis par l'abattre, je me suis sentie enfin libre. Paradoxal hein? Mais il ne pourrait plus jamais faire de mal à qui que ce soit, et c'était tout ce que je voulais.


Les forces t'ont manqués Keysha, et tu as manqué de t'effondrer.

- Je me suis rendue à la policia sans faire d'histoire. J'ai hurlé que j'étais innocente pour Alex. Je n'ai pas tué mon frère, je l'aimais! Il était tout ce que j'avais et personne ne m'a cru. J'ai finis par abandonner et par laisser croire à tout le monde que j'étais cette mexicaine sadique qui avait assassiné sa famille sans réelle raison. Je ne l'ai pas tué Gal'... Je le jure... Por favor, crois moi. Alejandro était ma famille, mon unique repère... J'aurai jamais pu faire ça.

Tu te collas encore contre lui, refusant cette fois de fuir comme te hurlait ta raison de le faire. No. Galaad pouvait comprendre. Il t'aimait. Il était là. Il t'avait écouté.

- Tu sais tout dans les moindres détails. Querido... Perdon de t'avoir mentis tout ce temps. Mon dossier n'est en rien la vérité. Perdon.  



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Mar 5 Sep - 1:26
La vérité allait enfin m'être dévoilée et pourtant ça ne m'était toujours pas important, du moins pas en général, cependant cela semblait l'être pour le moment et il faut savoir accepter d'entendre ce genre d'histoires du passé lorsqu'il est nécessaire. Même si pour ma part, un seul sourire de Keysha me permet de rester heureux.
J'attendais alors qu'elle me raconte cette histoire, son lourd passé qui la faisait tant souffrir. J'avais du mal à me rendre compte et à deviner l'ampleur de ce qui allait m'être dévoilé quelques secondes plus tard et je me demandais toujours qu'est-ce qui pouvait bien être si grave.
Elle vînt se réfugier contre moi, je la sentais, presque fiévreuse, je devinais bien que ce qu'elle s'apprêtait à me dire lui pesait sur le coeur et qu'elle avait peur mais j'allais faire mon possible pour qu'elle reste aussi calme que possible.
Je la pris dans mes bras délicatement et lui frotta doucement le dos afin qu'elle sache qu'elle n'était pas seule, et qu'elle ne le serait plus désormais.

- Querido, je n'ai pas toujours été une peste de première. Autrefois, j'étais une petite fille tout ce qu'il y avait de plus heureuse...

Et c'est ainsi que commença son récit, j'écoutais, mot par mot, ce qu'elle me disait, si c'était important pour elle alors ça l'était deux fois plus pour moi.
L'histoire continuait et je commençais à me dire que la Keysha que je connaissais n'était en rien celle qu'elle me décrivait, qui vivait dans l'amour et la joie.
Et enfin la maladie, le fléau qui emporte tout sur son passage, j'arrivais à déceler des tremblements lorsqu'elle me parlait de sa défunte mère, une femme sans aucun doute remplie de qualités et une mère exemplaire. Une mère que toute enfant rêverait d'avoir sommes toutes, et on lui a enlevé...
La pluie tombait encore mais désormais celle-ci n'était plus réconfortante, elle était nostalgique, lourde et triste..

... Quand j'ai eu dix-sept ans, mon père m'a frappé plus fort que d'ordinaire. C'est d'une telle violence! Je me souviens m'être évanouie, avoir supplier... Sitôt que mi hermano l'a su, il m'a emmené avec lui en Amérique...

Et enfin son père, je serrais fort mes poings retenant ma colère le concernant avant de les desserrer aussitôt, lui aussi avait été affecté par la mort de sa femme.. Cela ne repêche en rien son addiction pour l'alcool qui s'en suivi et encore moins le fait qu'il battait ma chica mais je pouvais tout de même ressentir son désespoir envahissant tout ce récit.
Puis vînt a fin de l'histoire, la vérité quant à l'emprisonnement de Key'...
Il avait tué Alex dans un élan de rage. Les pièces du puzzle s'assemblaient, je comprenais enfin presque toute l'histoire, malheureusement je me doutais bien de comment tout cela s'était terminé, ceci car, j'aurais sans doute fait la même chose à sa place...

... J'avais besoin de lui faire payer ce massacre. Cette tragédie, ma perte! Quand... Quand j'ai finis par l'abattre, je me suis sentie enfin libre. Paradoxal hein? Mais il ne pourrait plus jamais faire de mal à qui que ce soit, et c'était tout ce que je voulais...

Comment lui en vouloir ? Après avoir vécu l'enfer de la mort une fois, être obligé de le subir une seconde fois doit être invivable et inhumain. A l'écoute de ce passage du récit je la serrai fort dans mes bras, devoir faire ressurgir une telle histoire devait être un véritable calvaire..
Et puis je réussis enfin à assembler le puzzle en entier, les autorités pensaient donc qu'elle avait tué son frère en plus de son père, la faisant passer pour une folle et un monstre aux yeux de tous, un rôle qu'on lui a donné sans qu'elle en veuille et qu'elle s'est mise à jouer, ne voulant plus lutter.
Je savais enfin tout et aussi bizarre que cela puisse paraître je ne me sentais pas mieux pour autant. J'étais à la fois triste et outré de par l'incompétence de la police et du supplice subi par Key'. Je restais sans voix mais il fallait que je me décide à parler, qu'elle sache ce que j'en pensais.

- Key'... Ton histoire est déconcertante je dois bien le reconnaître. Pour moi qui ai vécu dans la facilité, du moins dans le domaine familial, je ne peux que déplorer la mort de ta mama...
Elle semblait formidable. Je vais te dire chica, je suis certain d'une chose, s'il m'était arrivé la même chose je n'aurais pas hésité à faire ce que tu as fait sois en sûre. Et évidemment que je te crois, qui serait capable de tuer son propre frère que l'on chérit tant ? Je n'ai qu'à le voir dans tes yeux, ils crient que tu l'es, innocente chica.


Je lui caressais doucement les cheveux esquissant une fois de plus un léger sourire, lui montrant que cela était bien fini et que je ne changerais en rien notre relation, elle est ma lueur dans cette sombre prison, elle l'est et le restera...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Mar 5 Sep - 1:52
Il y a des choses qui ne passeront jamais, pas même avec le temps. Des douleurs qui resteront vives mais qu'on apprendra à repousser tant qu'on le peut. Des souffrances que l'on effacera jamais. La perte en est une. La perte et l'incompréhension de celle-ci. C'est ainsi. Tu n'avais jamais compris pourquoi ton frère était mort. Quelle était sa faute? Pourquoi lui? Tu n'avais jamais fais ton deuil corazon. Comment aurais-tu pu, alors que tous te croyait responsable de ce drame qui avait précipité ta chute?

Galaad t'a tenu serré contre lui, silencieux, te laissant parler comme tu ne l'avais jamais fais. Il raffermissait son étreinte quand il te sentait faiblir, attendant patiemment que tu dises chacun des maux qui te pesaient sur le cœur depuis tant de temps.
Il ne t'a pas interrompu. Il ne t'a pas demandé d'arrêter, il ne t'a pas non plus demandé plus de détails. Il aurait pu, tu ne lui en aurais pas voulu, mais non. Il ne l'a pas fait. Galaad était le seul à avoir vu tes cicatrices. Il savait où elles étaient, leurs tailles et aujourd'hui, tu lui livrais leur histoire.

Tu serrai encore son haut trempé par la pluie quand tu eus finis de raconter ton passé. Ça faisait tellement peur! Tu appréhendais sa réaction. Et s'il te tournait le dos? S'il partait? S'il ne te croyait pas?

- Key'... Ton histoire est déconcertante je dois bien le reconnaître. Pour moi qui ai vécu dans la facilité, du moins dans le domaine familial, je ne peux que déplorer la mort de ta mama... Elle semblait formidable. Je vais te dire chica, je suis certain d'une chose, s'il m'était arrivé la même chose je n'aurais pas hésité à faire ce que tu as fait sois en sûre. Et évidemment que je te crois, qui serait capable de tuer son propre frère que l'on chérit tant ? Je n'ai qu'à le voir dans tes yeux, ils crient que tu l'es, innocente chica.

C'était probablement la plus belle chose qu'il aurait pu te dire: Qu'on lisait encore en toi combien tu avais chéris ton frère, et combien tu étais innocente. Tu l'observas alors qu'il te caressait les cheveux, de cette manière qui te paraissait si tendre et si douce, de cette façon qui parvenait toujours à te calmer, peu importe les tempêtes contre lesquelles tu faisais face.
Il avait un sourire si doux! Sans un mot, tu te blottis contre lui, laissant ton chagrin s'envoler loin de tes pensées.

- Personne ne me croit Gal'. J'ai endossé un meurtre pour lequel je ne suis pas coupable. J'aurai pu m'en sortir avec les circonstances atténuantes pour la mort de mi padre, mais là, je suis foutue. Je sortirai pas avant un moment. Je suis coincée ici. Tu crois que tu tiendras? Que ça te conviendra encore longtemps? Por favor, querido, réponds-moi.

Tu étais tellement bien entre ses bras. Tellement heureuse! Et finalement, tu pouvais bien être coincée dans cette prison, loin des tiens, loin de celle que tu fus autrefois ou bien encore montrer à Road, sur son terrain, chez lui, que tu étais autre chose qu'une simple détenue pour le gardien, tu n'aurais qu'à sentir les bras de ton beau gardien pour te sentir chez toi. Il était ton repère, ta lumière dans les ténèbres, ton espoir. Il était cette promesse d'avenir que tu avais un jour perdue. Il était cette famille qu'on t'avait arraché. Il était l'amour que tu avais un jour admis ne pas comprendre.

- Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée Gal'. Gracias. Muchos gracias.



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Jeu 7 Sep - 23:53
Les nuages commençaient à se disperser et la pluie allait bientôt cesser et je commençais à croire que le temps voulait nous jouer des tours à changer à tout va mais je me disais qu'un grand soleil représentait bien le dénouement de notre discussion, tout semblait rentrer dans l'ordre petit à petit et Key' avait l'air un peu plus apaisée, c'était la seule chose qui comptait après tout.
Elle était toujours contre moi, sans doute devait-elle s'y sentir bien, je la serrais toujours aussi tout en lui caressant les cheveux. Cette sombre histoire m'ayant enfin été dévoilé Key' n'avait plus à s'inquiéter de mon point de vue désormais, elle ne pouvait en être que libérée.

- Personne ne me croit Gal'. J'ai endossé un meurtre pour lequel je ne suis pas coupable. J'aurai pu m'en sortir avec les circonstances atténuantes pour la mort de mi padre, mais là, je suis foutue. Je sortirai pas avant un moment. Je suis coincée ici. Tu crois que tu tiendras? Que ça te conviendra encore longtemps? Por favor, querido, réponds-moi.

Je le savais tout ça et ça me rendais tout aussi fou qu'elle. Mais que pouvait-on y faire ? Le verdict était rendu et même si les policiers de cet état sont tous des abrutis au QI infime, du moins la plupart, tout reposait sur leurs investigations et Dieu sait qu'un meurtre familial ça fait toujours joli dans la carrière de ces incompétents, alors que de la manière dont cela s'est passé ils s'en fichent royalement, et des vies qu'ils ont brisé aussi par la même occasion. Tout ce que nous pouvons faire, c'est faire en sorte de trouver des personnes de confiance, des amis, des gens qui la croiront afin que Key' se sente encore moins seule, qu'elle retrouve une vie aussi normale que possible dans un environnement comme celui de la prison. J'étais persuadé qu'on y arriverait.

- Pourquoi je devrais tenir Key' ? J'ai déjà pris ma décision lorsque nous avons commencé à nous connaitre tous les deux. Je n'ai pas à attendre ni quoi que ce soit, tu es déjà là,
avec moi, certes dans une prison mais nous y sommes ensemble. Alors vivons comme il nous est permis de vivre ici tu le veux bien ?
lui adressais-je le sourire aux lèvres.

La pluie s'était enfin totalement dissipée, nous pouvions sentir une douce brise venir faire valser délicatement nos cheveux, c'était le temps parfait pour dissiper les derniers doutes de mi chica, afin qu'elle se rende enfin compte qu'elle n'était plus seule mais je crois qu'elle avait commencé à le faire déjà.

- Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée Gal'. Gracias. Muchos gracias.

Héhé, il est vrai, c'était la première fois que je ressentais ça pour quelqu'un aussi et pouvait dire qu'elle avait changé ma vie ça c'est certain, du moins, ma nouvelle vie de gardien. J'étais très heureux de pouvoir enfin voir la vraie beauté de Keysha, l'illumination dans ses yeux et qu'elle puisse enfin me montrer ses sentiments avec tant de facilités, cela me remplissait de joie plus que je n'aurais pu l'imaginer.

- Toi aussi Keysha, tu es ce que j'ai de plus précieux désormais et je ferais mon possible pour que cela reste ainsi.

Je la serrais une nouvelle fois contre moi, je ne m'en lassais pas.  Je pouvais sentir son coeur battre à vive allure, j'esquissais alors un sourire, pas de suffisance mais de bonheur, j'avais trouvé ce qui me manquait, de la même manière que dans le ciel après la pluie, Key' a su dissiper les nuages enfouis en moi afin d'y faire apparaître un magnifique arc-en-ciel, et je ne la remercierais jamais assez pour ça.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Sam 9 Sep - 20:05
Sa main passa dans tes cheveux dans un geste tendre, affectueux et rassurant. Il y avait dans sa façon de te tenir serrer contre lui tout l'amour du monde. Toi qui avait depuis bien trop longtemps été seule, tu te surprenais à reconnaître en votre couple et en celui qui avait su ravir ton cœur ce qu'autrefois on t'avait appris être une famille. Une vraie.

- Pourquoi je devrais tenir Key' ? J'ai déjà pris ma décision lorsque nous avons commencé à nous connaitre tous les deux. Je n'ai pas à attendre ni quoi que ce soit, tu es déjà là, avec moi, certes dans une prison mais nous y sommes ensemble. Alors vivons comme il nous est permis de vivre ici tu le veux bien ?

Il avait ce sourire doux aux lèvres. Celui qui était rempli de promesse d'avenir, d'espoir et de bonheur. Celui qui te faisait fondre et qui réussissait à briser chacune de ces barrières que tu avais un jour cru devoir ériger. Galaad était le remède contre le mal qui te rongeait depuis ta plus tendre enfance. Depuis la mort de tu mama. Tu n'étais plus seule Keysha, et cela valait à tes yeux tout l'or du monde. En prison, dehors... Quelle importance? Il avait raison. Même s'il aurait été plus simple que tu ne sois pas enfermée, vous étiez ensembles et c'est tout ce qui comptait. Et puis, rien n'était éternel. Peut-être un jour aurais-tu la chance de ne plus vivre ainsi mais avec lui: Te coucher le soir contre sa peau pour ne plus devoir en partir dés le lendemain matin, avant l'aube. Le voir rentrer le soir après une dure journée. Ne plus attendre des jours durant de trouver un prétexte pour se voir. Vivre.

Tu étais enfin libérée de ton passé Keysha. Tu n'étais pas responsable de la rage qui avait animée ton père pendant tant d'année, pas plus que tu n'aurai pu éviter à tu hermano son sort si funeste. Si tu avais tué ton père, tu ne le regretterai jamais. Et chacun des pans de ton histoire, aussi regrettable soit-il, avait finit par te conduire à ce bonheur que tu éprouvais à présent à son contact. Tu ne réécrirais jamais ton passé mais tu avais encore l'opportunité de découvrir ton avenir et d'en faire ce que bon te semblerait.

Qu'avais-tu là Keysha? Le regard que tu adressas à Galaad était pour la toute première fois dépourvu de toutes pensées sombres. Tu n'étais plus en colère, pas plus que triste ou apeurée. Tu avais confiance, entièrement, pour la première fois, en quelqu'un. Et pas n'importe qui. Le gardien ne le saurait probablement jamais, mais il t'avait sauvé. Tu ne changerai bien sûr pas ta façon d'être, et il y avait fort à parier que tu resterai cette garce d'un sadisme redoutable une fois emmerdée. Cependant, il avait su te montrer que derrière le deuil, la rage et la douleur, derrière les murs froids d'une prison, le soleil brillait encore. Et qu'il brillerait toujours.
C'est fière et heureuse que tu osas enfin lui avouer l'intégralité de tes sentiments à son égard. Il était tant qu'il sache. Il fallait qu'il sache.

- Toi aussi Keysha, tu es ce que j'ai de plus précieux désormais et je ferais mon possible pour que cela reste ainsi.

- Il ne pourrait pas en être autrement, querido.

Il était obligatoire que vous restiez ensembles. Tu ne voyais plus que lui et cela serait toujours ainsi. Tu ne voulais jamais briser ça. Tu étais prête à beaucoup pour ça. Tout probablement. Tu n'avais plus rien si ce n'était cet homme qui avait un jour bien voulu voir à travers le mur.

Quand il t'as serré contre lui avec tant de force qu'il aurait pu te briser, tu répondis en riant doucement, te blottissant d'autant plus, respirant son odeur et profitant de sa chaleur pour te protéger de la brise nouvellement venue. Tu te hissas à sa hauteur, sur la pointe des pieds et tu vins l'embrasser avec tout l'amour dont tu étais capable, reconnaissant ce sentiment de bonheur et de paix que tu ne ressentais qu'avec lui.

- Quédate conmigo esta noche. Por favor Amor.


Tu n'accepterais probablement aucune refus, même consciente du risque. Vous étiez ensembles et c'était tout ce qui compté, n'était-ce-pas ses mots? Et plus important encore: N'était-ce-pas le plus important?



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: