AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Je sombre

Sam 2 Avr - 19:12
Je sombre
Madness, Nobody care
Looking around and nobody there
Alors te revoilà, toi, la petite salope qui a gâché ma vie, qui m'a prit mes rêves de jeunesse. Qui m'a privé d'un futur. Te revoilà, qui écrase ma poitrine, qui me met la boule au ventre, qui me donne des bouffé de chaleur. Encore ici pour m'attirer des ennuis. Tu viens remuer le couteau dans une plaie à peine refermé. Et oui, ma vision se trouble, il se moque de moi. C'est ce que tu veux non. Tu veux qu'on meure où quoi ? Tu veux que ces prisonniers puissent se défouler sur moi ? Tu arrives vraiment au mauvais moment, j'ai vraiment pas besoin de toi.

MAIS ARRÊTE
ARÊTE DE ME FAIRE PENSER A TOUS CES GENS AUTOUR DE MOI. ARRÊTE DE ME RAPPELER QUE JE SUIS PIÉGEE, SEULE, VULNÉRABLE.

J’étouffe, je veux mourir. Ces gens ... il y en a trop. Partez, disparaissez, vous me pompez l'air.
Tu es contente alors ? J'ai les genoux à terre. Tremblante de partout. Il y a peine quelques secondes j'avais mon rôle de gardienne habituel, mettant toujours plus d'ordre, m'occupant une énième fois de petit provocateur et maintenant tout ce que je peux faire, c'est résisté, ne pas m'évanouir ! Je vous en supplie que quelqu'un m'aide. Mon regard, partout, suppliant, personne n'est là, personne pour m'aider.

La dernière fois, j'ai quitté tout ce que j'avais à cause de toi. C'est ça ton but ? Tu veux que je quitte encore une fois mon chez-moi, tu veux encore une nouvelle vie ? Tu ne supportes pas que je sois heureuse, hein. Les autres ne comprenaient pas. Ils ne comprenaient pas que tu pouvais me tuer si l'envie t'en prenait. J'aimerais une balle dans la tête, ne plus jamais être ton jouet.
Des nausées, des yeux vitreux, un corps tremblant. C'est tout ce que tu as à me répondre, n'est-ce pas. Regarde comme il s'éparpille, regarde comme ils disparaissent. Tu ne m'auras pas cette fois, ah ! Je ne serais plus jamais seule maintenant. Regarde tous ses gens qui m'ont pris en pitié qui on fait disparaître la foule.
La foule. C'est tout ce que tu as trouvé contre moi ? Tu veux m'isoler des autres, tu me veux pour toi seule ? Oh ne me juge pas s'il te plait. J'essaie de me rassurer comme je peux, dans mon esprit. Tu as déjà paralysé tout mon corps. Je lutte avec tout ce que j'ai, tu ne me rendras pas folle. Ah moins que cela ne soit déjà fait ?

De toute façon, tu as eu ce que tu voulais. Regarde moi ramper contre le sol, prendre appui sur le mur. Regarde ce cadavre vaciller au moindre mouvement parce qu'il n'est pas capable d'arrêter de trembler. J'essaie d'échapper aux regards, tu vois, c'est pour ça que je lutte encore un peu, tu finiras par disparaître, mais t'en profite bien pour l'instant, tu m'écrases le cœur toutes les secondes. Tu me fais terriblement mal. J'en peu plus. Tu veux m'isoler des autres, tu me veux pour toi seule ? Tétanisé, terrorisé, je suis. Est-ce que je devrais te supplier ? Je t'en supplie, laisse me reposer. Connasse d'agoraphobia.
© 2981 12289 0




   
« This jungle make me crazy »

   

(c) Myuu.BANG!

   
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2015
Dim 3 Avr - 15:25
Je sombre.

03.04.2016

Feat Ina


Le bloc B n'était pas celui qu'elle préférait, mais en ce baladant dans les couloirs, elle avait finit par tomber en plein dedans. Elle devait rejoindre Kris' pour une soit-disant "réunion". A savoir que leur réunion à toutes les deux finissaient plus en teuf, et en sortie improvisée qu'autre chose. Après tout, Jeni n'y pouvait rien si elle se laissait entraîner par cette saleté, ou si justement elle pétait un câble quand elle était avec elle au point d'en oublier ses occupations. Et ouais, la personne de Kristen Owens était ce qui pouvait s'apparenter de plus près à une amie pour la mafieuse. Ce qui n'était franchement pas un mince titre.

Ses mains enfoncées dans les poches de son pantalon noir, elle s'arrêta devant un attroupement d'où émanait principalement des rires lugubres. Une baston? Voilà de quoi la divertir. Alors Yumi s'approcha de sa démarche nonchalante, écartant quelques détenus pour avoir accès au devant de la scène. Après tout, une dirigeante ne se met pas derrière. Bon, il y avait peut-être aussi la question de sa taille hein, mais ça elle n'allait certainement pas le dire à voix haute.
La vision d'une gamine à terre, tremblant comme une hystérique la fit hausser un sourcil. Alors celle-là, elle faisait une crise d'on ne sait quoi. La brune la regarda se traîner jusqu'à un mur, semblant reprendre ses esprits, et bizarrement, c'est à cet instant qu'une grande partie de la foule commença à s'écarter.

Jeni s'approcha, s'accroupit et posa sa paume contre le mur contre lequel était appuyé la demoiselle. Elle passa rapidement sa main devant ses yeux, vérifiant qu'elle était consciente, et quand le regard de la jeune femme tiqua, elle se retourna vers le reste du groupe.

-Circulez, y a rien à voir. Allez. Lâcha-t-elle d'un ton glacial et ferme.

La foule derrière elle commençait à se disperser, alors qu'elle aidait petit à petit la brune à se redresser. Lentement, doucement. Il ne fallait pas la brusquer dans ces moments là. C'est à cet instant que Jeni remarqua la matraque et l'uniforme de la demoiselle. Alors bon, il fallait que sa bonne action de la semaine tombe sur une gardienne. Et bien tant pis, ce qui est fait, est fait. Elle n'allait quand même pas la larguer par terre comme une vieille chaussette. Si? Non, décidément, ce n'était pas son genre.
Soutenant la gardienne, Jeni l'aida à faire quelques pas, puis à s'asseoir un peu plus loin. Le couloir s'était vidé, et personne ne pouvait voir ce qu'elles faisaient à présent. Crise d'angoisse? Certainement. La mafieuse n'était pas une spécialiste, mais quelque chose lui disait que celle-ci était particulièrement violente.

- C'va allez? Dit-elle en se redressant, adossée au mur.


HRP : /
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/02/2016
Mer 6 Avr - 18:40
Je sombre
Madness, Nobody care
Looking around and nobody there
Un violent acouphène vient embrouiller encore plus mon esprit. Alors que j'avais abandonné tout espoir de me déplacer une masse puissante vient me soulever. Je ne cherchai pas à comprendre qui ou quoi, je cherchais juste de quoi m'agripper, ma main se crispa sur un bout de tissu, j'étais si fortement accroché que mes ongles auraient pu faire des trous dans le tissu s'ils avaient été plus longs. Mes pas aléatoire, traînant, trébuchant, un miracle que je ne soit pas retombé. Alors que la présence de quelqu'un aussi proche de moi commençais à être insupportable, mon corps finit par retoucher le sol un peu plus loin. Si j'allais bien ? Non pas du tout, j'étais fiévreuse, mais au moins la foule avait disparu évaporer et ce sentiment d'emprisonnement commençait à disparaître. J'avais eu l'impression d'être complètement happé. Je plie mes jambes pour pouvoir posé mon visage sur mes genoux. Soufflant à grandes bouffés, tentant de reprendre le contrôle de ma respiration saccadée.

- Merci

Dis-je d'une voix sanglotante. Je n'avais jamais eu autant besoin d'être sauvé de ma vie qu'aujourd'hui. Levant vaguement la tête pour regarder mon interlocutrice. Ça aurait pu être ma sœur, je ne l'aurais pas reconnue. Mes neurones pas encore totalement reconnectés entre eux. Je crevais de chaud. La seule chose que je trouvais à faire maintenant était de m'emparer de la bouteille d'eau fraîche dans mon sac et de me la verser sur le crâne, laissant l'eau ruisseler sur mon visage, dans ma nuque, sur mes jambes. Je crevais de froid maintenant et ça faisait du bien. Au moins, elle ne reconnaîtra pas mes larmes. Je sentais chaque petite brise passant dans les couloirs, tentant de focaliser mon intention là-dessus et d'apaiser mon esprit. Je ferme les yeux, j'aurais voulu disparaître, que plus personne ne prête attention à moi. J'aurais voulu m’évanouir pour que je n'aie plus à supporter la lourdeur de ce corps et les regards qu'on lui adresse. Mes muscles crispés, j'étais replié sur moi-même, combien temps allais-je rester dans cette position de faiblesse plus qu'inconfortable. Je la regarde de nouveau, cette fille, je suis sûr de l'avoir déjà vue, mais impossible de mettre un nom dessus. Est-ce qu'elle va rester là à me regarder en train de me battre contre moi-même, son regard me fait peur, mais je n'ai pas envie qu'elle parte tout de suite. Je ne veux pas être seule trop vite. J'allais probablement passer une sale journée en étant irritable avec tout le monde, mais avec elle au moins, je n'avais pas à faire la fière puisqu'elle m'avait vue dans tous mes états.
© 2981 12289 0




   
« This jungle make me crazy »

   

(c) Myuu.BANG!

   
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2015
Ven 15 Avr - 19:06
Je sombre.

03.04.2016

Feat Ina


A présent assise contre le mur, et repliée sur elle-même, la gardienne ne pipait mot. Un carnivor s'approcha, un sourire mesquin plaqué sur le visage, mais un regard froid de la mafieuse lui fit rapidement faire demi-tour, la queue entre les pattes. La brunette n'avait certainement pas besoin qu'on vienne lui pourrir l'air pour l'instant. Dans un sanglot, la demoiselle laissa échapper un mince "Merci " auquel la jeune femme ne répondit pas. Pour le moment, elle attendait simplement qu'elle se remette de ses émotions.

La bloodT avait envie de faire demi-tour, de laisser là, en plan la gardienne naine, mais le regard désespéré de celle-ci l'arrêta. Ce n'était pas le genre d’œillade que Jeni aimait ignorer. Le seul désespoir qu'elle assumait, c'était celui qu'elle-même causait. Mais pour le moment, la gardienne n'avait peur que d'une chose: d'elle-même. Ou d'une autre crise.
Sa respiration commençait peu à peu à s’apaiser, elle l'entendait, bien que son ouïe était plus accaparé par le bruit de pas régulier et sourd des prisonniers qui leur passaient sous le nez.
Finalement, elle finit par se laisser glisser le long du mur en béton, à quelques pas de la victime, en réitérant sa question.

- Hey. T'vas survivre, ou j'te laisse crever là?

Bon. Ce n'était pas exactement la même, mais dans le fond ça voulait dire à peu près la même chose.


HRP : /
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/02/2016
Sam 23 Avr - 11:57
Je sombre
Madness, Nobody care
Looking around and nobody there
Elle me repose la même question. Je ne répondis pas, c'était une question stupide, il était évident que ça n'allait pas bien et je ne ressentais pas l'envie de pester maintenant. Je tourne la tête et le détail un peu, ne cachant plus mon visage. Mes muscles se détendirent un peu, ses yeux vairons ... rouge et marron. Ils appartiennent à Jeni Yumi, une petite nouvelle qui a fait pas mal de bruit récemment. Je mets mon cerveau en marche, je tente de penser à autre chose, et actuellement, tout ce que j'ai, c'est cette fille. Alors avec un regard beaucoup trop intense et insistant, je lui lâche d'une voix plus ou moins assurer :

- Pourquoi tu m'aides ? Je ne suis qu'une sale gardienne ...

Je n'avais pas réussi à donner à ma voix la hargne que j'espérais, le ton suppliant que j'avais était plutôt pathétique, mais tant pis. Cette question, je l'avais déjà posé à quelqu'un ... mais cette fois, c'est différent, c'est une carnivore. Qu'est-ce qu'elle peut bien avoir à faire d'aider quelqu'un, une gardienne qui plus est. Elle espère quelque chose en retour ? Le plus frustrant est que j'aimerais la remercier comme il se doit, mais que je suis obligé de me braquer parce que c'est une prisonnière et qui plus est une fauteuse de trouble. Pourtant, tous dans son comportement indiquent qu'elle ne me veut pas de mal, mais cette prison m'a appris à rester sur mes gardes. Elle a fait fuir les gens qui me voyaient comme une proie, seulement, j'en suis toujours une pour elle. J'aimerais que tous soit facile, que je puisse me jeter dans ces bras sans me soucier de quoi que ce soit, cette étincelle d'innocence m'a quitté depuis longtemps.

Je frissonne légèrement, la peur et l'angoisse a laissé place à la mélancolie, à une douce tristesse. Le vent qui était réconfortant il y a quelques instants devenait soudainement une fatalité qui me glaçait le corps.
© 2981 12289 0




   
« This jungle make me crazy »

   

(c) Myuu.BANG!

   
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2015
Sam 23 Avr - 12:33
Je sombre.

03.04.2016

Feat Ina


Bon, celle la n'avait pas l'air très causante. Ce qui l'aurait arrangé en temps normal, après tout, la brune n'était pas fan du blabla et des longs discours. Un acte vaut mieux qu'une discussion. Mais cette fois ci, elle aurait bien aimé que la petite brune lui ouvre un peu sa cervelle, histoire de voir si elle pouvait retourner s'ennuyer en paix, ou si elle devait rester encore un peu pour lui éviter la confrontation avec les grosses... gros bras de la prison.

- Pourquoi tu m'aides ? Je ne suis qu'une sale gardienne ..

Ah, elle avait décidé à parler finalement.
Jeni avait bien envie de sortir une clope, mais la présence de la gardienne la retint. Pourquoi? Boarf, question rhétorique, ou en tout cas trop abstraite pour elle. C'était une invitation à la réflexion, et il était encore trop tôt pour qu'elle ne mette son cerveau en route sans soucis.

- J't'aide pas, j'te soudoie.

C'est vrai en plus. Cette petite n'avait pas l'air du genre à oublier ses dettes, bien loin de là. Alors, très certainement qu'elle trouverait un moyen de s'en servir. Mais plus tard.
Pour le moment, elle ne l'avait pas aidé pour ça à la base. La mafieuse avait cru reconnaître dans cette posture fœtale, l'un des gamins de sa famiglia. Souffrant également d'une claustrophobie prononcée, le gosse avait su s'en défaire progressivement en grandissant. Chance qui n'est apparemment pas donnée à tout le monde.
Au rictus déformait ses traits, alors qu'elle mâchait dans le vide, ses dents cherchant un bout de cigarette, un carré de chocolat, ou tout autre substance qu'elle introduisait fréquemment dans son orifice buccale.

- Nan j'déconne. Mais t'es pas dans ma tête, tu sais pas c'que j'pense. P't'être que depuis que j'suis arrivée je t'observe, et que je suis tombée amoureuse de toi.

Pffiuh. La blague. Jeni n'était tombée amoureuse qu'une fois, et elle l'était toujours. Ce n'était pas pour recommencer cette connerie qu'elle lui avait apporté son secours.


HRP : J'ai un ENORME retard dont je m'excuse en léchant le sol
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/02/2016
Ven 8 Juil - 3:12
Je sombre
Madness, Nobody care
Looking around and nobody there
Je ne pue m'empêcher de pouffer de rire après sa réponse, un petit rire nerveux et stressé. Je n'attendais pas une réponse sérieuse, mais je voulais voir quel genre de personne m'avait porté secours. J'étais plutôt rassuré, elle n'allait pas essayer de profiter ma faiblesse. Elle n'est pas idiote, j'imagine qu'elle doit comprendre que je me sens redevable et qu'au finale, nous ne sommes pas si loin du soudoiement, un service contre un service.

Du coin de l’œil, je la regarde. Elle se tient là, nonchalante et semble mâcher un chewing-gum, non, plutôt, elle imagine en mâcher.

Sa dernière remarque me fit sourire. Je relève la tête, détends un peu les jambes et tente plutôt vainement de placer de manière pratique ma mèche mouillé. Tout en sortant un petit paquet de mon sac, je lui dis :

- Je ne crois pas avoir lu ça dans ton dossier. Même si c'était le cas, ça ne changerait pas grand chose, j'aurais toujours une dette envers toi.

Je lui fais un petit sourire, adoucissant le ton formel de ma phrase. Au moins, elle sait que je l'ai reconnue. Quand j'y pense, peut-être qu'avant de m'aider, elle n'avait même pas remarqué que j'étais une gardienne, je ne porte pas tout mon uniforme. Peut-être, qu'elle m'a aidé simplement par empathie, il parait que les prisonniers aussi en sont pourvue.
Je lui tends un petit paquet de chewing-gum à la fraise.
Elle ne le prend pas tout de suite, je rajoute :

- Ne t’inquiète pas ce n'est pas le remboursement de ma dette, je te dois bien plus que ça.


C'était une position plutôt inconfortable de devoir quelque chose à un détenue pourtant, je n'arrive pas à me lamenter. Parfois, il est bon de briser la glace, de se rappeler de temps en temps que ce sont des individus, et même de nouer quelques liens. Je crois que Lexy a une mauvaise (ou bonne ?) influence sur moi. Au finale, on partage tous le même espace et tout ce qu'on connaît les uns des autres, ce sont des rumeurs. Je ne retrouve pas la petite rebelle qui caractérisait Jeni dans les racontars. Est-ce qu'elle m'aurait reconnu aussi ?
J'espère secrètement qu'elle ne va pas raconter à tout le monde ce qui s'est passé, j'espère qu'elle n'a pas compris la raison de ma "crise". J'avais eu peur que cette histoire s'ébruite, avec ce sms étrange et anonyme qui aurait trouvé ces infos, depuis plus de nouvelles.

HRP:
 
© 2981 12289 0




   
« This jungle make me crazy »

   

(c) Myuu.BANG!

   
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2015
Jeu 1 Sep - 22:48
Je sombre.

03.04.2016

Feat Ina


- Je ne crois pas avoir lu ça dans ton dossier. Même si c'était le cas, ça ne changerait pas grand chose, j'aurais toujours une dette envers toi.

Elle accompagna sa remarque que l'on aurait pu trouver froide et amère, par un petit sourire qui de suite, la rendit plus sincère aux yeux de la brune. Lorsqu'un humain vous sourit, la décence voudrait que l'on fasse de même, histoire de se trouver sur un pied d'équivalence. Mais Jeni n'avait pas envie de sourire, elle ne souriait pas pour les inconnus. Un coup de tête fera l'affaire.

- Ne t’inquiète pas ce n'est pas le remboursement de ma dette, je te dois bien plus que ça.

La mafieuse baissa la tête, pour apercevoir que la gardienne lui tendait un paquet de gum. Un ange passa, le temps qu'elle réalise la raison de son geste. Ah oui, le tic nerveux. Celui de mâcher sa joue, comme elle le ferait pour un chewingum. Bah raté ma p'tite.

- J'aime pas l'sucre. Dit-elle en accompagnant ses mots d'un mouvement de tête négatif.

Bon, elle allait très certainement devoir repartir d'un moment à l'autre pour rejoindre sa cellule. Ou Adam. Ou Kristen. Ou n'importe quoi d'autre qui pouvait occuper sa journée.

- Et le papier ne dit pas tout. Il ment bien lui aussi. Lâcha-t-elle comme réponse à la première remarque de la gardienne.

Elle finit par lui tourner le dos, lui lâchant un signe de la main en enfonçant ses mains dans ses poches arrières. Ses pas lents l'emmenaient de plus en plus loin de la petite brune. Elle semblait avoir repris ses esprits, et des forces. Conclusion, la demoiselle n'avait plus besoin de garde du corps.


HRP :Terminé pour moi o/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 27/02/2016
Ven 9 Sep - 23:41
Je sombre
Madness, Nobody care
Looking around and nobody there
Je rétracte mon bras après son refus, un peu décontenancer qu'on refuse un excès de gentillesse, mais après tout, elle avait raison, c'était un geste stupide, on n'est pas au lycée. Je fis disparaître le paquet au fond de mon sac et je ne soutiens pas son regard. Il y avait un mur entre nous, ce serait plus pratique pour moi s'il n'était pas invisible, parfois, j'oublie qu'il existe. De toute façon, j'avais l'air idiote avec mes bonbons à la fraise pour enfant de 4 ans et demi et oui Ina les adultes ne sont pas sensés aimer autant le sucre que tu le fais. Plus j'y pense et plus je me dis que je me suis complètement ridiculisé, pitié qu'elle ne raconte rien, c'est exactement le genre de commérage dont je n'ai pas besoin en ce moment, finalement, c'est bien aussi de ne plus être des ados.

Le papier ne dit pas tout, le papier ne veut rien dire, les gens adorent me répéter ça en ce moment. Le papier ne dit rien, il n'y a que les humains qui le font parler. Enfin, je vois bien ce qu'elle veut dire, de toute façon, la prison change les gens aussi, souvent les plus bons. Je la regardais disparaître aussi fugacement qu'elle était arrivée, je cherchais quelque chose à dire, mais j'en avais déjà fait bien assez. Je me sentais d'un stupide insupportable. Et comme si son départ signait la fin de mon repos, je me dresse et adopte la façon le plus militaire possible pour me dire que maintenant, c'est moi qui ai le contrôle, je bombe le torse, pivote et dis définitivement adieu à la silhouette de la détenue. Le plus naturellement du monde, je reprends mon aura de gardienne dure, même si personne n'est là pour le voir, comme si je répétais un rôle. Je m'en allais me réfugier dans mon bureau.


FING

© 2981 12289 0




   
« This jungle make me crazy »

   

(c) Myuu.BANG!

   
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2015
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: