AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toi ici ? Comment ? - Feat Keysha

Sam 27 Fév - 21:58
Arrivée –

Mon arrivée ne fut pas de tout repos. Signer des papiers, démarches des juges, rendez-vous médical à mettre en place, les transferts des doses pour mes soins journaliers. Et mon propre transfert dans cette prison. Je me sentais horriblement mal et surtout très seul. Comment allais-je pouvoir survivre sans lui. Sans lui pour me soutenir et me montrer ce qu’il faut faire. Une prison c’est un endroit dangereux, là où les racailles et la vermine humaine sont rassemblées.

Le temps de route fut bien long, je ne parlais pas, restant tout le trajet les yeux fermés, espérant ainsi que ce ne soit qu’un simple cauchemar et que j’allais finir par me réveiller. Mais aucun réveille, aucun frère ne vint me chercher dans ma chambre en me frappant avec un oreiller tomber sur le sol pendant la nuit. Aucun petit déjeuner, celui que je préparais pour mes parents et mon frère. Rien de tout ça. C’en était terminé malheureusement…

Le véhicule s’arrêta, puis repartie lentement avant de s’arrêter de nouveau. Ouvrant un peu les paupières, je vis des portes se refermer. J’étais arrivé. Adieu liberté…lâchant un soupir, je sortis du véhicule accompagné d’un mec baraqué. Au cas où on m’avait dit. Il n’avait pas l’air de croire que j’étais capable de me barrer. Mais je n’allais pas le faire, je n’avais aucune envie de me prendre une baller dans le dos. On me fit entrer dans un bâtiment, puis dans différents couloirs avant d’arriver à l’administration. Combien de papier fallait-il encore remplir… ? Je n’en savais rien mais cela m’emmerdé plus que tout.

Cela prit plusieurs minutes voir bien une heure pour tout bien faire, que l’on me rabâche le règlement, les consignes à respecter, du déroulement de la prison.  Je ne faisais que hocher la tête en signe de compréhension. Ils me donnèrent tout le nécessaire, uniformes, brosse, etc…me voilà désormais nouveau pensionnaire de cette prison pour une durée indéterminée. Me levant de ma chaise, je suivis les gardiens vers l’extérieur. Le regard vide, j’entendais les autres détenus rirent ou crier parfois sur je ne sais quoi. Je ne faisais que suivre, prendre sur moi. Je ne savais même pas où je m’étais les pieds, à une intersection, mon épaule entra en contact avec quelqu’un.  Je retins mes affaires dans mes bras. Sans vraiment de conviction, je ne relevais même pas la tête vers la personne lâchant un simple « pardon » avant de continuer avec les gardiens pour découvrir mon…nouveau chez moi.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 21/02/2016
Dim 28 Fév - 0:01
Tu cours Keysha, aussi vite que possible. Une mauvaise nuit, un mauvais timing, un mauvais rêve. Tu te souviens de tous. De tes rêves, de tes douleurs, de tes ambitions. De cette audition à New-York que tu n'avais pas su décrocher, de cet appel à ton frère, qui avait su te rassurer. De ce ticket de bus que tu n'avais utilisé que le lendemain, à cause d'une rencontre. Ce rêve que tu avais de percer dans la musique. Celui d'enseigner ton art. Ton amour pour la musique. Ton amour pour une vie nouvellement retrouvée. Nouvellement trouvée. Ton amour pour tes origines et ta culture. Ton amour pour le monde. Tu avais des rêves à cette époque là Keysha.
Et puis tu revis ton frère au sol, mort, et les yeux vide de vie. Ton père, attaché et te suppliant de le laisser en vie. Promettant de se racheter. Regrettant ses gestes.
Et d'un coups, tu te revis à l'infirmerie, à peine quelques temps plus tôt, frissonnantes et haletante sous les caresses de Galaad, qui avait comprit que tu étais loin d'être celle que tu prétendais. Tu revis tout, et tu te réveillas en sursaut, tremblante. Tu sorties de ta cellule, courant, affolée et pleine de rage. Tu voulais sortir de là. Ce n'était pas ta place. Pas ta vie.

Tu as courus longtemps Key', sortant sous la pluie, te laissant tremper sans t'en soucier. Tes vêtements étaient remplis d'eau, t'alourdissant et te gênant.
Tu courais pour toutes les fois où tu n'avais pas hurlé. Pour toutes celles où tu n'avais pas pleuré. Pour tous ces rêves que tu avaient dû abandonné quand tu avais traqué ton père. Ces rêves brisés à jamais. Ce frère à jamais perdu. Ces instants à jamais oubliés. Et cette vie à jamais envolée.

Tu finis tout de même par t'arrêter, et tu respires, un long moment, te laissant tomber au sol, sans souffle ni fureur. Tu respiras et sans la pluie couler sur toi, tes pensées incohérentes te laissant là, perdue et alarmée. Tu soufflas et tentas de retrouver ton indifférence habituelle. Les autres n'allaient pas tarder à s'éveiller. Tu soupiras et te relevas, te rendant à ta cellule, où tu te changeas. Tu laissas tes cheveux trempés s’égoutter sur tes épaules et tu sorties sans faire attention à tes camarades de cellules.

Tu parcourus les couloirs tandis que la prison s'éveillait enfin, les rumeurs allant déjà bon train. Il y aurait un nouveau paraissait-il mi amor. L'avais-tu vu? Tu ne doutais alors pas que cette nouvelle personne allait ainsi bouleverser tes projets.
Tu pris un couloir peu fréquenté. Il menait à la sortie, mais était trés bien gardé. Peu de prisonniers se risquaient à y aller, car ils savaient qu'ils n'auraient aucune chance. Mais les gardiens savaient tous pourquoi toi, tu y étais: C'était calme. Tu longeai les murs quand tu vis des gardiens avec un jeune homme derrière lui. Le nouveau. Il avait l'air un peu... perdu. Tellement que vous vous rentrèrent dedans. Et la réalité te frappa.

« pardon »

Tu connaissais cette voix Key', tout comme cette carrure et cette capacité à se laisser effacer. Tu connaissais ce jeune homme. Tu l'avais connu à New-York, et vous aviez passé une journée puis une nuit à visiter cette ville, lui te faisant connaître con chez-lui tandis que tu lui racontais les merveilles de ton pays en cachant la misère de ta vie. Vous aviez parlé par texto après cela, mais la relation amicale et pleine de confiance que vous aviez acquise avait disparue quand tu avais tout perdu.
Tu les vis s'éloigner alors que tu restais là, sans bouger, les yeux rivés au sol. Et puis tu réagis. Tu te retournas avec rapidité et d'une voix claire et puissante tu crias.

- Déjelo!

Les gardiens s'arrêtèrent et tu vins à leur rencontre, ton air supérieur aux visages. Tu connaissais ses gardiens, tu en avais même corrompu un.

- Je vais le conduire à sa cellule. Vais.


Ton ton était on ne peut plus froid et les gardiens, soulagés de ne pas avoir à traverser l'ensemble de la prison, filèrent. Tu étais dans le dos du jeune homme, et il ne t'avait donc pas encore aperçu. Tu ne comprenais pas ce qu'il fichait ici. Sa musique, son frère... Où était passé tout ça?

- Je ne pensais pas te revoir un jour Daemon. Encore moins ici.

Et pour la première fois depuis longtemps, ton regard s'adoucit. Tu le connaissais. Tu étais même amie avec lui. Et s'il pouvait causer ta perte, tu savais aussi qu'il te serait fidèle, tout comme toi pour lui. Et étrangement, tu comprenais à présent Zak. Quand on avait quelqu'un à protéger, nos priorités changeaient elles aussi. Et tu estimais trop Daemon pour le laisser seul ici. De plus, tu avais rapidement connu son frère et tu avais vu l'amour les liant. Et parce que tu t'étais reconnu avec Alejandro, tu ne pouvais pas le laisser seul face à la dur loi de cette prison. Il se ferait manger tout cru.



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Dim 13 Mar - 21:28
Déjelo!

Un cri retentit derrière moi, un cri qui me fit sursauter tant elle avait forcée sur sa voix pour dire ce mots inconnus à mes oreilles. C'était une femme, au timbre de sa voix on pouvait le deviner. Les gardiens s’arrêtèrent pour faire volte face vers la personne qui venait vers nous. Je gardais mon regard rivé vers le sol.

- Je vais le conduire à sa cellule. Vais.

Les gardiens ne se firent pas prier, je ne comprenais rien en relevant la tête, je les voyais repartir tranquillement vers leurs bureaux. Je me retrouvé donc seul avec une détenus, je ne voulais pas la regarder. J'avais peur qu'en relevant la tête de m'en prendre une et je ne sais qu'elle autre chose.
Je déglutis, j'ai du mal mais je sens la présence de la personne derrière moi.

- Je ne pensais pas te revoir un jour Daemon. Encore moins ici.

Je sursautais de nouveau et me retournais rapidement. Non ce ne pouvait pas être...elle face à moi...elle n'avait pas changée. Toujours le même visage. Des traits qu'on ne peut pas vraiment oublié. Je me souviens de notre rencontre, c'était pour des auditions...pour une école. On avait ...on avait finis par être ami et puis...plus rien. En la voyant ici, je finis par comprendre son absence dans ces messages du jour au lendemain. Alors...nous voici donc face à face une nouvelle fois. Pas pour entrée dans une école non, mais pour des raisons encore inconnus.

Baissant la tête, je fixais les affaires que je tenais toujours entre mes bras. Je n'avais plus rien...sauf mon collier, seul chose que j'ai réussis à garder et qui m'appartenais. Elle savait pour moi, qui j'étais, comment je suis. Allait-elle en profité ? Allait-elle en parler autour d'elle ? Non elle ne sait pas pour ma santé...je lui ai jamais et je le sais. Je n'avais pas encore eu le courage à l'époque.

Oui...je...moi non plus je pensais pas te revoir...ici...

Je ne savais pas trop quoi répondre, ni trop comment me comporter face à elle. Elle avait de l'autorité vus comment elle avait fait dégager les deux gardiens aussi facilement que si elle avait parler à deux chiens.

Je...je dois trouver ma chambre mais je connais pas...tu peux... ?

Je n'avais pas envie de rester plus longtemps dans ce couloir, j'avais peur ici. J'avais peur qu'on me tombe dessus ou que je me retrouve je ne sais où.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 21/02/2016
Dim 13 Mar - 23:47
Il avait sursauté quand il avait reconnu qui tu étais. Étonné, perdu... Toutes ses émotions que tu ressentais aujourd'hui. Toutes ses émotions que tu avais cru pouvoir enfouir si jamais tu venais à revoir un jour un espoir d'être heureuse. Mais entre Road, Galaad et maintenant Daemon, tu finissais par croire que la fille que tu étais autrefois n'étais peut-être pas morte. Elle s'était juste dissimulée de la vue des autres pour prendre le temps de se reconstruire. Mais avais-tu encore la force de redevenir cette fille-là? Pouvais-tu seulement la retrouver?

Il baissa la tête et tu te rapprochas de lui, pour finir à seulement quelques pas de lui. Il n'avait pas changé depuis la dernière fois. Il devait être assez surpris de te savoir ici. La dernière fois que vous aviez parlé, tu lui avais confié que la seule chose qui t'empêchait d'être heureuse était ton passé trouble. S'en souvenait-il encore? C'était quelques heures à peine avant le drame. Toi tu te rappelais vos conversations jusqu'à tard le soir, parlant de musique, de vos vies et de vos envies. De vos rêves et de vos craintes. Jamais pourtant vous n'aviez confié vos secrets, mais Daemon était probablement celui qui te connaissait le mieux dans ce monde, pour la simple et bonne raison qu'il avait vu qui tu étais par le passé. Et qu'il voyait à présent qui tu étais devenu.

Oui...je...moi non plus je pensais pas te revoir...ici...

Il avait l'air si craintif! Tu savais d'office qu'il appartiendrait si ce n'était pas déjà le cas aux redweaks... Ou aux victimes récurrentes de la prison. Dans les deux cas, tu te devais de le protéger. Il était encore un ami que tu appréciais sincèrement, et une partie de toi ne pouvait se résoudre à dire adieu à celle que tu avais été en laissant ce pauvre Daemon seul face à la dureté de la prison.

Je...je dois trouver ma chambre mais je connais pas...tu peux... ?


Un petit rire te prit et tu approuvas d'un signe de tête avant de lui faire signe de te suivre.

- OK. Mais avant faut qu'on parle chico. Et ça, à l'abris des autres. Ici, les murs ont des oreilles et tout est bon pour le chantage et la corruption. Tu l'apprendras à tes dépends. C'est pire que l'esprit de compétition de Juilliard!

Juilliard. N'était-ce pas l'école où vous vous étiez rencontrer? Tu l’entraînas au travers des couloirs, lui indiquant la base pour se repérer parmi les locaux, lui donnant aussi les interdictions et obligations en rigueur. Libre à lui de les suivre ou non.
Finalement, vous passâtes par les cellules où monsieur pût déposer ses affaires avant que tu ne l'entraînes de nouveau dans les couloirs pour rejoindre un coin tranquille. Un couloir peu emprunté puisque desservant le bureau de la DRH et tout le côté administratif... Bref barbant.
Là, tu t'adossas au mur, un petit sourire aux lèvres.

- Je tiens à dire que ça m'étonne de te savoir aqui.  Je ne t'imaginais pas criminel... Plutôt musicien. En revanche, sache qu'ici, il vaut mieux avoir plus d'amis que d'ennemis. Alors tu peux compter sur yo. En souvenir de ce que l'on était autrefois l'un pour l'autre. OK?



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Lun 28 Mar - 19:55
- OK. Mais avant faut qu'on parle chico. Et ça, à l'abris des autres. Ici, les murs ont des oreilles et tout est bon pour le chantage et la corruption. Tu l'apprendras à tes dépends. C'est pire que l'esprit de compétition de Juilliard!

Hochant simplement la tête, je la suivis en me basant son sur rythme. Serrant toujours contre moi les affaires qu’on m’avait données. Une prison était une prison, on est en sécurité nulle part. J’en avais entendus des histoires surtout venant de certains mecs du gang…non il ne faut plus que j’y pense.

Juilliard, l’école où nous nous sommes rencontrés tous les deux. La musique…ça me manque…pourrais-je en faire ici ? Y avait-il des instruments ou une salle ?

Suivant Keysha, je regardais ce qu’elle me montrait autour de nous me donnant quelques rapides repères dans l’espace. Arrivant à ma …chambre, je déposais rapidement tout ce qui avait besoin d’être posés. J’avais pris cinq minutes pour me changer et enfiler l’uniforme, j’avais l’impression qu’on m’enlever une partie de moi en m’obligeant à porter ces choses affreuses. Ressortant, je suivis de nouveau Keysha jusqu’à un endroit assez tranquille. Je vins près d’elle, je me laissais donc glisser contre le mur.

- Je tiens à dire que ça m'étonne de te savoir aqui. Je ne t'imaginais pas criminel... Plutôt musicien. En revanche, sache qu'ici, il vaut mieux avoir plus d'amis que d'ennemis. Alors tu peux compter sur yo. En souvenir de ce que l'on était autrefois l'un pour l'autre. OK?

Baissant le regard à même le sol, je recevais sa critique. Je ne l’étais pas….criminel. Je ne savais même pas pourquoi j’étais exactement ici. Amis ou ennemis, je savais déjà ce que c’était dehors avec cette histoire de gang dans mon quartier. Mais toutes ces histoires me fatigue, nan vraiment j’aimerais ne pas être ici.

- Si tu veux…mais je ne veux pas d’attirer d’ennuis…je ne suis pas du genre…bagarreur…

Je ne savais pas faire grand-chose…à part jouer l’observateur ou rester dans mon coin, je ne sers pas à grand monde. Et je n’avais pas spécialement envie de me faire d’amis ici et encore moins des ennemis. La loi du plus fort contre les plus faibles. Il fallait juste éviter les mauvais éléments dans cette prison.

- Si je suis ici c’est parce ce qu’on m’a accusé de meurtre…dont je ne me souviens même pas. Mais bref…comment es-tu arrivée ici toi ? Du jour au lendemain je n’ai plus eu de tes nouvelles…j’ai cru que tu voulais couper les ponts avec moi…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 21/02/2016
Mer 20 Avr - 1:08
Il t'étais peu familier de voir que Daemon était ici. Le fait était qu'il t'était un danger. Il était le seule ici à connaitre celle que tu avais pu être par le passé. Le seul à savoir ton attachement pour ton frère et les méandres de ton passé. Le seule à pouvoir affirmer que ton dossier était faux. Le seule à pouvoir connaitre la vérité à propos de ta clandestinité et des meurtres. Mais surtout, il était le seul à savoir qu'au fond, tu étais une jeune femme perdue et fragile, qui tenait toujours juste sur ces deux jambes encore tremblantes du traumatisme survenu un an plus tôt.

- Si tu veux…mais je ne veux pas d’attirer d’ennuis…je ne suis pas du genre…bagarreur…

- Je sais. Mais moi je le suis. Je suis toujours la même Daemon.. Fais moi confiance. Por favor.

Un petit sourire vint te fendre le visage, et l'espace d'un instant, on pu percevoir celle que tu avais été.
Tu ne comprenais pas pourquoi Daemon te traitait avec autant de distance et d'indifférence. Tu ne savais que trop le choc que pouvait causé une arrivée aussi violente en ces lieux. Mais Dae' aurait dû savoir qu'il pouvait compter sur toi. Vous aviez été amis, et même plus, puisque chaque jour, vous parliez, de tout et de rien. De beaux souvenirs.

- Si je suis ici c’est parce ce qu’on m’a accusé de meurtre…dont je ne me souviens même pas. Mais bref…comment es-tu arrivée ici toi ? Du jour au lendemain je n’ai plus eu de tes nouvelles…j’ai cru que tu voulais couper les ponts avec moi…

- Double homicide volontaire avec  préméditation, torture et séquestration pour l'un d'eux. Alejandro y mi padre.

Ouai, bien Key', et c'est comme ça que tu comptais le rassurer? Mais il te connaissait et il n'était pas con. Il saurait comprendre seul que pour l'un d'eux tu étais innocente, et que pour le second, c'était la douleur, la peur, la rancœur et le sentiment d'insécurité qui t'avait poussé à agir. Tu savais que Daemon ferait rapidement le lien. Seul.
Tu laissas s'écouler quelques minutes avant de reprendre la parole, faiblement.

- Je n'ai jamais voulu couper les ponts, surtout pas avec toi. Je t'appréciais beaucoup, et c'est toujours le cas. Seulement... je me suis rendue le lendemain du second meurtre et... Je n'ai plus eu de moyens de communication... Je suis tellement soulagée de te savoir en vie! ... Pourras-tu me pardonner?

Tu ne voulais plus agir en étrangère avec lui. Il te manquait, le temps où vous parliez des heures au téléphone, jouant de la musique à côté, pour le seul plaisir de jouer ensemble. Le seule plaisir d'être ensemble, ou tout du moins, momentanément. Vous étiez amis autrefois, et tu avais envie de croire que cela puisse être encore le cas hoy dia.



Merci à Road pour le kit ~
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/03/2015
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: