AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les roses sont rouges, les violettes sont bleues, je voulais juste me faire une bouffe, tranquillité Adieu !

Mer 31 Aoû - 11:53


ET BON APPÉTIT BIEN SUR


Un matin de plus dans cette prison. Au creux de mon lit je ne cesse pas de me retourner mais rien n'y fait : je n'arrive pas à dormir. Un coup d’œil à mon pc ronflant m'informe qu'il est un peu plus de 6h du matin. Il est peut être possible que le réfectoire soit déjà ouvert ? Pour une asociale, prendre son petit déj' en solitaire était une bonne opportunité d'avoir enfin la paix. Après avoir rapidement revêtit mes habits de prisonnière et caché mon précieux ordinateur dans une sacoche je pars d'un pas décidé vers ma destination. Je n'avais pas spécialement faim mais pour combler l’ennui y'a pas mieux. Qui sait ? Je pourrais savourer les premiers toasts encore chauds tout en cherchant quelque chose d'intéressant sur le réseau de la prison ?

Au bout du couloir j’aperçois de la lumière. Super le réfectoire a l'air d'être ouvert ! Confiante, je pousse la porte mais j'affiche rapidement un air déconfit. Je n'étais décidément pas la seule à être matinale. Et merde. Il est trop tard pour faire marche arrière. En me faisant toute petite je prends un plateau pour aller me choisir à manger
Codage fait par Corpse²


H-RP:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 12/11/2015
Dim 4 Sep - 16:31
La tête enfoncée sous le bout de tissue qui me sert de couverture. J'essaie d'empêcher les rayons de soleil de traverser mes paupières. Tous les matins, on essaie tant bien que mal de gratter encore quelques minutes de semi-sommeil alors qu'elles sont les plus désagréables du sommeil. Rapidement, les grondements de la prison s'élèvent en même temps que l'aube. Le visage orné de cernes et les cheveux en bataille, la tête dans le cul. Je pose les pieds sur le sol froid, enfile un uniforme et marche vers le réfectoire, manger, c'était le meilleur moyen de se réveiller et c'était l'heure de la journée habituellement le plus calme.

Sans faire attention à ce qui m'entoure vraiment, je me sers en faisant la gueule, les plats étaient toujours les mêmes et je finissais par connaitre par cœur le goût de toutes ses merdes. Je m'assois à une table tranquille. Le visage posé dans la main, j'aurais pu m'endormir dans cette position. Enfin, seulement si, les gardiens ne venant pas me mettre des petites taloches à l'arrière du crâne quand je fermais les yeux un peu trop longtemps.

- Hmm.


HRP:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Sam 10 Sep - 22:41
ft.
NOM Prénom
« Titre »
sous-titre
La lumière de l'ascenseur clignotait par moment et Kristopher se tenait au milieu, tenant un fusil d'assaut lourd dans ses mains. Ses mains étaient gantées de gants de cuirs noirs, mais il sentait le contact du métal froid de l'arme contre ses doigts. Il était habillé d'un costume sur-mesure noir avec une cravate noir, mais il portait des bottes de combats... et un gilet pare-balle en dessous de son costume. Les paroles si familières résonnaient dans ses oreilles ensuite.

''N'oubliez pas, pas d'Américains'' disait la voix, froide et implacable.

Les portes s'ouvrirent sur des gens attendants prés de détecteur de métaux avec les agents de sécurités... et des coups de feu se firent entendre.


Ses yeux s'ouvrirent tout d'un coup. Il sentait le contact des couvertures contre son corps et sa tête posé sur un coussin peu confortable. Au-dehors de sa cellule, il entendait les prisonniers sortirent des leurs et se diriger surement vers le réfectoire, tranquillement. Un autre cauchemar. La ou les gens se seraient surement réveillés en pleurs et en tremblant, Kristopher, lui, se réveillait comme si ce n'était de rien et s'étira avant de s'habiller de son uniforme de prison.

En accordant peu d'attention à ses compagnons de cellule, il sortit et se dirigea vers le réfectoire, main dans les poches. Les autres semblaient déjà avoir envahi le réfectoire. Le brun entendait des prisonniers marmonner sur la qualité douteuse de la nourriture dans la prison. Personnellement, il mangeait ce qu'on lui donnait. Le goût lui importait peu, mais il fallait l'avouer, la prison n'était pas un cinq étoile.

En allant prendre son plateau, il bouscula quelqu'un par accident, une Redweak aux cheveux roux et aux yeux de la même couleur.

''Désoler'' marmonna-t-il d'un ton inexpressif, mais qui serait certainement aux yeux de l'autre pas vraiment une excuse.

Il prit son plateau et alla s'installer à une table. Derrière lui, un Carnivor qui avait l'air passablement fatigué, voire exténué. Kristopher se mit a manger lentement et silencieusement. Il ne voulait pas trop le déranger en mastiquant bruyamment comme certains le faisait, la gueule grande ouverte, comme une vache. Sauf que si jamais c'était trop bruyant pour l'autre, il pourrait lui dire d'aller se faire voir ailleurs.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 23/04/2016
Dim 11 Sep - 22:52
5:58. La dalle. Se réveiller parce qu'on a faim, c'est bien saoulant. Par flemme, Valto reste encore dans son lit un bon moment, avant que son bide ne lâche un gros gargouillement bien sonore. Bah, de toute façon il va devoir se lever dans maximum une demie-heure... merde. Il sort de ses draps, enfile son uniforme. Visiblement, il s'est pas levé du bon pied, comme très souvent ces temps. En même temps hein, c'est pas en se sachant en taule qu'il va se réveiller au top de sa forme tous les matins.

Il fume une cigarette entre son bloc et celui du réfectoire, va se chercher un plateau en y entrant et rejoint d'un pas mou la queue pour aller se chercher de la bouffe - un bol de lait et de céréales avec un café. La cantine se remplit peu à peu. Il s'assied au bout d'une table à laquelle il y a un type pas loin de s'endormir dans son p'tit déjeuner. Le blond avale son café d'une traite, grimace parce que c'est pas bon, et entame ses céréales. Erf, c'est fade. Il a déjà plus envie de les manger, et il touille dans son lait pour rien, l'air de s'emmerder ; la cuillère tinte assez bruyamment contre le bol. Bien chiant dès le matin.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/03/2016
Mar 13 Sep - 19:15
J’ai pas dormi de la nuit, bien trop absorber par ma console portable. Bah ouai, j’aime me changer les idées car en ce moment, c’est le dawa dans ma caboche. Je ne bronche pas quand l’heure du p’tit dej arrive, aucune raison d’être ronchon vu que je n’ai pas été réveillé par les casseroles claquant sur les barreaux de la cellule. Eh ouai grosse dinde, tu ne me réveillas pas aujourd’hui puisque j’ai pas dormi, nahnahnahnèreuuuh ! Okay, ne pas dormir ne me réussit pas très bien niveau mental.

Le réfectoire. J’aime cette salle, tout ce bruit réunit dans un même lieu et ces tronches de déterrés que tirent gens ainsi que ceux qui poussent dans la file…C’est assez flippant en vrai. Je saisie mon plateau, un café, des toasts et hop hop je m’assois à la première table que je croise. Je coince un toast dans la bouche avant de laisser mon regard se balader sur mes voisins. Un mec qui dort derrière moi, monsieur piercings au bout de la table qui emmerde le peuple avec sa batterie de clochard, et à côté de moi, monsieur tortue. Ce type mange à deux à l’heure bordel de cul et en plus, il a bousculé une rouquine dans la file. J’ai l’impression que les roux subissent beaucoup… Je finis par croquer dans mon pain avant de me remettre à pianoter sur ma console.

-Niveau de merde !

Ouai, je rage toute seule.


Vive le savon Dove ♥ (Merci Ina et Chad xD):
 

Vava ♥:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/12/2015
Jeu 15 Sep - 23:39
MmmmMMMmmMMMmmmh, 1 ... 2 ...3 ... 4 ... 6 ... 42 ... Tic Tac Tic Tac ... C'est ma montre qui sonne toutes les demi-heures.
J'avais presque pu oublier son cliquetit, enfourner dans mon sac avec cette mousse isolante. Et pourtant elle se trouvait à mon poignet étrangement, je ne crois pas aux fantômes, il y a quelque chose qui cloche ...
Je gesticulai ma tête puis l'a faisait tangué à droite puis à gauche. Le flux sanguin reprenait son activité normale et réoxygénait convenablement l'ensemble de mon corps jusqu'au mains. Elles étaient engourdies, fatiguées et pleines de fourmis (au sens figuré bien sûr). Et à vrai dire ma position en elle même était assez particulière pour un réveil je dois avouer. Je me trouvais adosser contre un mur. Assit sur le matelat mystérieux d'une chambre inconnue. Mes mains avaient été manipulé de telle sorte à se trouver au dessus de ma tête. Maintenues par de sympathiques menottes frou-frou.
Mais ce genre de détail ne m'apparut qu'environ cinq minutes plus tard lorsque la porte de la chambre s'ouvrit pour me sortir de mon état vaseux de toxicomane ayant forcé sur la dose, mollusque parfait des lendemains de soirées plutôt extrêmes où au moins une personne finit à l'hôpital dans un état critique. Une femme sans visage en petite tenue vint me rejoindre. Me raillant et me traitant de tout les noms d'oiseaux. Alors voici donc la princesse de cette nuit ... Pfff je l'ai déjà oublier alors même qu'elle se situe encore devant moi. Aller ferme ta gueule.
Des mots s'échangèrent de façon maladroite, elle ne voulait pas me détaché, j'avais bien du faire le jouet pendant toute la nuit. Qu'à celà ne tienne, je me débrouillerai bien tout seul. Aller maintenant dégage, je fermis les yeux. Je les rouvrit un peu plus tard. Je me frottais les poignets tandis que maîtresse était étalé au sol. Je ne saurai dire si je l'ai violenté pour me libérer ou si elle s'est écroulé à cause de son piteux état de camé. A vrai dire je m'en fiche elle à qu'à rester par terre et crever je m'en moque.
Un problème subsistait pourtant, j'étais nu, le corps couvert de marques ématomes et autres stries à faire pâlir les zébrures du cheval tigré. Où cette salope avait bien foutu mes vêtements ...
Je me mis donc en quête de trouver un substitut de vêtement qui m'appartenait pour m'habiller. Mon caleçon était habilement troué à l'arrière par je ne sait quel procédé organique ou synthétique plutôt. Hochant les épaules, je le pris avec moi et me rendit dans la cuisine où se tenait sur le grille pain ma chemise carbonisé. Mon pantalon déchiré dans la gueule du chien. Bonjour la bave et l'odeur ... Quand à ma veste ... Je ne préfèrai même pas chercher ... Ah si ! Mes chaussettes étaient étrangement quand à elle soigneusement ranger à l'intérieur de mes chaussures lustrées, allez comprendre la logique. On est consciencieux pour des choses bien ridicules parfois.
Bref ! Je me permis de lui emprunter sa douche. Je me servis en fée blanche dans sa réserve personnelle que j'introduisais dans un petit sachet histoire de se faire payer pour la soirée.
Avant de partir je jettais un dernier regard au cadavre allongé ...

-Sale grosse, tu me dégoûtes !

Je porta mon pied sur son dos pour tapotter un peu tandis que les côtes de madame s'enfonçaient dans le sol.

Je me repoudrai le nez, fermit les yeux et me retrouvai au réfectoire de mon lieu de travail. Dans le même accoutrement, une table et son contenu renversé par terre dans un fracas aux notes boisés et merde ...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du corps médical
Date d'inscription : 22/01/2016
Mar 27 Sep - 21:09
C'est fou parce qu'autant le brouhaha autour de moi ne me gênait, le bruit de fond ambiant semble former une certaine harmonie autant ce tintement de merde ! Il y a de ces bruits que les oreilles absolues ne supportent pas. Chaque tintement était comme un courant électrique qui rentrait dans mon oreille pour parcourir tout mon corps et à des heures si matinales, je suis rapidement usé. Je ferme les yeux et me masse la tempe quelques secondes l'usure se transformant en colère et c'est mon point qui résonne sur la table. Les gestes s'interrompent et les discussions se stoppent entre les gens qui rêveraient d'être ailleurs et ceux qui cherchent juste à savoir ce qui se passe. Mes yeux rouges et gonflés par la fatigue fixe mon tortionnaire avec une lueur d'envie de meurtre et comme si j'avais retenu ma respiration tout ce temps-là, je lâche un grand soupire qui vient en soulevant la mèche qui cachait mon front. Espérant que ce petit con avait compris le message, je détournai le regard et comme si rien ne s'était passer le bruit reprit de plus. Un fracas, des gens qui se retournent, des rires, de l'étonnement et moi qui n'est même pas la force de jeter mon regard par-dessus mon épaule pour satisfaire ma curiosité.

HRP:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Mar 11 Oct - 3:45
ft.
NOM Prénom
« Titre »
sous-titre
Il ne fallait pas être surpris que dans une prison, les gens n'étaient pas forcément des plus polis et des plus gentlemans. Tandis que Kristopher s'efforçait de ne pas déranger les autres en restant tranquille et silencieux, une fille s'assit a coté de lui, en train de jouer a un jeu vidéo sur une console portable. Qui jouait tout en mangeant. Encore une fois, il ne fallait pas attendre grand-chose des gens, ici. Il ne fallait rien attendre des gens tout court. Au moins, elle semblait bien trop concentrée sur son jeu pour essayer de faire la conversation au mercenaire. Ce qui était bien. Kristopher avait toujours aimé la solitude et le silence, exception fait pour ses proches amis et sa petite sœur.

Mais quelqu'un était définitivement de mauvaise humeur, comme de nombreux autres prisonniers. Sauf que celui-ci le montrait ouvertement au lieu d'avoir une gueule de déterrer, même si celui-ci avait aussi, une gueule de déterrer. Il le montra en tapant de son poing contre la table et Kristopher tourna son regard métallique, froid et inexpressif vers cet homme.

''Qu'est-ce qu'il y a la Belle au Bois Dormant ? Tu veux encore faire dodo ? Tu peux le faire, mais dans un coin, en ne dérangeant personne''

HRP:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 23/04/2016
Dim 23 Oct - 2:42
ZBEM. Un bon coup de poing sur la table qui fait faire "cling" à toute la vaisselle qui s'y trouve. À peine surpris, Valto tourne la tête vers l'auteur de ce geste. Ah ben, c'est le type à la même table que lui qui est sur le point de s'endormir depuis tout à l'heure qui l'a fait. Ce gars a quand même de sacrées cernes sous les yeux, pour pas dire des valises, en plus d'avoir l'air de vouloir assassiner à peu près toute la salle - enfin, "toute la salle", c'est plutôt le blond qu'il aimerait descendre. Ce dernier n'en a absolument rien à battre, vu le regard qu'il lui rend, et que le gars véner soit un carnivor bah, il a pas quelque chose de plus à foutre.

Val a même pas le temps d'en placer une qu'un type de la table d'à côté lance une réplique sympa, dans le genre je cherche le fight, à l'attention du carnivor. Hohoho, ça promet. Et vous savez quoi? Par dessus ça, comme le bon gros fdp qu'il est, le Roumain recommence à faire tinter sa putain de cuillère contre son putain de bol, avec un petit sourire en coin condescendant fiché sur la gueule. Eeeet ouais. Way to start the day.


HRPey:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 10/03/2016
Lun 24 Oct - 22:18
Continuant de m’acharner sur mon jeu vidéo, je lève les yeux une seconde de ma console pour apercevoir ce psychopathe d’infirmier, médecin ou je ne sais quoi encore. Je devrais peut-être me remettre à le faire chier par texto celui-là, il ne m’inspire vraiment pas conscience. Enfin bon, tant qu’il ne vient pas me déranger, je m’en fous pour le moment, je veux juste finir mon niveau. Malheureusement, un bruit sourd me fait sursauter à un moment crucial de la partie et…game over. Je reste un instant fixée sur l’écran, comme on venait de m’annoncer un décès. Quel est le putain d’enfoiré qui vient de me faire perdre ?! Je tourne la tête, c’est ce fucking monsieur « j’ai la tête dans le cul » qui vient me faire foirer mon niveau ! Je fronce les sourcils, m’apprêtant à me lever avant que monsieur tortue ne l’ouvre.

'Qu'est-ce qu'il y a la Belle au Bois Dormant ? Tu veux encore faire dodo ? Tu peux le faire, mais dans un coin, en ne dérangeant personne.

Comment ça va se finir encore cette histoire ? En baston ? C’est tellement le genre de cette prison… En tout cas, ça n’empêche pas la batterie du clochard de retentir encore en fond sonore. Il va finir par se faire étriper le piercing sur pattes. Ma tartine encore en bouche, je finis par balancer d’un ton blasé.

-Bon f’est pas bientôt fini les mecs.

Je retire le pain d’entre mes lèvres, terminant ma bouchée au passage, pointant chaque personne du regard quand les mos les concernent.

-Toi, si t’es crevé, va dormir dehors sur un banc tranquille. Toi, t’as des cernes gigantesques mais tu sembles pas vouloir dormir alors mange et va vaquer à tes occupations. Et toi, si tu voulais faire partie d’une troupe de musiciens bah fallait pas finir en taule.

Je me retourne, continuant de bouffer mon p’tit dej’, rangeant ma console dans ma poche, vexée d’avoir échoué si près du but.


Vive le savon Dove ♥ (Merci Ina et Chad xD):
 

Vava ♥:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/12/2015
Ven 4 Nov - 23:03
Je ramassais la table que j’avais fait tomber et que visiblement personne ni même moi n’avait remarquer les quatre pieds qui se baladaient dans les airs. Je regardai l’agitation s’immiscer et semer la zizanie pour des histoires stupides de prisonniers au bout du rouleau, cela montre bien l’incompétence de la psychologie, quel ramassis de sornette, il n’y a bien que la science dure, la vraie qui ait une véritable substance tangible dans ce monde …
Un coup de poing sur la table, des paroles en l’air et le tintement anti-musical d’une cuillère sur un verre hautement javellisé.

Ouais … Matinée relativement classique …

Je voulus ainsi me joindre à la table mais en voulant me tourner vers eux ma manche s’était accrochée aux branches d’une plante décorative. Je tirai machinalement et la manche se déchira.
Je ne comprends toujours pas comment je pouvais faire subir un tel supplice à mes vêtements. Pourtant je prenais toujours le soin de me payer des vêtements de qualités supérieurs. Hein comment ?! C’est à moi de faire attention ! Mais attendez, mes habits me torchent le derrière vous croyez quoi que je vais adapter ma gestuelle par rapport à eux ? Estimez les heureux que je les fasse laver et repasser !

Très bien, il s’agit se faire discret avec mon accoutrement ridicule j’avoue que c’est plus difficile.
Je récupérerai les pots cassés de cette altercation, c’est mon job après tout !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chef du corps médical
Date d'inscription : 22/01/2016
Jeu 22 Déc - 18:42
Un type dont je ne cherche pas à croisé le regard se tourne vers moi et me balance 2-3 phrases qui m'en touche une sans faire bouger l'autre, c'est dingue c'est manière qu'ont les gens d'intervenir sans être concerné le moins du monde. Je fronce un sourcil avant de juste lâché un petit :

- Je t'emmerde.

Pas spécialement agressif, du moins pas plus qu'une insulte peu l'être, juste pour dire "fout moi la paix, toi". Étonnamment ça m'avait un peu réveiller cette histoire, mon coup de poing avait fait comme un courant électrique dans tout mon corps. J'allais entamer cette purée de carotte surement dégueulasse, qui m'attendait mais quelque chose revient, je mis quelques secondes à réalisé, je lève la tête au ralentit comme si j'avais peur de ce que j'allais voir, mais non, je ne rêvais pas ce gros bâtard était là, l'air triomphant à ce prendre pour un musicien. Je serre le poing sur la table, je parie qu'on pouvait voir la veine sur mon front devenir énorme et de la fumée sortir de mes oreilles. J'aurais pu exploser sur place, la fatigue ne faisait que doublé mon irritation.
Une voix se fit entendre, moins chiante que celle du petit malin de tout à l'heure, cette foie, je me retourne pour voir mon interlocuteur, une fille blonde s'adresse à nous et tel une maman nous sermonne un à un. Son discours n'a pas l'air de faire grand effet sur la plèbe, en me retournant j’aperçois un type bizarre avec une allure louche pas loin de nous. C'est quoi ses fringues ? SA tête me dit quelque chose mais j'arrive pas à le remettre. 'tain c'est la fatigue qui me fait focus sur des trucs osef ? Je regarde mon assiette avec le plus grand dégoût, l'empoigne des deux mains et tout en me levant la balance à la figure du petit fils de p* qui joue au plus malin. Je me rassoit en vitesse, les gardiens sont pas trop dans le coin, ils n'ont pas dû me cramer. Comme si de rien de n'était je boit un coup d'eau et attend patiemment avec un grand sourire que piercing man se remette.

HRP:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: