AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Camarade de beuverie [PV 12/13]

Jeu 7 Avr - 0:18




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
En voilà une de plus, ces petits bouts de bonheur qui me donne envie de vivre. Ces soirées où s'entremêle vapeur d’alcool, sueur et luxure. Je pouvais du bout de mes doigts faire, danser, chanter et rire ces hommes et ces femmes venues dans le seul but de s'amuser. Alors avec tout mon cœur embrumé par l'alcool, je fais résonner les cordes de ma guitare et de ma voix rauque chante un vieil air. Dansant à moitié et tapant du pied sur la table où j'étais perché. De là je pouvais voir toutes ces têtes plus ou moins familières, éclairer par les quelques faibles lumières de la pièce autrefois glauque et silencieuse. Ces quelques âmes humaines avaient réussi à transformé une pièce bétonnée du sol au plafond en un paradis pour moi.
Lâchant ma guitare, je me penche pour me laisser porté par les mains du public. Quoi de mieux pour finir un concert qu'un bain de foule ? Pour finalement me faire lâcher sur une table où trônait multiples verre de shot et bouteille à moitié vide. Un sourire carnassier vient se dessiner sur mon visage pendant que j’alignais les verres. Un type posa sa main sur mon épaule et commença :

-Qui osera venir défié le terrible Cristiano Trafalgar. L'homme qui tient toujours debout. QUI, qui pourras lui tenir tête à un jeu d’alcool ?

Ce type est génial, je l'ai déjà croisé plusieurs fois pendant nos petites fêtes. Il adore gueuler, c'est formidable et j'ai foutrement aucune idée de son nom. Quelques regards amusés se tournent vers moi. J'avais toutes mes chances, je n'avais pas encore beaucoup bu ce soir !

© 2981 12289 0
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Jeu 7 Avr - 14:01


Difficile de manquer la salle dont ils m'ont parlé... Après ce repas avec Lottie et d'autres Funstarts, ils m'avaient invité à les rejoindre à une de leurs soirées, mais je ne m'attendais pas à devoir vagabonder dans les anciennes salles pour les trouver! Ceci dit, les échos des cris, des rires et de la musique se rataient difficilement.

J'ouvre la porte, pour me retrouver devant un spectacle d'une rare gaieté... J'ai eu l'impression un moment d'ouvrir la porte d'un étrange et bienvenu mélange entre une taverne irlandaise et le pont d'un bateau pirate. Un concert était en cours, le type à la gratte se donnait à fond, comme j'ai rarement pu voir un musicien le faire.

Je ne reconnais personne, je ne pense pas que Lottie soit là; alors, je me fraie un chemin vers une table sans personne autour, pleine de shots et de chopes vides. Un type à côté se sert un shot et pose une bouteille à moitié vide sur la table, pour célébrer la fin de la chanson du gars qui joue. Il a l'air d'avoir mon âge à peu près... Il me fait penser à une version moderne des Beatles à l'époque où ils jouaient dans des petits clubs de cave à Liverpool. Il doit avoir un côté British... Il se lève, et se laisse tomber dans la foule. Il a l'air d'être totalement dans son élément...

Il se fait transporter par la foule jusqu'à arriver les pieds sur ma table, quand la dernière personne à l'avoir soutenu se met à hurler.


Qui osera venir défié le terrible Cristiano Trafalgar. L'homme qui tient toujours debout. QUI, qui pourras lui tenir tête à un jeu d’alcool ?


Intéressant...! Je n'ai jamais été homme à refuser un pari, et puis, comme je venais d'arriver, je n'avais pas encore bu une goutte... Je met un pied sur la table, et lève le poing vers le plafond. Je vais me faire remarquer, mais paradoxalement, ici, c'est sûrement le meilleur moyen de... Ne pas se faire remarquer!


HERE COMES A NEW CHALLENGER!!


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Jeu 7 Avr - 20:04




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. » Un pied vient faire trembloter la table. Le type s'élance comme un pirate en quête d'aventure et s'annonce comme un jeu vidéo. Ne faisant pas tache dans l'hystérie générale. J'ai jamais vu sa tête et pourtant si on peut m'accorder un truc, c'est la mémoire des visages. Un petit nouveau ? Il m'a l'air jeunot, et bien voyons voir comment il tient, héhé.

- ET VOILA DÉJÀ UN CONCURRENT. PRENEZ LES PARIES QUI SERA LE PLUS TENACE !

-Mais ferme là, tu m'hurles dans les oreilles.

Dis-je en riant, le provoquant un peu. Le type qui s'était apparemment découvert une vocation de présentateur, me pousse et s'installe à côté de moi.

- Il va pas nous lâcher, je crois., murmurais-je à mon adversaire.

C'était que Bill, ouais, on va appeler le présentateur Bill. C'est que Bill à bien comprit le show qui allait s'y dérouler. Si ce petit arrive à me faire rouler sous la table, il avait vite avoir sa petite réputation. Je vois déjà les rumeurs "Un péquenot qui sort d'on sait où, détrône le roi des fêtards". Avec un peu de chance, il n'a aucune idée de qui je suis. Je préfère ça, j'aime pas les a priori.

-Alors comment dois-je appeler le futur perdant en face de moi ?

Je retrouve un sourire provoquant. Ce type avec son bandana, ces cheveux blonds, j'aime bien son style. Il m'intrigue, et dieu sait que j'aime rencontrer des nouvelles personnes. Alors s'il aime faire le show autant que moi, je crois qu'on va bien s'entendre ! Je balance ma chemise qui devenait trop encombrante avec la chaleur ambiante et fait teinter les plaques militaires autour de mon cou. On oublierait presque qu'elles sont là.
C'était l'heure du spectacle, je me munissais simplement de mon costume de scène, j'aurais presque pu faire peur avec cet air sournois et joueur, un sourire ne quittant plus mon visage.
L'alcool n'était pas assez fort pour jouer au plus résistant, pour l'instant voyons qui est le plus rapide. Je chope entre mes doigts le premier verre et commence à faire un décompte avec mes doigts fixant le petit en face dans les yeux, l'air le plus déterminé que je pouvais donner. Bien sûr, l'autre à coté ne put s'empêcher de crier ...

- 3 .... 2 ..... 1


© 2981 12289 0
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Jeu 7 Avr - 22:52


ET VOILA DÉJÀ UN CONCURRENT. PRENEZ LES PARIS, QUI SERA LE PLUS TENACE !


Mais ferme là, tu m'hurles dans les oreilles.


Tout le monde se marre; rien qu'à les voir se chamailler comme ça, c'est plutôt communicatif. Déjà, le plus gros de la foule se rassemblait autour de la scène du duel. Si December cherchait à s'intégrer sans trop attirer l'attention, c'était mort; ils étaient littéralement devenus les objets de l'attention de tout le monde. Sans doute à cause de ce mec... Il était connu, peut-être?

Il va pas nous lâcher, je crois.


A voix basse, il me prend déjà à parti, comme un pair, comme un égal. Les Funstarts méritent décidément bien leur réputation... Difficile de se sentir à l'écart avec eux. Puis, il parle assez haut pour tout le reste de l'assemblée, en me lançant un sourire joueur.

Alors comment dois-je appeler le futur perdant en face de moi ?


Il tombe la chemise, l'envoie voler dans la foule, et se cogne le torse. C'est à ce moment-là que j'ai compris qu'il avait déjà un peu bu... Plus que moi, en tout cas. Mais pas assez pour ne pas être lucide... Et dans son air de défi, il y avait quelque chose d'un grand sérieux. Comme si pour lui, l'enjeu était... vital?

Très bien. Je sais qui je dois être. Alors que sa chemise n'est pas encore retombée, la mienne part en sens inverse, dans un cliquetis des nombreux colliers en bois autour de mon cou. Je ne cache pas vraiment les innombrables petites cicatrices qui constellent mon corps, mais ce doit être le "XIII" gravé sur mon torse qui se voit le plus. Et puis, parmi tous les détenus ici, aucune chance que je sois le seul aussi amoché...


Aucune idée, mais moi, tu peux m'appeler December! Cristiano, je te souhaite bonne chance... Pour rouler jusqu'à ta cellule!


Malgré les cris, voire les hurlements, pour certains, tout gardait une atmosphère de bonne humeur complètement décomplexée qui désinhibait très vite les langues les moins pendues. Il attrape un shot, lui aussi, et soulève son regard; à cet instant ils pourraient être en train de tourner un Western qu'il n'y aurait pas de différence.


3...2...1... BUVEZ!!


Sans prendre la peine de vérifier si son adversaire fait de même, December avale le premier verre, puis continue sur sa rangée aussi vite que possible, sans respirer. Un défi...? Hors de question de perdre...!


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Sam 9 Avr - 0:15




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
Cristiano ? Ça sonnait bizarre à mes oreilles, j'ai tellement l'habitude qu'on m'appelle Cris'. Cris', ça sonnait plus Américain alors que mon nom complet ramenait à des origines latines ... que je n'ai absolument pas. Enfin, pas que je sache. Les prénoms et les origines avaient fini par se mélanger avec autant de gamin. Je crois que ma mère avait été élevée dans un quartier latino ... ça doit venir de là. Remarque December c'est pas commun non plus, l'imagination est à son level max pour les parents. À moins que ça n'ai une signification particulière.
Je pense à de ces trucs quand je bois. Les chocs des verres contre la table étaient parfaitement en rythme, faisant presque une mélodie. Mais moi et mon oreille habile, on entendait bien que ceux de December ralentissaient légèrement. Le dernier verre eu un peu de mal à passer. Je secouais un peu la tête comme pour me remettre d'aplomb, je n'avais pas vu un moment de la course de Dec' pourtant, je savais que j'avais gagné. Je le regarde rapidement, victorieux. Bill pose sa grosse main pâteuse sur mon épaule, se lève et hurle (plus la peine de le préciser, je crois) :

-Et le gagnant est le Boss CRIIIIIIIIS.

Des mecs s'amusaient à jouer aux groupies en criant mon nom d'une voix aiguë, pendant que je saluais la foule de manières exagérées, tirant des révérences. Je faisais le malin, mais je savais bien que ma tête tournait de plus en plus et que je n'allais pas tarder à m’effondrer.

-Allons, allons petit. Je suis sûr que tu n'as pas dit ton dernier mot.

Il suffisait de le regarder dans les yeux pour le voir, il était déterminé ! Je lui demande son nom et je l'appelle petit ? Je peux plus m'en empêché, je crois, dès que je vois un jeunot.
Je me tape les joues, histoire de me donner un coup de fouet. Il ne reste presque plus rien dans la bouteille, c'est le dernier round. Je le resserre alors, en n'en faisant coulé un peu partout, mes mouvements maladroits trahissaient bien le taux d'alcool dans mon sang, peu importe. De toute façon, je conduis mieux bourré !

© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Sam 9 Avr - 13:10


Son côté british m'a trompé; il tient vachement plus l'alcool que je pensais... En tout cas, il a l'air plus à l'aise avec le fait d'enfiler les shots comme une mitraillette! Maintenant que j'y pense, il est peut-être pas si british que ça. Après tout, quand l'autre l'a appelé Cristiano... Trafalgar, ça sonnait pas vraiment comme un nom du pays de Galles.

A force de réflexion et d'hypothèses, je me suis laissé distancer sur les trois derniers verres... Obligé de lui laisser la victoire sur ce coup-ci! Le crieur lui tape l'épaule en hurlant qu'il est le vainqueur... Et d'un coup, toute la salle s'est mise à faire la holà, en pleine ovation. Mon adversaire a l'air dans son élément, saluant à tout va, courbé comme un zikos qui vient d'éclater sa guitare à la fin d'un concert. J'ai perdu, mais il me fait marrer...


Allons, allons petit. Je suis sûr que tu n'as pas dit ton dernier mot.


Une deuxième chance? La flamme se rallume dans les yeux de December. Aucun problème, il est toujours opé...! Cris', par contre, semble commencer à ressentir les effets de l'alcool... Il se donne des petites claques pour se réveiller, et sert le reste de la bouteille, avec la précision d'un aigle qui pilote un dirigeable.

"Petit"... Cristiano avait sûrement à peu près le même âge que lui. Peut-être même plus jeune...? Mais le voleur avait toujours eu cette particularité de faire beaucoup plus jeune que son âge et en avait souvent joué, cultivant cette caractéristique. Parfois, il devait être un étudiant ingénu qui semble ne rien connaître à la vie... Parfois, un négociant mature qui se devait d'inspirer la confiance à son interlocuteur. Mais ici, l'aura dégagée par son adversaire était plutôt raccord avec le fait qu'il le prenne sous son aile et December ne broncha pas à ce sobriquet.

L'avantage des concours d'alcool, c'est qu'on peut difficilement y cacher son "vrai soi". Le voleur n'a toujours aucune idée de qui est son adversaire, à part son nom, mais il a une bonne idée du personnage...


Quittes ou double...! Cette fois, fini l'échauffement... Place à la crise de foie!


Je ne sais pas si c'est parce que les gens bourrés sont plus faciles à analyser, ou si c'est mon analyse qui devient moins prise de tête une fois que moi, je suis bourré... Mais parmi toutes les situations dans lesquelles j'ai pu me retrouver, les soirées arrosées ont toujours été parmi celles qui me détendaient le plus. Bien sûr, on n'est jamais à l'abri d'un type qui reste sobre et qui prépare potentiellement un mauvais coup, mais en règle générale, que ce soit une bonne humeur exacerbée ou un torrent de larmes amères, qu'on parle de cul, d'exs, de politique ou de conviction, le maître mot, c'est la franchise. "In Vino Veritas"...

Une fois les verres remplis - et la table bien arrosée, Bill se remet à hurler un compte à rebours... et je me déchaîne sur les shots, sous les encouragements d'une partie du public qui, semble-t-il, trouverait marrant que leur compagnon soit battu par un challenger...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Dim 10 Avr - 0:13




Camarade de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
J'admire son entrain ! Jamais vaincu, remarque même un borgne pourrais voir que je suis moins apte qu'au premier round, alors finalement cela aurait été idiot de refuser une seconde chance. C'était idiot de ma part d'en proposer une d'ailleurs, mais je ne pouvais tout de même pas m’asseoir, lui faire un bras d'honneur et repartir comme si de rien n'était.
Le compte à rebours qui redémarre et moi qui patauge pour enregistrer correctement les sons. Malgré tout, je démarre à temps, hop le premier verre, hop le deuxième. Je prends une grande inspiration qui me ralentit, puis bois le troisième et approche le quatrième à mes lèvres avec réticence, la gorger met une éternité à s'ingérer. N'en pouvant plus, je laisse ma langue s'échapper de ma bouche, d'exténuation. J'ai perdu, comme c'est étonnant, et pas de 3ème round pour nous départager, mais ça, s'était prévu. Je colle mon front contre la table, faisant le mort quelques secondes, histoire de reprendre mon souffle aussi.

-C'est une défaite cuisante pour notre champion. Hip hip hip hourra pour December.

Je relève la tête précipitamment, prend un verre et le balance sur le sol en hurlant un bon :

-Sacre bleu !

Qui vient du cœur. Ça rigole, ça me charrie, ça se moque de moi. Et ça donne des petits coups d'épaule amicale au vainqueur. Je me lève de la table, les gens retournent petit à petit à leurs activités. Je réponds vaguement par des "C'est ça, c'est ça." à ceux qui en rajoutent une couche.
J'allais commencer à me frayer un chemin dans la foule, mais avant je tourne la tête, adresse un regard à December et lui fais un signe des doigts lui demandant de me suivre en souriant. Ne l'attendant pas plus longtemps, je me fraie un passage jusqu'à la porte de sortie. Chopant la guitare que j'avais laissé plus tôt sur la table.

A l'extérieur, c'était comme une sortie de boîte. On entendait la musique en bruit sourd venant de la pièce d'à coter. Ici, on pouvait trouver des gens ivres morts, des gens venus fumer, d'autre cracher leur tripes et d'autre, comme moi, cherchant juste la tranquillité. Les bruits trop forts me faisaient perdre l'équilibre quand je buvais. Quand mon compagnon de la nuit me rejoint enfin, je lui souris et lui tends un bout de pain, ayant déjà pris la moitié pour moi.

-Mange si tu veux pas avoir la gueule de bois.

Je profite de cet instant de recueille pour manger. Je mate autour de moi et ourf, j'aurais pas aimer être à la place du type qui vient se prendre une claque là-bas. La fille part en furie et lui à l'air dépité, le pauvre. Je sourie de ces petits spectacles que nous offres la vie, dont j'avais autant de fois été spectateur qu'acteur. Bon ! Engageons un peu la conversation.


© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Dim 10 Avr - 1:53


Il est beau joueur. Pas parce qu'il a perdu avec panache, non; parce que sachant qu'il allait perdre, sachant qu'il allait ramener sa victoire à une égalité, il a proposé la revanche de lui-même. Si pour certains dans le public, c'est une défaite pour Cris', pour moi, c'est une sacrée belle poignée de main...

A peine Bill m'annonce-t-il vainqueur que Cris' lance un « Na zdorovie ! » à la française, balançant son verre par terre au milieu des rires et des vannes. Décidément... Américain, Britannique, Italien, Espagnol, Russe...?

A entendre les réactions des autres, ça ne doit pas arriver souvent qu'il se fasse distancer par un newbie... Ils se moquent, mais conservent un certain respect pour lui. Qui est ce type pour avoir rassemblé la confiance et l'amitié d'autant de personnes...?

La vache, la tête me tourne. Des gens me tapent dans le dos, ils me disent des trucs, mais je comprends pas tout. Y'a Cris' qui me fait signe, je crois. Il prend sa guitare, et il sort... Je réponds deux trois trucs à base de "carrément", "ouais, trop" et autres "clair" à mes supporters, et je me lève lourdement, avant de marcher vers la sortie. Quand mon corps se met en route, l'alcool passe d'un poids à un véritable élixir; je me sens léger, j'ai envie de courir, de crier ma joie.

Bref, je suis bourré...


A l'extérieur, c'était comme une sortie de boîte. On entendait la musique en bruit sourd venant de la pièce d'à coter. Ici, on pouvait trouver des gens ivres morts, des gens venus fumer, d'autre cracher leur tripes et d'autre, comme moi, cherchant juste la tranquillité. Quand December parvient enfin hors de la salle, Cristiano partage un morceau de pain avec lui.


Mange si tu veux pas avoir la gueule de bois.


Sur un fond sonore de rires et de cris, ils grignotent leur quignons de pain, assis contre le mur comme deux lycéens qui sèchent les cours ensemble pour faire une virée en ville. Une scène de ménage s'offre à eux plus loin, et fait sourire le guitariste.

Ca te fait un paquet de potes...! J'avais eu un aperçu des Funstarts avec Lottie, mais j'étais loin du compte...


J'ai envie de parler. Je suppose que quand on boit, c'est une des deux solutions. L'alcool joyeux ou l'alcool triste... Mais souvent l'alcool bavard. J'ai envie de parler du fait que je connais Lottie d'avant mon arrivée ici. Des gens que je voulais rassembler pour avoir moi aussi ma "famille" autour de moi. Des cachotteries entre gardiens et détenus que j'ai pu entrapercevoir dans la salle de surveillance... Peu importe de quoi! Je veux pas laisser passer ce moment de plénitude éthylique...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Dim 10 Avr - 16:24




Camarade de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
Une sacrée bande de pote ça s'est clair. Tant qu'il y a des gens avec qui boire, moi, je suis heureux. Lottie ? Ça me dit vaguement quelque chose, probablement que je la reconnaîtrais si je la voyais. Loin du compte surement, on est toujours surpris. Je suis fêtard depuis mon adolescence et je ne m'en lasse pas. Il n'y en a aucune qui se ressemble et elles se finissent toujours différemment, quoi que ... J'ai tout de même remarquer que j'avais une tendance à me réveiller le lendemain dans les bras de quelqu'un d'autre, que ce soit une autre, un ami, clodo ou son chien. J'en ai fait des conneries. Repensez à ça, ça me fait repenser à Luck. Trop longtemps que je ne l'ai pas vue. Trop longtemps que j'ai ce triste vide.

- Je n'aurais pas pu survivre sans eux. Sérieusement, il y a gens inquiétant ici. Quand je suis là, avec les Fun', je revis, j'oublie toutes ces conneries.

Je souris, encore. Je peux pas m'en empêcher non plus, mais cette fois, c'est pas ce sourire provoquant qui m'aura attiré tellement d'emmerdes, Nan, c'est le sourire joyeux qui me rendrait si attachant celons certain.

- Je ferais tout pour protéger ce trésor.

En tant que bon chef de clan, n'est-ce pas.

- Bon et toi tu viens d'où ? je n'ai jamais vu ton adorable petite tête avant, tu t'inclus bien . T'es là pour quoi . Ça te dirait de nous rejoindre ? Tu peux me décrire cette Lottie ?

Assez de balancer des bons sentiments à un inconnu. Je veux balancer de bons sentiments à un pote et plus si affinités. Bombardement de questions, au moins il répond à celle qu'il veut.

HRP:
 
© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Lun 11 Avr - 10:56


Je n'aurais pas pu survivre sans eux. Sérieusement, il y a gens inquiétant ici. Quand je suis là, avec les Fun', je revis, j'oublie toutes ces conneries.Je ferais tout pour protéger ce trésor.


Ce qui l'unit à tous ces gens, c'est un truc que j'ai toujours respecté. Que j'ai toujours recherché. Mais, sautant de ville en ville, sans jamais m'arrêter, forcé d'effacer mes traces et mon identité, j'ai jamais vraiment eu de temps pour ça, dehors...
Oui. J'aimerais bien avoir mon propre groupe, ici, à Ciguèstraz.

Je ne m'en rends pas compte, mais je suis en train de sourire. Sincèrement. L'alcool, peut-être? En tout cas, c'est un sourire que je n'ai pas forcé. Que je n'ai pas réfléchi. C'est peut-être un des premiers depuis mon arrivée ici. Et il fait écho à celui de Cris'.


Bon et toi tu viens d'où ? je n'ai jamais vu ton adorable petite tête avant, tu t'inclus bien . T'es là pour quoi . Ça te dirait de nous rejoindre ? Tu peux me décrire cette Lottie ?


D'un coup, il se change en gatling à questions, sans que la moindre d'entre elles n'aie de rapport les unes avec les autres. Qui il est, d'ou il vient, où il va; quoi de mieux qu'une soirée bien arrosée pour poser ces trois questions essentielles à la compréhension du sens de la vie...? Devant l'immensité de l'étendue philosophique de la chose et le contraste avec leur état, December éclate de rire.

Moi, j'suis de Skid Row, le bidonville de L.A. J'suis là depuis quoi, une, deux semaines... J'suis plutôt du genre discret. J'suis voleur, c'est comme ça que j'suis arrivé ici. J'adore traîner avec les Fun', mais j'crois que j'ai envie d'avoir un clan bien à moi... J'ai déjà ma petite idée, d'ailleurs! Lottie, c'est la nana aux cheveux blancs, difficile de la rater, y'en a pas des tas, si...?


Skid Row, le plus grand repaire de SDF et de clandestins de toute la ville... Venir de là ou venir de nulle part, ça ne fait pas grande différence. On ne trouvera pas votre certificat de naissance à la mairie du coin... Ceci dit, c'est peut-être seulement la deuxième personne à qui il parle sans fard de ses origines.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Mar 12 Avr - 0:04




Camarade de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
Finalement, il n'a pas manqué une seule de mes questions, bon je crois qu'on va devoir ce lancer dans ses discussions où tu alternes entre deux sujets. Avec l'alcool que j'avais bu ça devenais presque du sport cérébral.

- Los Angeles. J'y suis allé deux trois fois, pour des concerts, il me semble. J'ai vécu toute ma vie à Las Vegas, dans les ghettos. C'est une ville étrange, tout est si artificiel. On vivait dans la pauvreté à deux pas des casino. Pourtant même quand j'étais tout gamin, j'ai jamais été triste. On habitait dans un petit immeuble à trois étages, complètement défoncer, avec un loyer bien supérieur à ce qu'il valait. Sur trois étages c'était répartit 5 familles, avec une quarantaine de gamins, tout le monde se connaissait. On formait une grande famille, toutes les portes étaient ouvertes, et on pouvait vaquer à travers tout l'immeuble, on partageait le moindre recoin d'espace. Dès l'enfance, j'ai appris à apprécier les gens que je rencontrais, j'avais pas grand chose d'autre.

Toujours aussi bavard. J'aimais bien partager cette expérience de vie, de mon enfance ce qui m'a le plus marqué, c'est pas à quel point on était dans la merde financièrement, mais à quel point j'ai vécu un truc humain avec ces familles.

- Tu veux créer ton clan ? C'est cool ça. Laisse personne t'en dissuader. Ici, il y a des gens qui se croient maîtres de ces lieux, mais ne te laisse pas abattre. Si tu veux vraiment un conseiller, évites Zak Blood. Le chef des carnivors, c'est une sale race comme j'en ai rarement vue. Il n'a pas de pitié alors fais attention à toi. Quoique tu as l'air plus malin que moi, tu t'en sortiras surement.

Je me demande quelles motivations il a pour créer ce clan. Est-ce qu'il veut juste avoir du contrôle  ? Il a l'air plus malin que ça. J'ai hâte de voir ce qu'il va devenir, je sais pas pourquoi, mais je sens qu'il va faire de grandes choses.

Lottie, pour tout dire jusqu'à maintenant, les cheveux blancs ça me faisait penser à cette salope de Zak mais si à la place, je peux penser à une fille alors elle est tombée du ciel. Si en plus, c'est une Fun' s'est parfait. Je serais amené à la rencontrer plus tard.

- Ben en parlant du loup, Zak Blood aussi a des cheveux blancs.

Alors que j'allais me décaler, mon regard se pose sur ma guitare. Argh ! C'est accompagner d'une grimace que j'ai fait ce joli bruit, quand j'ai vu la corde éclatée.

- J'en ai cassé des guitares dans ma carrière, mais ici c'est vachement précieux.

Dis-je à voix basse, je fais un peu la moue. Dieu sait dans quel état je l'aurais trouvé si je l'avais laissé avec ces furies.
© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Mar 12 Avr - 12:39


A l'évocation de Skid Row, Cris' semble se souvenir de sa propre enfance dans les ghettos. Ceux de Las Vegas. Une ville que December connaissait bien, pour avoir déjà participé à une grosse opération sur un complexe hôtelier de trois casinos, avec 10 autres personnes... Une affaire qui avait pris du temps, mais qui avait rapporté gros.

Il semblait avoir réussi à trouver un équilibre et apprécier son enfance dans un milieu difficile. December aurait peut-être pu, aussi... Si on ne l'avait pas inculpé du meurtre de ses parents, incarcéré et forcé à s'évader et fuir la ville en effaçant toute trace de son identité...


Haha, tu vas rire, c'est justement dans un casino -enfin, dans la salle des coffres- que j'ai gagné mon ticket pour Ciguèstraz... Et entendu parler de Lottie. Mais, comme je suis pas quelqu'un de très chanceux, moi, c'est plutôt l'endroit ou je vivais qui m'a poussé sur cette voie. Les gens étaient plus du genre à se poignarder dans le dos pour un caddie de courses qu'à partager. Il y avait pas mal de communautés de SDF qui s'entraidaient, mais quand les connards descendaient à Skid Row, ils savaient qu'on chercherait pas de traces de ceux qu'ils tabassaient...


Cris' change de sujet, peut-être à cause de l'amertume dans la voix du voleur à l'évocation de ses souvenirs d'avant son "changement". C'était la première fois qu'il en parlait au sein de la prison. L'alcool aidant, sans soute... En tout cas, mieux valait en rester là; si l'alcool désinhibe, il sait aussi très bien amplifier les mauvais sentiments.

Là où les doutes d'un homme sobre auraient pu entraver la création d'un clan, les conseils de deux camarades de beuverie en alimentaient le fantasme comme le projet de vacances de deux collégiens. Si lui, qui semble avoir autour de lui plus d'amis que December ne connaît même de personnes, le lui recommande, ça ne peut pas être une si mauvaise idée...

Mais apparemment, il faut savoir éviter les bonnes - ou plutôt, les mauvaises personnes. Ce Zak a l'air d'être peu recommandable... Au moins, il sera difficile de rater un type aux cheveux blancs. Tiens... Comme ce gars que December avait emmené la veille, pour éviter de se faire prendre avec un ordinateur volé sous le bras. Non, ça ne serait pas lui, quand même...?


Zak, hein... Je l'ai jamais croisé, mais de ce que t'en dis, ça donne pas envie. En fait, je savais même pas que les groupes avaient des "chefs"... Je pensais que c'étaient juste les clans. Hé... C'est quand je suis arrivé que le dirlo a créé ce nouveau groupe, les Nobodies... J'en suis le premier, est-ce que ça veut dire que j'en suis le chef?


December rit à cette pensée. L'idée d'être "chef" d'un groupe, et du coup l'égal d'un type aussi craint que ce Zak, le faisait jubiler, comme un gamin à qui on donnerait le même bandeau que sa tortue ninja préférée. Les Redweaks... Lottie lui avait parlé de Pita. Donc, il y aurait Pita, Zak... Quelqu'un pour les Ordinaries... et... Lui?! En riant, il entend Cris' pousser un petit cri de stupeur quand ses yeux se posent sur sa guitare, une corde en sortant comme un épi sur la tête d'un type mal réveillé. Il se marre de plus belle, devant la moue qu'il fait en constatant les dégâts.

J'en ai cassé des guitares dans ma carrière, mais ici c'est vachement précieux.


"Précieux... " Mes yeux s'allument à chaque fois que j'entends ce mot. Il veut dire beaucoup de choses, l'argent peut être précieux, comme les bijoux, mais une personne, ou même un objet sans valeur peut rapidement le devenir.

Et tout ce qui était précieux était le plus intéressant à voler. Taquin, il envoie une bourrade du coude à Crist'.


Je suis sûr que si tu trouvais un clan de coursiers capables de te fournir en cordes de guitare, tu t'en ferais moins... Et t'en jouerais plus souvent. C'était classe! Inspiration Liverpool...?


Oui, c'était ça qu'il voulait. Un clan utile à tout le monde, mais lui permettant aussi de rassembler les siens autour de lui. Un clan de coursiers qui acheminent des infos et des objets, tout en se taillant la part du lion. Un clan d'amis qui se rassembleraient pour des fêtes aussi sympa que celle-ci, plus intimes peut-être, et en tout cas, en plein air, sur le toit, la ou quatre murs ne viennent pas vous boucher la vue...!

HRP:
 


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Ven 15 Avr - 20:46




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
L'écouter raconter son enfance à Los Angeles arrivait à me rappeler toute la dureté des ghettos. J'avais beau peindre ma vie avec un grand sourire, je ne faisais que cacher les coter noirs. S’endurcir, se gérer seul et devenir le plus vite possible indépendant pour quitter le foyer, travailler et rapporter de l'argent à la famille. Le genre de chose qui te pousse à devenir un adulte, pourtant mon cœur fragile d’adolescent avait été protéger par la bienveillance du cocon familiale. Au finale, je suis resté un gamin et ça n'a fait qu'empirer avec les années. Je n'en rajoute pas plus, les mauvais souvenirs, je les garde cacher sous le tapis.

S'attaquer à un casino, à Los Angeles ? En voilà une drôle d'idée, une idée qui pouvait paraître totalement inconsciente. Ah moins d'être un voleur expérimenté. Je le détaille d'un peu plus près. Il avait ces multiples cicatrices aux bras, mais surtout cet énorme tatouage XIII. Un 13 ? Pour moi, les tatouages ont toujours eu un sens plus ou moins cacher. Parfois très personnels, les tatouages que j'affiche dans mon dos, il découle tous les deux d'histoire, de sentiments forts. J'y suis attaché, pourtant, je n'aurais pas pu les mettre ailleurs. Quand je suis face à un miroir, quand je me regarde. Je ne pourrais pas supporter de les voir. Plus je regarde ce XIII, plus je me demande si c'est vraiment un tatouage, il ressemble à un cicatrice. Une illusion de l'ébriété sans doute, je lève les yeux, aillant fixer son torse beaucoup trop longtemps.

- Les groupes ont été créé par les prisonniers. Autrefois c'était eux qui en avait le contrôle total. Le directeur est venue y mettre son grain de sel peu avant ta venue. Ces chefs ne sont pas vraiment officiels. D'ailleurs, Zak Blood n'a rien d'un chef, plutôt un tyran.

Je souris, en y pensant il a bien dû avoir les boules quand il a appris la manipulation du directeur. J'aurais tout donné pour le voir grimacer en l'apprenant.

- Tu peux toujours essayer de t'autoproclamer chef, mais franchement je n'y vois pas l'intérêt. N'importe quel abruti serait "sous tes ordres" et tu t'attirerais les foudres de plus d'une personne. Les gens n'aiment pas trop qu'on décide pour eux.

Je souriais d'ironie, tant ces derniers mots m'étaient adressés. J'avais toujours l’écœurement d'être classé "violent" et encore plus "sous les ordres de Zak". Les groupes avaient perdu pas mal de leur intérêt, je préférais me réfugier auprès des gens que j'ai et qui m'ont choisi.

- C'est ça ton projet de clan ? C'est une bonne idée, ça marcherait bien. Tu deviendrais vite indispensable et  ... intouchable.

Il y avait de la vente sous le manteau dans les couloirs. Depuis toujours, mais rien de bien organisé à ce que je sache. Je ne pouvais pas m'empêcher de jouer tous les jours, pourtant je n'ai jamais été aussi délicat et minutieux avec un instrument. D'ailleurs je n'ose plus toucher à ma fétiche "Bambi", ouais je te donne des noms aux objets, of course. Cette guitare, m'a accompagné tout le long de ma carrière, j'y tiens plus qu'à mon pied gauche.

- Argh. Je donne une image bien ranger de Beatles . Quand je jouais en groupe, c'était bien plis inspirer Sex pistols. Le sang Britannique coule dans mes veines.

Je citais des grands noms, histoire de ne pas le perdre. Je n'aime pas paraître pour le mec super-cultivé, qui te largue en trois phrases parce que tu ne comprends rien à son charabia de musicien. Tous ce que j'avais dit n'étaient pour autant faux, disons que mon groupe faisait plus parti de l'UNDERGROUND.
© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Mer 20 Avr - 22:17
Un tyran, hein... Le genre de gars qui a écrit l'histoire de la prison. L'époque ou les groupes étaient, comme les clans, une des dernières libertés des détenus, s'est éteinte justement avec l'arrivée des Nobodies, créés par le directeur. Maintenant que j'y repense, lors de son annonce officielle, il avait dit un truc du genre "je remercie l'un des groupes qui m'a appris l'existence de ce système de groupes". Du coup, je doute qu'il s'agisse des Carnivors.

Tu peux toujours essayer de t'autoproclamer chef, mais franchement je n'y vois pas l'intérêt. N'importe quel abruti serait "sous tes ordres" et tu t'attirerais les foudres de plus d'une personne. Les gens n'aiment pas trop qu'on décide pour eux.


Chef des Nobodies...? Ohlà, non merci! C'était pour déconner, je me vois mal chef de gens que je connais pas. D'ailleurs, je me vois pas vraiment chef tout court. Qu'on m'écoute, ça serait déjà pas mal.


C'était vrai, même si un côté "Ordinary" me soufflait à quel point avoir des personnes prêtes à accepter des ordres de ma part pourrait créer de grandes choses. Un côté "Redweak" maintenait que le seul genre de clans apte à se maintenir serait basé sur l'égalité de tous ses membres... Et un côté "Carnivor" souhaite de tout coeur que ledit clan fonctionne, pour tout posséder. Richesses, infos, amis.
En fait, j'ai toujours été plutôt à l'aise avec cette condition de Nobody. Un tout nouveau groupe dont personne ne sait rien, et dont l'étiquette est principalement "ceux qu'on n'arrive à caser nulle part ailleurs"... C'était très bien pour moi.

C'est ça ton projet de clan ? C'est une bonne idée, ça marcherait bien. Tu deviendrais vite indispensable et  ... intouchable.


Son approbation pour mon idée de clan, couplée à les quelques degrés d'alcool qui me coulaient dans le sang, eurent tôt fait de me rendre assez euphorique. C'était décidé, c'était lancé.

Enfin, si ça ne partait pas demain avec la gueule de bois. C'est marrant, comme quand on est bourré, on ne pense pas du tout à ce moment précis.


Argh. Je donne une image bien ranger de Beatles . Quand je jouais en groupe, c'était bien plis inspirer Sex pistols. Le sang Britannique coule dans mes veines.


Rangés, les Beatles...? Okay, c'était un boys band, mais faut pas oublier que c'étaient surtout des putains de fêtards! Bon, au moins j'avais raison pour le côté British...


December lui envoie une bourrade. Les Beatles, et la plupart des groupes anglais qu'il écoutait, dataient d'avant que tout commence à partir en couille. C'étaient des souvenirs de son père qu'il n'avait jamais réellement pu, ni voulu, mettre de côté. Et, inconsciemment ou non, pour lui, quelqu'un qui connaît ce genre de références ne peut pas être foncièrement une mauvaise personne...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Dim 24 Avr - 23:50




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
Tant mieux, je n'aime pas vraiment les gens qui se proclament chef en ce moment. J'avais toujours l'oreille tendue moi. Malheureusement beaucoup de gens ne t'écoutent pas parce qu'ils ont peur de ce qu'il pourrait entendre, parce qu'ils ne savent juste pas s'exprimer.

Les petits coups de coude qu'il me donnait me faisaient sourire. Il n'y a rien de plus agréable que de se sentir pote avec quelqu'un qu'on a rencontré il y a moins d'une heure. Comme si on était assez sur la même longueur d'onde pour se comprendre tout de suite. Eh puis c'était toujours agréable de parler de rock avec un autre, tout le monde n'a pas les références ici.

- Ouais mais j'étais loin d'être en costard cravate sur scène.

Et même si j'en avais eu une, elle aurait vite été arrachée.

- Ça reste des musiciens, bien sûr que ce sont des fêtards.

C'est que j'avais toujours aimé dans le rock. C'était que le bordel devenait amusant. C'était les vapeurs d'alcool mélangé à la fumer des cigarettes. La chaleur étouffante des corps transpirant à l'unisson sur une note de musique. C'était les frissons et la parte de contrôle. Il n'y a rien de plus beau que de trouver quelque chose qui te fait vibrer autant. C'est pour ça, que j'aime savoir ce qui fait vibrer les autres.

- C'est vrai qu'avec de la coke dans le nez. Ils faisaient un peu moins rangés.

D'un geste aussi rapide que soudain je plonge ma main dans ma poche et en sort une clope et de quoi l'allumer. Toujours dans la précipitation je m'allume un garrot, comme si ma vie en dépendait. C'était ridicule. Pourtant, dès que je parle de ce genre de truc, c'était devenu un TOC que de sortir une cigarette. Peut-être qu'il s'en rendrait compte ou pas. Peut-être qu'il ne se rendait même pas compte à quel point la drogue peut faire entièrement partis de la vie de quelqu'un. Je lui souris, comme pour le rassurer. Observant silencieux la fumer qui s'envole. Parfois, il est bon d'apprécier le silence et d'écouter ces pensées.

- Ça n'a aucun putain de sens de s'attaquer à un casino.

Voilà où mes pensées m'avaient mené. Je n'allais pas plus développer, il voyait très bien ce que je voulais dire. La preuve, il s'est fait chopper. Le vol était un art après tout, est-ce que c'était juste un abruti qui s'est attaqué à plus fort que lui ? Ça avait du faire les gros titres des journaux un con pareil, j'avais pas entendu parler de cette histoire. J'étais un peu coupé du monde ces derniers temps. Nan vraiment, ça faisait trop gros, il y a une couille dans le potage. Est-ce qu'il s'est fait planter par ses copains ?
© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Lun 25 Avr - 13:01
Pendant nos échanges philosophiques sur la nature du rock, on se met à dériver sur la tise, la clope... et la coke. A sa remarque, je me dis que je n'avais jamais imaginé les Beatles en train de prendre un rail... Contrairement aux Sex Pistols.
Non, le quatuor aurait plutôt été du genre... LSD. "Lucy in the Sky with Diamonds". Mes pensées dérivent sur les Floyds et la rumeur selon laquelle Alice in Wonderland et la rumeur selon laquelle "The Wall" correspondrait au film... J'ai jamais si si c'était vrai.
Cristiano s'allume une clope dans un geste un peu précipité. Un réflexe? Un mauvais souvenir à balayer en tirant une bouffée de nicotine? Je m'en fous, en fait. Il me sourit, comme pour me rassurer, et je lui souris en retour. Ça me suffit. Nous laissons nos idées sur le rock s'emmêler, se serrer la main puis disparaître dans cet espèce de flou agréable qui entoure les conversations les plus vivantes du monde; celles où on ne réfléchit pas avant chaque phrase. Et justement...


Ça n'a aucun putain de sens de s'attaquer à un casino.


Je le regarde un moment, avant de rattraper le train de ses pensées. Je souris, pour moi d'abord. C'est vrai, c'était stupide. Je l'ai fait une fois sérieusement, et c'était plus pour la pub que pour le résultat. C'est bien trop compliqué et coûteux, en matériel, pour être rentable. Et impossible seul.
Puis, je souris pour lui. Il comprend qu'il y a anguille sous roche. Malgré un coup de poker final auquel je ne m'attendais absolument pas, je n'espérais pas sortir de cette salle des coffres...
Confidence pour confidence, j'avais envie de lui expliquer pourquoi ce casino, pourquoi seul. De toutes façons, j'étais ici maintenant, peu importe qu'on change mon jugement...!


Haha, t'as pas tort...! J'ai laissé les flics sur la piste du voleur mégalomane qui s'est brûlé les ailes... Mais il y avait deux raisons à ce casse au Plaza. Faire du bruit, beaucoup de bruit... Et surtout, être enfermé ici, à Ciguèstraz. J'ai jamais compté sortir de cette salle des coffres...! Eh ouais! Je suis peut-être le seul taré de cette prison a être venu de mon plein gré!


Les bras écartés, December pourrait, pour quelqu'un qui regarde la scène sans les entendre, être en train de parler du plus gros Pokémon qu'il ait attrapé, ou de la façon dont il a souhaité un anniversaire surprise à un ami... A son ton, on pouvait sentir la passion pour cet "art", pour ce métier de voleur. La préparation, le choix des cibles, la "communication" tout autour; la raison même de son nouveau nom... Il faisait écho à la façon dont Cristiano pouvait parler de sa guitare et de sa musique. Il était un artiste... Mais un de ceux qu'on enferme dans des cellules.
Évidemment, ça soulevait une autre question, logique, et c'est avec un peu moins d'entrain qu'il y répondit avant même qu'elle ne soit posée, sortant une clope à son tour, et la prenant entre ses lèvres.


Je suis venu chercher quelqu'un...


Restant vague, le regard un peu perdu, il se reprend vite et penche la tête vers Cris', la clope tendue, attendant qu'il lui allume, n'ayant pas de briquet sur lui.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Sam 30 Avr - 20:38




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
Exprès ? En l'écoutant raconté, son aventure, je ne puis m'empêcher de rire d'étonnement. J'aurais pu le trouver idiot, provoquant, mais en réalité, je le trouvais juste ..culotté. Ça me rendait encore plus curieux, son histoire avait l'air de l'amuser aussi, mais il semblait tout autant passionner. Quand on n'a pas de passion, il est compliqué de comprendre celle des autres. À quel point, on pouvait en parler pendants des heures. La sienne n'avait rien à voir avec la mienne, pourtant, c'était bien le même sentiment qui nous animait.

Il vient rapidement répondre à mes interrogations suivantes. Ma franchise était contagieuse, l'alcool devait aider un peu aussi, mais j'avais l'habitude de ce genre de conversation. Les gens ont toujours aimé me raconter des trucs, je suis bavard et ça les amusait. Ils avaient tous cette même envie de me partager quelques choses. Le fait d'être pauvre avait dû m'empêcher de vivre dans ma bulle. À m'entendre, on pourrait croire que ce n'est qu'une conversation parmi tant d'autres, mais vous vous trompez. Elles ont toutes été uniques et marquantes. Alors oui, dans dix ans, je me souviendrais de tes mots, de ton histoire. Rien n'est meilleur que quelqu'un qui parle à cœur ouvert.

Je sors mon briquet et allume sa cigarette d'un geste expert. Son visage était devenu plus grave d'un coup. Quel genre de personne pouvait-il chercher, en prison qui plus est ? Un ancien partenaire peut-être ?

- Tu l'as retrouvé ..cette personne ?

Je n'aimais pas trop poser de question aussi personnelle, je ne voulais pas le forcer à répondre, mais peut-être que s'il m'en parle, il acceptera d'en parler. Son visage ne présageait pas vraiment de réponse positive. Pour prendre autant de risque, il devait vraiment tenir à cette personne. Qu'est-ce qui pouvait pousser un homme à se priver de sa propre liberté ? La vengeance ... ? C'était un sentiment qui rendait fou, une obstination. Jamais, je n'avais vu un homme plus déterminé qu'avec cette idée en tête. Pourtant December n'avait pas l'air d'avoir ce genre de sentiment lourd. Son sourire et sa légèreté cacheraient-elles quelque chose de plus sombre ? Après tout, je suis le premier à enfouir mon passé quand je suis accompagné. N'oublions pas que nous sommes en prison.
© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Sam 30 Avr - 21:20
Cris rit en entendant ma... "mésaventure" au Plaza. Je me sens un peu vexé au début, et puis, je juge que ce rire est plutôt amusé que moqueur. C'est pour ça que je partage avec lui; je ne sens pas ce jugement que la plupart des autres portent. Ici, aucune convention sociale ne force quelqu'un a compatir, à s'offusquer, ici, il n'y a plus de place que pour la franchise... Entre détenus, en tout cas. Enfin, sauf pour les Ordinaries, je suppose...!

Tu l'as retrouvé ..cette personne ?


December laisse son compagnon allumer la clope, et tire dessus, le temps d'un silence. Parler, ne pas parler...? Est-ce que ça valait le coup? Échanger là-dessus serait une première dans la prison... Non... Une première tout court.
Putain, ca serait la première fois de sa vie qu'il parlerait à quelqu'un de tout ça. La mort de ses parents, le crime foutu sur son dos, une vie de fuite, la perte de ses repères, puis de ses émotions. De son état de "coquille", reflétant juste son interlocuteur. Et ça serait pendant une after, en taule, à moitié bourré...? Le pire, c'est que ce qui le gênait le plus, à ce moment précis, c'était peut-être de décevoir Cris'.

Il baisse la tête, assombri par ces pensées.


Non... Pas encore. Je suis même pas sûr qu'il soit là... Bah, je sais même pas pourquoi je m'accroche encore à ça.


Il secoue la tête, comme pour chasser ces pensées qui risquent de ternir l'euphorie éthylique du moment, et de changer une bonne beuverie en tise de désespoir. Hors de question de gâcher une soirée aussi sympa...!


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 26/02/2016
Dim 29 Mai - 20:24




Camarde de beuverie
Cris' & December
« L'alcool ne mène à rien. Ça tombe bien, je vais nulle part. »
Je regarde son visage tourner vers le sol, attentif. À la fin de sa phrase je sourie légèrement, ça pouvait paraître cruel, pourtant ça n'avait rien à voir. Je me rappelais juste à quel point les gens sont pleins de contradiction et que les plus confiants sont emplis de faiblesses et de doute. Je me rappelle que le plus facile est souvent de faire croire qu'on ne prend pas la vie au sérieux mais que cela ne tient jamais indéfiniment. La vie finit toujours par nous faire une piqûre de rappel et pour certains c'est aussi violent qu'une balle dans le pied. Alors il faut tous qu'on trouve une raison de ne pas sombrer doucement. Voilà pourquoi tu t'accroches à ça December.

"Allons, la conviction d'un homme est toujours juste, même si ce n'est pas de l'avis de tout le monde. Ne laisse personne te faire douter."

Ça fait bien trop dur de douter, ça te rappelle le temps qu'il te reste et surtout tes années passées. Tout est remis en question et personne ne veut avoir à faire avec ses fantômes.
Et si je souris moi aussi, c'est pour ne pas montrer comment je suis affecté par ses blessures. Pour me protéger de notre ressemblance dans notre faiblesse de simple humain. Est-ce que lui aussi a pu entrapercevoir mes failles, mes cicatrices ?
Je me lève et je tapote sa tête, secouant légèrement ses cheveux, d'un geste affectif. Un sourire à pleine dent je lui dis :

"Les regards suffisent aux mots. Tu sais. On se reverra."

Peut-être que je me dévalorise trop . Après tout dire que je souris uniquement pour me protéger n'est pas tout à fait vraie. Disons que cela fait juste partit de mon rôle. En ce monde, les gens ont besoin d'une épaule sur la quel se reposer de temps à autre, j'ai juste toujours été une de ces épaules. Une figure de proue à laquelle les gens s'accrochent pour se motiver, un idéal à suivre. Vous savez comme moi qu'une telle personne ne peut pas faillir. Alors je ne me les permets pas ses faiblesses, je les cache bien au fond dans un coin sombre pour que personne d'autre que moi n'ai à les affronter.
Si tu le veux toi aussi tu pourras profiter de mon oreille attentive pour te soulager de tes maux.

Je me dirige vers les escaliers, pour remonter vers ma cellule. Assez festoyer ce soir.
Ma guitare sur l'épaule, je lui offre comme vision mon dos nu bien plus charger de sens qu'on ne pourrait en croire, au final même quand je tourne le dos à quelqu'un mes tatouages dévoilent un peu de ma personne. Sans le regarder, je lui fais un signe de la main d’au revoir et le laisse avec une dernière parole :

"Ce soir est une belle nuit."

Cette nuit, avant de retourner sous ma maigre couverture, j'irais regarder les étoiles.
© 2981 12289 0


I can't deny, I'd die without this
Make me feel like a God
Music, love and sex
I must confess,
I'm addicted to this
Adrenalize me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/03/2016
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: