AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Des retrouvailles... inattendues !

Lun 16 Nov - 13:06
Cela faisait maintenant plusieurs semaines que j'étais arrivé à Ciguèstraz et je commençais donc peu à peu à m'habituer à ce climat tendu constamment. On peut même dire que c'était devenu quelque chose de quotidien au final et que, du coup, je ne voyais pas trop comment faire sans cette sensation d'être tout le temps à l'affut de la moindre connerie d'un détenu, ce serait le chaos total.
Malheureusement, malgré cet engouement certain à aller tabasser du méchant quelque chose me trottait dans la tête à tel point que je me mettais en retard pour sortir de l'appartement à réfléchir à un truc que j'avais vu récemment.
En effet, quand je feuilletais, sans pour autant y prêter attention, les dossiers que Road m'avait demandé de lire je m'étais retrouvé sur un dossier portant un nom qui m'était familier.. Lottie Yami.. Ce nom me disait tellement quelque chose mais je n'arrivait pas à me souvenir de son visage. C'est en ouvrant le dossier que je voyais que la photo en question avait disparu mais qu'il ne restait qu'une description approximative de la détenue. Tout ceci me permettait de mettre un visage sur la personne qu'il me semblait connaître. Une seule chose ne semblait pas correspondre à l'idée que je me faisais de la personne en question.. Les cheveux blancs. La Lottie que je connaissais ne possédait pas cette couleur de cheveux. Je me résignais donc à me dire que c'était une autre personne étant donné l'absence de photo et les incohérences de la description.

C'était donc cela qui me trottait dans la tête, moi qui pensait pourtant avoir admis que c'était quelqu'un d'autre je me rendais compte que je n'avais plus entendu parlé d'elle depuis qu'elle avait quitté notre établissement scolaire commun. Le fait est qu'elle n'avait jamais essayé de reprendre contact et que je n'avais plus essayé de la joindre non plus.
C'est ainsi qu'avec des questions plein la tête je me décidais donc à partir au boulot, sinon j'allais encore me faire arracher par la DRH, sans façon.
Je partais donc et décidais de ne plus y penser. Il était tôt le matin et peu de détenus étaient debout... Tous des fainéants tiens. Je marchais donc dans les couloirs en quête de justice à répandre sur la tronche de quelques détenus mais personne ne s'était décidé à faire de conneries ce jour-là, bien heureusement pour eux, bien malheureusement pour moi.
Mais, dans la vie il faut savoir s'adapter donc, à défaut de pouvoir exercer mon travail, je m'en allais donc faire une pause dans la cour intérieure afin de fumer une petite clope pour me détendre un peu..
J'arrivais donc dans cette cour et décidais de m'asseoir sur un banc et d'allumer ma clope..

- Aahhhh, y a pas à dire, ça fait du bien.

Je commençais à me détendre doucement de n'avoir pu taper personne quand je me rendais compte que quelqu'un s'agitait dans le fond de la cour mais de là où j'étais je ne voyais rien donc je décidais de m'approcher discrètement afin que la personne en question ne me voit pas et tandis que j'étais derrière elle je me rendis compte que la personne était une jeune femme qui tanguait "Vos clopes dans un cendar bordel !" sur l'un des murs de la cour. Ça me fit rire intérieurement puis je décidais donc d'intervenir afin que quelqu'un puisse nettoyer ça rapidement.
Je m'approchais donc discrètement de son oreille puis lui dit...

- Tu veux que je t'aide peut-être ?

Je voulais vraiment savoir ce qu'elle allait me répondre et surtout qui était capable de faire en pleine journée sans aucune vergogne, comme ça à la vue de tous..


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Lun 16 Nov - 23:00


Kinder surprise


Octobre, cycle 1

Allongée dans l'herbe, un pétard aux lèvres, je divague un peu, dans mon esprit, c'est l'anarchie. Je me fais un petit bilan sur papier de mes semaines. Ça fait combien de temps déjà que je suis là ? Bientôt trois semaines. Walla, ça fait pas si long que ça. Mais c'est passé assez vite quand j'y repense. J'ai pas vraiment de personne à qui me confier, mais je m'amuse et c'est le principal. Je fais pas super attention des gens qu'il y a autour de moi. Fin, les gardiens tout ça, je les vois de loin, j'en ai un peu rien à foutre, je fais mes conneries de mon côté, je fais mon jardin. Fin, je fais pas chier quoi. J'ai rien à leur devoir, et je m'en balec.

Fin, bref, aujourd'hui, j'ai trop rien de prévu. Jouer à la guitare, écrire, lire. Le quotidien quoi. Mais j'ai genre une impression de déjà vu, depuis quelques semaines, chez pas un mec que j'ai déjà croisé sûrement ou qui me fait penser à quelqu'un. Fin, quoi qu'il en soit, je me pose pas trop de questions, de toute façon, le bédo ou les pilules me font arrêter de penser. Ouais, en ce moment, je suis h24 défoncée, même quand je fais du jardin. Mes potes de funstart qui ne sont pas coincés du cul, et qui ne pense pas qu'à se repentir, blabla. M'ont dit que c'était le temps d'adaptation. Pourtant, je me suis habituée non ? Fin, je me lève tous les jours à la même heure, je fais les mêmes trucs. Je sais pas trop pourquoi ils me disent ça, je ne repense même pas à mon passé. Genre, comme si je re construisais une nouvelle vie, mais en prison. Je laisse celle du passé derrière moi, j'ai pas le temps de toute façon. Peut-être que je me voile la face ? J'en sais rien, je suis trop à l'ouest pour pondre quelque chose d’intéressant quand ça parle de moi.

Je me lève enfin, je me les pèle un peu. Je ferais mieux d'aller squatter la cour intérieure, mais y'a pas de fleurs ni rien là-bas, c'est ce qui me gave. Faut remettre un peu de vie là-bas, bordel. C'est tout maussade ! Bref, je vais pas passer des heures à parler de ça. Je vais plutôt m'y rendre. Sur la route, je croise des gens, je leurs faits mon plus beau sourire et je taille ma route. La politesse avant tout, mais faut pas trop en demander, je passe ma vie à sociabiliser, parfois, j'ai besoin un peu de repos. Genre, tous les jours, j'ai besoin de minimum 3h toute seule la journée. Pour écrire, pour lire sans entendre les gens piailler. Fin, du calme quoi, être avec les animaux qui se faufilent dans la prison, bichonner les fleurs, des petites activités reposantes quoi.

Mais là, ce que je vois m'est pas du tout relaxant, j'arrête directement de chanter. Déjà, les seuls pots de fleurs qui étaient à la cour intérieure, son parterre, explosés sur le sol. Il y a des mégots partout parterre. Et les gens disent rien. Y'en a même qui sont sous mes yeux et balancent leurs clopes alors qu'il y a un cendar juste à côté d'eux. Mais bordel, ils sont aveugles ? Ils sont trop faignants pour se bouger de deux trois pas ? Du coup, je me bouge un peu, moi. Je vais ramasser les pots cassés et les foutre à la poubelle, en lâchant quelques jurons à chaque fois que j'entends un pauvre type rire de moi. C'est-à-dire toutes les deux minutes, mais bon, je lâche des soupirs pour espacer le truc. Je passe au-dessus ça, tant qu'ils viennent pas m'attaquer frontalement à moi, je vais pas les chercher. Mais si ils vont trop loin, je n'hésiterais pas à les recadrer, c'est le boulot des gardiens de base.

Bref, j'ai fini mon petit ramassage d'ordures, et je fume tranquillement regardant, l'extérieur, c'est beaucoup mieux dehors quand même, même si bon, ici, tu peux te faire un aqua en moins de dix secondes. Je reste bien une heure, à savoir comment je vais pouvoir remédier aux mégots parterre, genre pour que les gens arrêtent de les foutre à même le sol. Ça dégrade la sphère. Et on touche pas à la nature devant moi. Du coup, une idée me vient, oh oui, je sais ce que je vais faire. Je me lève et vais chercher le matos. J'ai des bombes de couleurs, je sais plus pourquoi je les avais prises, sûrement pour encore faire une connerie de ce genre-là. Oh bordel, j'adore faire ça, des conneries non mais ça passe le temps et puis là, c'est une connerie avec un sens. C'est pour l'écologie, ouais en fait, je suis en train de taguer un mur en face de la cour intérieur « Vos clopes dans un cendar, bordel ! » Mais, j'ai un mec qui me fait sursauter. « Tu veux que je t'aide peut-être ? » Me dit-il à l'oreille. Tu lâches la bombe prise par surprise. « Putain ! Tu m'as fait beugué, c'est dégueulasse maintenant ! » Dis-je sans faire attention à la personne. J'y peux rien, je suis franche, j'ai pas de calque face à la surprise en fait. et là, quand j'ai fini de parler, je beug. « Merde », je crois que c'est un gardien. Et je l'examine un peu plus. Je le connais bordel. Ouais, il était avec moi à l'école, on se parlait bien tout ça, fin, c'était bizarre, genre, on était totalement différents, mais on se parlait, ouais. Bah, j'étais intriguée par lui. Et je crois que c'était réciproque. « Galaad Harter ? Oh bordel, je suis désolée » Fis-je étonnée. Avant, de regarder le tag à peine fini que je venais de faire. Bien évidemment, j'avais toujours mon bédo en bouche. Je le cachais pas, c'est bon, je m'en fous. C'est trop tard, de toute façon.

Et je viens de re-capter, quand je finis ma taf, que j'étais face à quelqu'un que je connaissais avant d'avoir eu mon choc émotionnel. Et qu'en plus de ça, c'était un gardien. « Ah euh, je sais pas si tu te souviens de moi. C'est Lottie Yami, la fille avec les cheveux châtains de base. Et ça... » Fis-je en m’arrêtant un peu gênée « Bah, vous le voyez bien hein. Je vais pas en parler cent sept ans. » Terminais-je par dire. Bordel, je suis dans de beaux draps.

Codage fait par Corpse²




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2015
Mer 18 Nov - 19:14
Bon alors récapitulons.. Il y a quelques jours je retrouve un dossier d'une fille qui s'appelle Lottie Yami, comme une de mes amies d'enfance, et qui semble être une détenue de Ciguèstraz. Je me sors vite ça de ma tête en me disant que c'était impossible et voilà qu'aujourd'hui, en voulant faire une pause tranquille je me retrouve à arrêter une fille à jouer les tagueuses dans la cour intérieure, possédant des cheveux blancs comme sur la description de cette fameuse Lottie Yami...

« Putain ! Tu m'as fait beugué, c'est dégueulasse maintenant ! »

Elle manquait pas de culot elle à parler comme ça à un gardien mais bon, elle m'avait pas vu on peut donc lui laisser le bénéfice du doute. Après avoir fini de ruminer le fait que je lui avait dégueulassé son oeuvre d'art elle se retourna enfin, afin de me laisser entrevoir le visage de l'insolence incarnée.. C'est ainsi qu'à ma plus grande surprise je reconnut la fille avec qui j'ai passé mes années d'école.. Lottie Yami ! Ça ne faisait aucun doute, c'était réellement elle, je reconnaissais son visage, tout ses traits. Seuls ses cheveux étaient différents mais à part ça elle était restée la même.
Elle semblait d'ailleurs m'avoir reconnue aussi de son côté...

« Galaad Harter ? Oh bordel, je suis désolée »

Je ne savais pas si je devais être content de la revoir enfin, ou bien si je devais l'engueuler pour le tag qu'elle avait fait.. Oh et puis fuck it ! C'est vrai qu'ils ont qu'à les foutre dans les cendriers leurs p**ains de mégots..

" Putain, Lottie mais qu'est-ce que tu fous là ? Je pensais jamais te revoir après que tu sois partie de notre école !

Je laissais donc place à l'étonnement et en même temps, comment aurais-je pu faire autrement puisqu'au final, elle était partie sans donner de nouvelles.. Je m'inquiétais au début, je me demandais s'il ne lui était pas arrivé quelque chose. Mais rien... Au bout de plusieurs mois je décidais donc de me résigner à ne plus jamais la revoir, nous qui aimions tant nous parler pourtant. Et la voilà revenue, comme si rien ne s'était passé.

« Ah euh, je sais pas si tu te souviens de moi. C'est Lottie Yami, la fille avec les cheveux châtains de base. Et ça... Bah, vous le voyez bien hein. Je vais pas en parler cent sept ans. »

Si, elle parlait du tag c'était pas bien grave mais bonc'est vrai que c'est quand même un délit dans l'enceinte de la prison de dégrader le matériel comme ça..

" Écoute, pour le tag ça va pour cette fois, je ne te réprimanderai pas mais sache que s'il te revient des idées comme ça plus tard, avec un gardien dans les parages, que ce soit moi ou quelqu'un d'autre...

Je prenais une clope et l'allumait avant de terminer ma phrase en la regardant avec un regard noir.

... ça ne se passera pas aussi bien pour toi, tu m'as compris ? "

J'avais donc terminé pour la réprimande et l'invitais donc à s'asseoir avec moi afin qu'elle me raconte pourquoi elle était là, moi qui me souvenait uniquement d'une jeune fille calme, assez téméraire mais tellement différente de moi... Je me questionnais donc sur son arrivée ici. Qu'a-t-il bien pu se passer dans ce laps de temps pour qu'elle se retrouve à Ciguèstraz...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Mer 18 Nov - 21:51


Kinder surprise


Octobre, cycle 1

Oh c'est chaud, je croyais vraiment pas le revoir. Il doit m'en vouloir depuis le temps. J'ai jamais donné de nouvelles, je suis partie comme une sauvage. Je voulais pas qu'il me voit comme ça. A la rue, seule, des cheveux blancs, le visage balafrée, des béquilles. Hors de question. Je repensais souvent à lui quand j'étais assise sur le béton à regarder les étoiles. Je me souviens de nos moments passés à déblatérer sur tout et sur n'importe quoi. J'aurais jamais cru qu'on puisse être amis étant donné qu'on était totalement différent, que ce soit niveau point de vue financier que familial et encore un autre sur le plan du caractère.

En plus je viens de lui parler comme une merde. La boulette, franchement je suis vraiment conne.
Je le dévisage un peu. Beaucoup. Ouais bah ça va, je suis surprise. Et je suis vachement mal à l'aise ce qui me fait rougir comme une niaise. Je culpabilise de l'avoir laissé. Et puis, je vois bien qu'il arrive pas trop à savoir si il doit m'engueuler ou faire genre comme si de rien n'était. Mais bon, il choisis vite à ce que j'entends. « Putain, Lottie mais qu'est-ce que tu fous là ? Je pensais jamais te revoir après que tu sois partie de notre école ! » Je souris encore une fois gênée, j'ébouriffe au passage mes cheveux étant donné que je suis nerveuse. « Ah bah... pas la même chose que toi malheureusement. » Dis-je en riant. Me demandez pas, si c'est un rire nerveux ou heureux. J'en sais rien, peut-être les deux. Fin, j'ai un peu peur de la suite quand même. Je viens de taguer un mur là. Je viens de revoir mon ami d'enfance que j'ai laissé comme une merde. Je baisse les yeux automatiquement. Je sens qu'il va m'engueuler, j'aime pas quand il fait ça. J'ai l'impression d'être une gosse. Fin, j'en suis une mais quand même.

« Écoute, pour le tag ça va pour cette fois, je ne te réprimanderai pas mais sache que s'il te revient des idées comme ça plus tard, avec un gardien dans les parages, que ce soit moi ou quelqu'un d'autre... » Me dit-il avant de prendre une clope et me jeter un regard noir. J'aurais du gardé les yeux baissés bordel, je le savais ! « ça ne se passera pas aussi bien pour toi, tu m'as compris ? » Finit-il par dire. Je m'excuse encore ou je la joue marrante ? Ouais, bon, on va éviter quand même, je suis en position de tort. Même, si je ne regrette en rien ce que j'ai fais. Non mais les gens aussi ils ont pas à foutre leurs mégots parterre. « Compris ! » dis-je en lachant un petit soupire de résignation avant de dire en grognant. « Nan mais les gens sont casses couilles à jeter les mégots parterre, c'est pas compliqués quand même. » Oui, bon ça va, c'est sorti tout seul de ma bouche. Mon coté butée et désinvolte a repris bien vite le dessus comme d'habitude.

M'enfin, il m'invita à m’asseoir. Oh, je sens que je vais devoir parler. C'est mort, j'ai horreur de ça. Galaad a jamais su ce qu'il se passait chez moi. C'est pas maintenant que je vais lui dire. C'est pas que je lui fais pas confiance hein. C'est juste que sur ce point là, je suis introvertie. Je tire sur mon bédo, soupirant. « J'ai fait un peu trop de connerie, tu vois. Mais toi alors, je croyais que tu voulais devenir chercheur ? » demandais-je en esquivant le sujet. Je fais des roulades, tralalala. Ouais, bon c'est de la merde mon esquive, j'ai jamais été doué pour ça. Faudrait peut-être que je m'excuse d'ailleurs ? Ouais, ça serait pas mal. Je prend mon courage à deux mains. « Je tenais quand même à m'excuser d'être partie comme ça, sans prévenir tout ça. J'ai jamais été doué pour les au revoir. » Dis-je avant de finir par « Comparée aux conneries. » et je pouffe, en repensant au bêtises que j'avais faite à l'école en présence de Galaad en plus. Oui je suis totalement dans mon monde. Alone Lottie, Alone. «Je repense juste aux conneries que j'ai faite quand j'étais avec toi. » fis-je entre deux rires. « Nan mais aucune limite quoi ! » terminais-je par dire, en prenant un ton de poufiasse. Je suis un cas désespérée, aidez-moi.

Codage fait par Corpse²




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2015
Sam 21 Nov - 0:15
Alors là c'était vraiment fou, de la revoir comme ça, mais après tout j'étais quand même bien content de la revoir. Elle avait pas changer dans sa tête, toujours la même, à être complètement folle un peu sur les bords, mais c'est aussi ça qui m'avait donné envie d'aller lui parler après tout, cette différence énorme en être nous, c'est ce qui nous rapprochait au final.
Bon, après m'être remis de cet état d'étonnement je revenais donc à mes moutons et donc à Lottie en personne.
J'avais des tas de questions à lui poser mais je décidais de rester silencieux, après tout, si elle avait décidé de partir sans dire un mot c'est qu'elle devait avoir de bonnes raisons même si j'aurais bien aimé qu'elle m'en dise plus.. C'est vrai je m'étais inquiété merde ! Bref, j'allais pas chercher à savoir, si elle ne voulait pas en parler je n'allais pas l'obliger.
On continuait donc notre conversation et je venais donc de l'engueuler à propos du tag..

« Nan mais les gens sont casses couilles à jeter les mégots parterre, c'est pas compliqués quand même. »

Elle avait pas tord après tout, et puis ça ne m'étonnait même pas de la voir parler comme ça. Elle avait toujours été franche et désinvolte, contrairement à l'éducation de ma famille qui était basée sur la politesse. La seule chose qui la rapprochait de ma famille était la gentillesse, la joie de vivre, au final. Elle était souriante et c'était ça qui me manquait le plus dans ma jeunesse et c'est d'ailleurs à elle que je dois le fait d'être plus souriant désormais. Même si je suis toujours un enfoiré, on va dire que je prends plus de plaisir à ce que je fais, surtout à faire régner l'ordre ici.
Je souriais donc à sa désinvolture.

" T'as raison ma foi, ils sont cons, on leur en voudra pas. "

Ce fut donc après que l'on s'assit sur un des banc de la cour, ayant hâte de discuter un peu plus avec elle.
Elle lança donc la conversation en répondant à la question que je lui avait posé plus tôt..

« J'ai fait un peu trop de connerie, tu vois. Mais toi alors, je croyais que tu voulais devenir chercheur ? »

Elle avait répondu mais comme je le pensais elle ne semblait pas vouloir me raconter son histoire. Ce n'était pas grave, le fait de la revoir suffisait à me rassurer sur son état de santé au moins et sur comment elle vivait actuellement. Elle semblait d'ailleurs vouloir esquiver la question et m'en posant une elle-même. Je décidais de répondre, après tout ce n'était pas un secret..

" J'étais doué à l'école mais faut avouer que le seul truc dans lequel je me plais c'est taper du méchant si tu te souviens bien. Alors le meilleur moyen de faire ça, c'était encore de venir faire matin ici. Et puis faut avouer que c'est un truc peinard et y a pas beaucoup de connards qui jouent le gros durs donc ça me va. "

Ahlala, ça me rappelait tellement nos années d'école où s'amusait toujours à faire le plus de conneries possibles sans jamais se soucier de ce qui allait arriver ensuite, c'était vraiment le pied ce temps-là. Et puis de l'eau a coulé sous les ponts et rien n'était plus comme avant après son départ...

« Je tenais quand même à m'excuser d'être partie comme ça, sans prévenir tout ça. J'ai jamais été doué pour les au revoir... Comparée aux conneries. »

Il n'y avait aucune raison de s'excuser, elle avait ses raisons pour partir, je n'avais rien à redire là-dessus, c'était déjà une bonne nouvelle qu'elle soit restée en vie tout ce temps alors je n'allais pas l'engueuler pour être partie sans rien dire...

" T'en fais pas pour ça, tu as tes raisons et j'ai rien contre ça, t'as réussi à t'en sortir pendant tout ce temps et c'est ça qui compte le plus.. Et pour ce qui est des conneries c'est sûr que t'étais pas la dernière pour en faire. T'étais même plutôt le première...

Je jetais donc un coup d'oeil au tag sur le mur avant de tourner mon regard vers elle et de sourire..

... et t'es toujours pas la dernière apparemment. "

Elle souriait et rigolait comme elle faisait d'habitude, rien ne changeait, et franchement j'aurais eu du mal à la voir autrement. C'était drôle de se revoir comme si toutes les années qui s'étaient écoulées depuis son départ n'avaient jamais existé...

«Je repense juste aux conneries que j'ai faite quand j'étais avec toi... Nan mais aucune limite quoi ! »

Quel engouement.. Comme si elle parlait au Galaad de son adolescence et non au gardien qui se tenait en face d'elle et ça ne me dérangeait pas plus ça à vrai dire, ça me rappelait de nombreux bons souvenirs que je pensais enfouis mais qui firent leur retour dans ma conscience. Je souriais donc à sa folie, tant barrée soit-elle.

" C'est vrai qu'on était des terreurs à l'époque, on faisait absolument tout ce qui nous passait par la tête sans s'occuper des conséquences.. C'était le bon temps !

Je finissais ma phrase avant d'entamer une autre clope.. Ah, c'est vrai, qu'est-ce que je donnerais pas pour revenir en arrière et faire en sorte qu'on amplifie notre taux de connerie x1000, c'était tellement les meilleurs moments de ma vie...

" Tu sais, je suis content de te revoir enfin. Après toutes ces années, je te retrouve, peut-être pas dans les meilleures conditions possibles mais c'est déjà ça. "

Je la regardais droit dans les yeux, peut-être une façon de montrer que j'étais vraiment sincère dans mes paroles même si je pense qu'elle savait très bien que je l'étais. Tandis que nous terminions notre discussion sur le bon vieux temps, des Carnivors se ramenaient donc dans la Cour intérieure afin de s'en griller une et je ne pouvais pas leur en vouloir, c'est un moment à privilégier dans la journée mais ce qui me gênait le plus c'est qu'il jetaient leurs mégots par terre et ça avait le don de m'énerver mais je décidais de ne pas agir car j'allais pas couper court à notre conversation pour ça. Je détournais donc la tête pour continuer de discuter avec Lottie, espérant qu'elle n'ait pas vu les branquignoles derrière qui jetaient leurs merdes sur la pelouse... Elle aurait piqué une crise...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Mer 9 Déc - 0:06


Kinder surprise


Octobre, cycle 1

            ▬ T'as raison ma foi, ils sont cons, on leur en voudra pas.

            ▬ J'ai toujours raison ! Fis-je du tac au tac, en souriant, prenant un air de madame narcissique qui vaut pas un clou.

M'enfin, bref, après j'ai répondu évasivement à sa question, je voulais pas rentrer dans les détails. Genre, lui dire que j'étais une ex prostituée, droguée et voleuse ainsi que SDF c'est pas trop mon délire quoi. Je veux juste qu'il garde une meilleure image de moi, vous savez la fille joyeuse, ouais. Pas celle qui se pique pour oublier, pas celle qui baise, qui vole dans les supermarchés pour se payer à manger Ouais, je veux juste qu'il me voit toujours aussi joyeuse. Ouais, joyeuse à en crever bordel. Du coup, je ramène maladroitement le sujet vers lui. Bah, c'est vrai quoi, j'avais aussi des questions à lui poser.

            ▬ J'étais doué à l'école mais faut avouer que le seul truc dans lequel je me plais c'est taper du méchant si tu te souviens bien. Alors le meilleur moyen de faire ça, c'était encore de venir faire matin ici. Et puis faut avouer que c'est un truc peinard et y a pas beaucoup de connards qui jouent le gros durs donc ça me va.

            ▬ Putain, oh que oui, je me souviens ! Des barres, les calottes qu'ils se mangeaient les petits merdeux. Ils méritaient que ça de toute façon. Faut pas te faire chier, ça je le sais ! Et puis ce métier te va mieux. Répondis-je en riant, nostalgique un peu beaucoup, sûrement.

Il m'inspirait une forme de sagesse. Bon, ok j'ai horreur de la violence, mais je pars du principe, qu'il voulait faire régner la justice. Et ça marchait en plus, c'est ça le pire ! Alors qu'avant, c'était lui qui se faisait intimider. Tu l'admires pour ça. Ouais, il a su les contrer, il a su s'affirmer. D'ailleurs c'est comme ça que nous avons commencé à se parler vraiment. En effet, je voyais bien ce phénomène, et ça m'énervait à un point, j'ai horreur du rabaissement. Ces petits connards s'en prenait aussi à mes amis. Du coup, je leurs faisais toujours des crasses par exemple en foutant de la colle hyper forte sur leurs chaises histoire qu'ils te tapent la honte. Ou je les lynchais à chaque fois qu'ils me parlaient ou qui faisaient un pas de travers. Bah j'ai toujours été franche alors bon. Et du coup, ça faisait rire Galaad, je pense qu'il aimait bien mes petites provocations, genre la fille qui a peur de rien, qui sourit tout le temps, qui se prend pas trop la tête non plus.  Mais n’empêche que j'avais peur qu'il m'en veuille de l'avoir laissé sans réponse. Du coup, je me suis quand même excuser avec toujours une note de rire.

            ▬ T'en fais pas pour ça, tu as tes raisons et j'ai rien contre ça, t'as réussi à t'en sortir pendant tout ce temps et c'est ça qui compte le plus.. Et pour ce qui est des conneries c'est sûr que t'étais pas la dernière pour en faire. T'étais même plutôt le première... Et t'es toujours pas la dernière apparemment. Termina-t-il par dire.

            ▬ Et bien, je n'ai pas changé en fait. C''est toujours aussi kiffant de faire des conneries avec un but d'ailleurs que ce soit le rire, faire passer un mot tout ça, tout ça. Fis-je en souriant de plus belle, mais tout de même gênée.

Et de ce fait, je repensais aux conneries qu'on avait fait ensemble, et je rigolais toute seule, je suis vraiment folle, les gens pourraient me prendre pour une schizophrène. C'est juste le joint qui amplifie ces effets. Mais bordel, ça fait du bien de rire. Genre, après on est libéré tout ça. Du coup, pour pas passer trop pour une folle, je lui fais part de mes pensées.
           
            ▬ C'est vrai qu'on était des terreurs à l'époque, on faisait absolument tout ce qui nous passait par la tête sans s'occuper des conséquences.. C'était le bon temps ! Dit-it avant de s'allumer une autre clope. Il avait l'air nostalgique, du coup, je lui fous une petite pichnette, histoire qu'il redescende sur terre.  

            ▬ Et on peut toujours continuer à faire les 400 cents coups petiot ! Dis-je avec un petit sourire malicieux.

Bah quoi, j'ai pas changé pour un sous moi, et je changerais pas, j'en ai pas l'envie, je veux continuer à rire, à faire des conneries, à faire rire les gens avec moi. Et puis, j'ai retrouvé mon compagnon de conneries et de discussions. Donc, forcément, que je vais pas rester à rien faire, j'ai pas fini de le décoincer ce petit.

            ▬ Tu sais, je suis content de te revoir enfin. Après toutes ces années, je te retrouve, peut-être pas dans les meilleures conditions possibles mais c'est déjà ça. Me dit-il en me sortant de mes pensées.

Ouais je pensais à ce qu'on pourrait faire pour rigoler. Du coup, je tourne ma tête vers lui, et il me regarde droit dans les yeux. Je lui répond encore une fois de mon plus grand sourire. Ça me faisait vraiment plaisir de le revoir, je me sentais un peu moins seule. Comme si on m'avait re donner une petite partie de moi que j'avais laissé derrière moi, prise par les remords.

            ▬ Moi aussi, ça me fait énormément ziziiiir même ! Genre, on pourrait... Je me coupe, il regarde où là ? Je détourne les yeux et je vois des prisonniers foutrent leurs clopes parterre. C'est une putain de blague ? Ils se foutent de ma gueule ? Finis-je par dire, outrée, un rire nerveux s'installant.

Je me lève, voulant rejoindre ces petits cons. En me parlant à moi-même, du genre « Ils vont pas s'en sortir comme ça ces connards de mes couilles » Ouais, en fin, que des trucs comme ça. Là on me provoque sur un sujet sur lequel je peux pas laisser passer. Je suis pas du genre impulsive, mais là c'est vraiment du foutage de gueule. Je sais pas si Galaad me suit du coup, je me retourne.

            ▬ Galaad, prêt pour une connerie ? On va balancer des petites boules de papier collante en mode discrétos à ces connards, et on va voir leurs réactions, ça va les agacer, ça va être drôle.  fis-je en souriant et en sortant deux sarbacanes, une pour moi et une pour lui. Oui, bon, je suis enfantine, je sais, mais c'est tellement drôle de faire chier. Une bonne petite vengeance, bien énervante en plus.

Codage fait par Corpse²




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2015
Mar 22 Déc - 23:56
Alors là c'était vraiment une mauvaise idée, une très mauvaise idée de leur part que de faire ça devant Lottie. Si elle n'avait pas du tout changé comme elle le disait si bien et comme je le pensais aussi, ils allaient passer un sacré mauvais quart d'heure à faire l'exact inverse de ce qu'elle voulait. Mais je voulais voir jusqu'où elle pouvait aller alors j'attendais qu'elle le remarque et étant donné que j'avais tourné les yeux vers eux elle s'arrêta dans sa phrase et tourna la tête à son tour et vit les malheureux.
Elle prit de suite un air énervé et commença à se lever pour aller les voir.

- Ils vont pas s'en sortir comme ça ces connards de mes couilles !

Je commençais à sourire puis je m'apprêtais à me lever avant qu'elle ne se retourne afin de voir si je la suivais.

- Galaad, prêt pour une connerie ? On va balancer des petites boules de papier collante en mode discrétos à ces connards, et on va voir leurs réactions, ça va les agacer, ça va être drôle.

Je souriais face à ses pensées qui me semblaient être exactement les mêmes que lorsque nous étions enfants. Je réfléchissais donc à ce que j'allais faire parce que, il faut avouer qu'il fallait pas que je fasse baisser ma réputation en tant que que dur à cuire donc je me demandais ce que j'allais faire et puis je trouvais donc ce à quoi je pourrais servir..

- Toujours prêt pour une connerie évidemment, mais pour les boules de papier je te laisse faire je reste derrière toi pour prévenir des éventuelles représailles. J'ai les poings qui me démangent si tu vois ce que je veux dire.

Nous étions donc sur le point d'attaquer l'ennemi et je me levais donc afin de suivre la jeune demoiselle prête à en découdre. C'était marrant de la voir faire comme si elle était à la guerre, comme si nous nous amusions comme durant notre enfance. Un petit sourire amusé et nostalgique apparaissait sur mon visage tandis que la jeune Yami était fin prête à aller les déchirer à grand coup de boulettes de papier. Elle était armée jusqu'aux dents et prête à en découdre. Je me retenais de rire la voyant partir ainsi à l'aventure.

- Fais attention quand même Lottie, reste assez loin ils peuvent être armés.

Je me préparais sérieusement à en découdre puisque les trois zigotos étaient des Carnivors puis j'attendais de voir comment tout cela allait se terminer puisque les boulettes commençaient à voler doucement dans leurs direction mais très peu touchèrent à leurs buts jusqu'à ce qu'une petite boulette touche le visage de l'un d'eux.
Celui ci se tourna vers nous l'air énervé.

- Eh le gardien, tu veux pas demander à l'autre gogole qu'elle arrête ça avant qu'on lui décolle la tête ?!

Je souriais puis m'allumais une clope avant de tourner la tête vers Lottie puis vers eux.

- Je crois que je peux rien y faire, vous l'avez énervé elle m'écoutera pas. Dommage pour vous.

J'attendais de voir comment ça allait se terminer, ça devenait très intéressant...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Mer 23 Déc - 22:51


Kinder surprise


Octobre, cycle 1


Lorsque je me suis retournée genre pour que Galaad vienne avec moi. Parce que oui, l'espace d'un instant, j'étais seule au monde avec mes pensées et mon esprit grognon. Je lui dis mon petit plan, bien agaçant, bien gamin aussi. Lui demandant si il voulait se joindre à moi. Et il sourit. Oui, il me reconnaît bien là. La petite Lottie qui se fait pas marcher sur les pieds quoi.

            ▬Toujours prêt pour une connerie évidemment, mais pour les boules de papier je te laisse faire je reste derrière toi pour prévenir des éventuelles représailles. J'ai les poings qui me démangent si tu vois ce que je veux dire.
            ▬Parfait, monsieur garde du corps ! Prépare tes poings, mais dis le moi avant, tu sais que j'aime pas la violence ! Lui dis-je en fronçant les sourcils, essayant d'être autoritaire, avant de me mettre à rire. Ouais, je sais pas du tout être autoritaire.

Ouais, si y'a bien un truc que j'aime pas en plus des gens qui foutent leurs clopes parterre. C'est la violence. Ça me rappelle trop ma mère. Ça me rappelle ses coups à répétions sans que je puisse rien faire. Du coup, quand y'a bagarre je peux très vite partir en courant pour gérer mon stresse, parce que ouais, je peux me taper des crises d'angoisses, bien que je les contrôle un peu plus, quand ça va trop loin, je contrôle plus rien.

Il se leva donc par la suite et me suivi. Je préparais tout, ouais, j'étais prête pour la seconde guerre mondiale, bien que là, ça allait plus ressembler à la guerre des boutons... Je faisais ça, le sourire aux lèvres, levant les yeux vers Galaad, pour voir ses réactions de temps en temps. Il était nostalgique mais amusé. Du coup, je lui répondais toujours d'un grand sourire, ou je lui tirais la langue. Ouais, je suis une grosse gamine, et je m'en fiche. Je suis prête, j'ai ma sarbacane, mes boules de papier collante.

            ▬ Je suis prête pour partir à la guerre chef !  Dis-je à Galaad, en  faisant le mouvement des militaires. Il se retenait de rire. Ça me faisait plaisir. J'aime bien passer pour la petite fille stupide et immature.
            ▬ Fais attention quand même Lottie, reste assez loin ils peuvent être armés.  J'haussais un sourcil. Genre pour lui dire, je m'en bas les ovaires. Tu crois vraiment que j'ai peur ? Je suis une inconsciente, une casse cou. Une casse couille aussi. Mais je les emmerde profondément.

Et je jette des petites boules de papier, je m’éclate vraiment, parfois je m'exclame. En mode « Presque » « Allez Lottie tu peux le faire ! » Et là, je réussis.

            ▬ BORDEL ENFIN YES! m'exclamais-je. Ouais, je suis fière de mon coup. Ils sont énervés. Ouais, ils se retournent vers Galaad et moi. Moi, j'ai un sourire triomphant.
            ▬ Eh le gardien, tu veux pas demander à l'autre gogole qu'elle arrête ça avant qu'on lui décolle la tête ?!  Gogole, pardon ? Je rigole à leurs propos. Bordel, quel bande de petit merdeux.

Galaad lui sourit et s'allume une clope en mode posé, avant de tourner la tête vers moi et vers eux.
            ▬ Je crois que je peux rien y faire, vous l'avez énervé elle m'écoutera pas. Dommage pour vous.
            ▬ T'es un petit provocateur Galaad ! Lui chuchotai-je.

Et je m'avance vers eux. Leur balançant en souriant pleins de boulettes.

             ▬ Si on a plus le droit de s'amuser maintenant ! Rayais-je. Puis, je soupire. Ahalalala, je m'éclatais bien moi à vous balancer des petits boules de papier exactement aussi insignifiantes que votre vie. Continuais-je désespérée, en mode théâtre. Mais surtout bien piquante. j'ai pas ma langue dans ma poche. Oui, je suis provocatrice. Trop d'ailleurs.
            ▬En fait, c'est simple, je vous excuse si vous savez pas lire, c'est peut-être pas de votre faute, fin pas totalement. Mais bon, à ce que je vois vous savez entendre. Donc, je répète gentiment « Vos clopes dans un cendar bordel ». Terminais-je par dire.

Mais là euh, ça se passe pas comme prévu. Ils restent sur le cul au début. Et un me balance en me poussant brusquement.

            ▬Tu sais à qui tu parles, là petite gamine ? On peut te défoncer en moins de deux. »

J'étais maintenant encerclée. Mais je savais que y'avait Galaad pas loin, qu'il allait venir dans tout les cas. Je restais zen, bien que j'eus un haut le cœur lorsqu'il me poussa. Un truc qui l'espace d'un instant m'enfoncèrent dans les ténèbres.

            ▬ Non, et je m'en bas la race, vois-tu. Mais oublies pas que y'a un gardien pas loin. Tu veux me péter la gueule ? Il te la pétera avant sale con. Répondis-je froidement avant de lui balancer un sourire.

Mais le cercle se renferme sur moi. Genre, comme si, ils avaient pas capté qu'il y avait un gardien à deux pas d'eux. Ils sont bien des Carnivors. J'ai quand même un peu peur là. Ils ont des regards menaçants et ils me poussent, genre comme si on faisait le jeu de la bouteille en plus violent et largement moins sécurisant. Mais je me laisse faire, parce que je me suis toujours laissée faire. C'est comme ça. Je connais bien ce schéma. Ça insulte, ça cogne et ça repart. Les ténèbres ont pris place en moi.

Codage fait par Corpse²




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2015
Mar 29 Déc - 2:58
Elle avait réussi à toucher sa cible. Félicitations à elle mais là ça partait un peu en steak pour elle. Elle les avait provoqué comme elle sait si bien le faire et à peine avait-elle terminé de parler qu'elle se retrouvait déjà encerclée par ceux-ci et bousculée de part en part. Je savais que ça allait en arriver là mais pas si rapidement. Je me décidais donc à les mettre en garde, une fois et une seule. Après tout, peut-être allaient-ils se rendre compte qu'il y avait un gardien juste à côté d'eux..

- Les gars, on va dire que j'aime pas trop comment vous traitez la jeune fille. Donc je vous demande gentiment d'arrêter.

Je mettais mes mains dans mes poches et me levait de ma place en m'allumant une clope. Je la mettais dans ma bouche et tirais une latte en attendant que le chef de la bande réponde. Ils s'amusent tellement tous à jouer les voyous comme ça. C'est bien beau de jouer les gros durs mais c'est inutile si on est complètement con à côté et dieu sait que la plupart de ceux qui jouent les durs dans cette prison sont complètement débiles. Mais bon, il en faut aussi après tout et je me demandais du coup, si ceux ci étaient débiles ou non..

- Elle nous a cherché, elle en subit les conséquences, on est des Carnivors, on se laisse piétiner par personne t'as compris ?!

Mauvaise réponse les gars ! J'allais devoir m'interposer.. Non pas que ça me dérange mais ce qui me dérange c'est de voir des gens aussi cons pour désobéir à un gardien.. Je baissa donc la tête et soupirais avant de me rapprocher de celui qui m'avait répondu, la clope au bec.
Je lui tapais sur l'épaule afin qu'il se retourne vers moi. Il tourna donc la tête à mon contact.

- T'es sourd ou quoi ?! Je t'ai dit qu'on voul...

J'en ai marre d'entendre tes conneries mec ! Je lui laissais même pas le temps de finir sa phrase que je sortais une main de mes poches et lui décochais un coup de poing dans le nez. Il tomba par terre sonné, il saignait, peut-être lui avais)je cassé le nez. Bah, c'était pas bien grave.
À la vue de ceci, les autres se désintéressèrent de suite de Lottie afin de se tourner vers moi.

- Alors, deux choix s'offrent à vous, le premier c'est que vous prenez votre pote et vous vous cassez soit vous restez et généralement c'est à ce moment là que vous avez mal.

Ils s'occupèrent de voir si leur ami était bien vivant même si je fais quand même bien attention à ne tuer personne, je ne suis pas là pour tuer les prisonniers.. Juste pour les blesser.
Ils avaient fini d'observer l'état de leur ami et se relevèrent en me regardant.

- On va te faire ta fête !

C'était la meilleure vanne que j'avais entendu ça, ils allaient me tabasser et puis quoi encore ? Bon, ils étaient quatre mais bon, je me débrouillais et il y avait Lottie qui pouvait intervenir aussi après tout. Il fallait donc que je me prépare à la baston et pour cela rien de tel qu'un bon poing américain. Je le sortais de ma poche et l'enfilais sur ma main gauche..

- Dommage pour vous les blaireaux.. Lottie, va chercher quelque chose pour taper du méchant, on va rire.

À peine avais-je terminé ma phrase que l'un d'entre eux se jeta déjà sur moi, à corps perdu, avant de se rendre compte qu'il avait fait une erreur à vouloir m'attaquer seul. J'esquivais son coup et lui décochais un sublime crochet du gauche dans la mâchoire afin qu'il aille rejoindre son ami au pays des songes.
Les trois autres ne furent pas la même erreur et m'attaquèrent en même temps. Même si leurs coups n'étaient pas foncièrement précis, certains firent mouches à cause du surnombre évident d'ennemis. J'arrivais cela dit à en parer la plupart mais le problème majeur était que deux d'entre eux possédaient des couteaux et c'était un handicap certain. Il fallait absolument que j'évite les coups de couteaux car cela serait très handicapant.
Aussitôt pensé, aussitôt arrivé ! Un des détenus me tailladait légèrement le flanc. Rien de très handicapant mais assez pour laisser le temps à un autre de me donner un coup de poing dans les côtes.
Je me reculais un peu, posant une main sur ma plaie afin d'arrêter légèrement le saignement. Je me demandais comment allait tourner cette bataille, il fallait trouver un moyen de les finir...


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Mer 30 Déc - 9:30


Kinder surprise


Octobre, cycle 1

Il me bouscule ces connards. Y'a les ténèbres qui resurgissent, maman pensais-je sur le coup. Mais Galaad est là, si je suis pas capable de me défendre, il pourra m'aider. En effet, je suis tétanisée, je ne peux rien faire. Et j'en ai pas l'envie non plus. Quoi de plus débile que de répondre par de la violence. J'ai toujours préféré les mots. Même si là, je ne dis rien. Je crois que j'en ai assez dit. Je suis vraiment conne. Je soupire, j'en ai marre tralalalala. Oui, je chantonne pendant qu'il s'amuse à faire le jeu du bateau ivre. Faut que les ténèbres partent. TOUT DE SUITE.

            ▬ Les gars, on va dire que j'aime pas trop comment vous traitez la jeune fille. Donc je vous demande gentiment d'arrêter. Dit-il.
            ▬ Moi aussi ça me gave, je suis pas une balle de foot. Trouvez plus original. fis-je avec désespérance.

Ils sont vraiment débiles. S'attaquer à une fille qui exprime son opinion. Bon ok, je suis allée un peu loin mais quand même. Mais de là, à directement se réfugier dans la violence c'est totalement con. Moi, on m'aurait fait chier, je pense que je lui aurais fait une crasse par derrière. Un truc de gamin, encore, une connerie débile mais non plus méchante. Juste un peu humiliant. Je suis une vrai peste je sais. Et eux des vrais cons.

            ▬ Elle nous a cherché, elle en subit les conséquences, on est des Carnivors, on se laisse piétiner par personne t'as compris ?! 

Je roule des yeux. Bordel, ils sont vraiment con. Et imbus de leurs personne. Je hais ce genre de personne, ils ont pas de personnalité, ils sont carnivors. Ils se réduisent à ça. C'est pas génial ? Mais en plus, là, Galaad, intervient. Il lui tapote l'épaule et ce foutu carnivors tourne la tête. Ses clebs arrêtent donc un instant de me bousculer.

            ▬ T'es sourd ou quoi ?! Je t'ai dit qu'on voul...  Essaye t-il de répliquer avant de se manger un poing dans la gueule.
            ▬  Dans ta gueule, connard, ça t'apprendra. Je t'avais prévenu. Fis-je sans aucun regret, juste un peu de pitié pour lui. Fin pour eux. Ils s'étaient tous retournés vers Galaad. Youpi, je suis plus le centre d'attention !

            ▬  Alors, deux choix s'offrent à vous, le premier c'est que vous prenez votre pote et vous vous cassez soit vous restez et généralement c'est à ce moment là que vous avez mal. Fit Galaad le ton froid. Oh la merde, ça va partir en cacahuète.
            ▬ Galaad, ça va partir en caca...  j'ai même pas eu le temps de finir ma phrase, que les autres répondaient. Ouais, ils avaient fini d'examiner leur pote. Même pas ils l'envoient à l'infirmerie. Ils sont vraiment cons ma parole.

            ▬  On va te faire ta fête ! Je ris un instant. Ouais, je me fous de leur gueule.
            ▬  Vous êtes sérieux ? Vous avez aucun cerveau ou quoi ?  Vous feriez mieux d'emmener votre copain à l'infirmerie, plutôt que de chercher la merde, bande de con.  Oups, c'est sorti encore trop vite.

Mais Galaad, enfilait déjà son poing américain. Putain, bordel.
            ▬ Dommage pour vous les blaireaux.. Lottie, va chercher quelque chose pour taper du méchant, on va rire. 

Je reste sur le cul. Putain, je fais quoi ? Je suis pour la paix bordel. J'ai horreur de la violence, rien que de la voir, ça me fait péter les plombs. Mais là on touche à mon ami. Le seul, le vrai. Alors là, ça va pas le faire.

            ▬  Ok je reviens. Fait attention à toi. 

Mais là bam, il se jette sur lui. Je deviens toute rouge, bordel. C'est de ma faute, je suis conne. Du coup, je rumine sans cesse ça pour aller chercher un truc. Je prend une chaise. J'ai rien trouvé de mieux. Je me salis pas les mains désolée, et je prend de la farine au passage. Me demander pas où j'ai trouvé ça, dans un coin de la cour intérieur y'a tout mon stock pour les conneries.

Mais bon, quand je reviens, y'a Galaad, qui est tailladé au flan. Je me précipite vers lui. Me mettant face à lui, pour le protéger.

            ▬  ça va pas trop mal ? Laisse, je vais régler, c'est ma connerie. dis-je avec un sourire triste, parce qu'un coup venait de m'assaillir de coup dans le dos.
            ▬  J'ai prévu de la farine. Je te soignerais après, j'ai ce qu'il faut. » Terminais-je par dire avec un sourire malicieux.

Mais là, bam, je me retourne, je me prend un uppercut dans la gueule et finit par terre. Un instant. Mais là, j'ai la rage en moi. Ça dépasse tout.

            ▬ Bah alors, t'es déjà K.O minette ?  me disent-ils. Je vais les buter. Vraiment. Je prend mon sac de farine et paffe dans leur gueule.

Avant de donner la chaise à Galaad.
            ▬  Euh je peux pas faire ça. Fait ça rapide. Genre maintenant !

Et sans rien dire de plus, je fonce dans le tas tête baissée, leurs faisant des croches pattes et ils gueulaient, la pute, la salope, bref tout ces mots doux. En même temps ils ne voyaient plus rien. Mais je me prend des coups quand même. Bordel, Lottie, tu fais chier.
Codage fait par Corpse²




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2015
Jeu 31 Déc - 0:25
Bon d'accord, ça commençait un peu à sentir la mouise. Moi j'avais, certes, un poing américain mais eux avaient quand même des couteaux. C'est pas génial comme situation quand j'y pense mais bon faut pas y faire attention et se concentrer sur le combat même si quand je regarde bien la taillade je me rend compte que c'est un peu plus profond que je l'aurai pensé. Eh merde, j'aurais pas pu l'esquiver celle-là ? Comme j'ai fait avec les autres ! Bon, en plus je me rend compte que j'ai demandé à Lottie d'aller chercher un truc pour se battre alors qu'elle déteste la violence.. Alors là au niveau débilité je peux pas faire mieux. Mais bon, elle m'a quand même dit qu'elle allait chercher quelque chose donc j'y crois. Je les tiens, encore un peu et je suis bien minutieux et j'esquive chacune de leur attaque.
Je commence quand même à me dire qu'elle en met du temps à trouver quelque chose pour se bastonner. Je désespère un peu mais voilà que je la vois arriver avec une chaise et un sac de farine.. On est vraiment foutus que je me disais.. On peut pas se battre avec une chaise c'est pas pratique. Enfin c'était mieux que rien que je me disais.
Mais là, au lieu d'aller les taper, elle se met devant avant qu'ils ne puissent pas me mettre des coups à moi.

- Ça va pas trop mal ? Laisse, je vais régler, c'est ma connerie.

J'écarquille les yeux et me demande si je suis actuellement en train de rêver puisqu'elle est en train de prendre d'énormes coups dans le dos et qu'elle dit rien, elle est limite contente que ce soit pas moi à la place.

- J'ai prévu de la farine. Je te soignerais après, j'ai ce qu'il faut.

Mais je m'en fiche d'être soigné ! C'est toi que je vais être obligé de soigner si ça continue, il fallait qu'elle arrête d'être devant moi, en se prenant tout dans la tronche. Je reprenais donc mes esprits et m'apprêtais à la dégager de devant eux quand elle se retourna et se mangea un coup dans la tronche. J'allais me précipiter pour l'aider mais elle ne m'en laissa pas le temps puisqu'elle jeta la chaise vers moi, de la farine sur leur visage et elle-même sur eux afin de les déstabiliser. Elle arrêtera donc jamais de se jeter dans le merdier sans penser aux conséquences ? Raah c'est pas possible ça !

- Fait ça rapide. Genre maintenant !

Et en plus elle me dit de me dépêcher ! Mais bon, de toute façon je comptais pas rester planté là à rien faire pendant qu'elle se faisait taper à ma place. Je commençais à me sentir du coupable du coup d'être resté trop longtemps à rien foutre mais il faut avouer qu'elle fait tout trop vite et t'as le temps de rien faire. Ah et puis voilà que je rumine et que je m'énerve tout seul..

- Ah Lottie, réfléchis la prochaine fois bordel !

Je m'approche d'eux, replace mon poing américain et m'approche de la zone de conflit. Je prend Lottie et la jette doucement derrière moi tandis que je donne un magnifique coup de poing dans le premier qui s'effondre à terre et je ne donne même pas le temps à l'autre de réagir que je chope la chaise derrière moi et que je lui défonce la tête avec, celle-ci qui se casse en même temps que deux trois dents du Carnivor.

Bon c'était enfin terminé, j'étais content et je me retournais donc pour voir comment elle allait mais le temps que je me retourne une douleur se lança au niveau de la coupure et je tombais sur les genoux par terre. Je touchais l'entaille mais le sang coulait tout de même et je me demandais comment j'allais faire, comment nous allions faire pour arrêter cette hémorragie.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Dim 3 Jan - 18:31


Kinder surprise


Octobre, cycle 1

Ok, j'ai ramené de la farine et une chaise et il fait une gueule de désespérée, il a cru que je ramenerais quoi ? Je suis anti violence faut pas oublier. Mais bon, quand je vois, qu'il est en difficulté, je me met devant, lui demandant si ça allait et que c'est à moi de régler ma connerie en un sourire, parce que bon, je me prenais des coups énormes dans le dos. Mais je suis tellement habituée à prendre des coups, que ça me fait plus vraiment rien. Juste que les tenebres prennent le dessus sur mon mental. Ça me rappelle ma mère. En plus, ils ont taper Galaad, par ma faute. Putain, je suis vraiment conne. Et lui écarquille les yeux, surement surpris que je me sois mis devant sans rien dire, plutot en souriant.

Je lui ai dit que j'ai prévu de la farine, et que je le soignerais après. Je me retourne et la bam, un poing dans la gueule des carnivors. Alors là, c'est la goutte d'eau qui a fait débordé le vase. Prise par la rage que j'ai en moi depuis bien trop longtemps. Je leur balance de la farine dans la gueule, histoire qu'ils soient déstabiliser. Putain, je vais vraiment les défoncer ces connards. Je balance la chaise à Galaad, lui disant que je ne pouvais pas faire ça et je fonce tête baissée dans le tas, leurs faisant des croches pattes. Oui, je suis une inconsciente. Je vais avoir des bleus partout et je commence à être fatiguée, courbaturée.

Et Galaad, n'est pas vraiment content. Il rumine, s'énervant tout seul. Je suis vraiment débile ma parole. Je réfléchis jamais. Je me sens vraiment coupable de l'avoir mis dans un sale pétrin.

            ▬  Ah Lottie, réfléchis la prochaine fois bordel !
            ▬  Désolée Galaad. Dis-je en rougissant, j'ai honte oui et je culpabilise à fond.

Mais bon, j'ai pas le temps de faire quoi que ce soit d'autre, parce qu'il me prend et m'écarte de la zone de conflit. Bordel, il fout quoi là ? Je regarde donc la bagarre un instant. Trop de souvenir reviennent. Des couteaux me transpercent le cœur. Putain. Reprends ton calme Lottie. Ne pars pas en crise d'angoisse. Je reste à regarder, comme si je beuguais à mort. J'observais sans trop comprendre, genre comme un film en mode speedy Gonzales. Qui va trop vite quoi. Tout défile, le coup de poings bien placé de Galaad, la chaise qui se pètent en deux. Et Galaad qui tombe parterre.

Après avoir fini de beuguer, je me précipite vers Galaad qui est très mal au point. Je stresse, je panique putain de merde. Je pose une de mes main sur son épaule.

           ▬  Putain. Je suis désolée Galaad. Laisse moi regarder. fis-je en bredouillant. Je regarde la plaie, putain, il fait une Hémoragie ! J'enlève mon t-shirt, et appuie très fort sur sa plaie, pour que ça s'arrête de saigner. Je suis courbaturée de partout en plus, mais je trouve cette dernière force.

            ▬  Je vais t'emmener à l'infirmerie.  J'ai pas les soins nécessaires. Fis-je la mine sombre. le prend par l'épaule avec difficulté, je tiens presque plus debout en plus. Génial. Les carnivors sont encore parterre.             ▬  Vous feriez mieux d'aller à l'infirmerie maintenant.  Leurs-fis-je avec dédain. Ils m'ont cherché quoi. Et j'ai foutu dans la merde Galaad à cause d'eux, et de ma provocation en plus. Je cherche des yeux un de mes potes funstart, pour qu'il m'aide à transporter Galaad, parce que je tiens plus là. C'est bon, j'ai trouvé. Il vient m'aider.

            ▬  Hé Galaad, au moins ma chaise aura servit terminais-je par dire en un petit sourire faible. Fallait que j'essaye de le faire sourire.

Codage fait par Corpse²




avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/08/2015
Sam 16 Jan - 0:54
Bordel, les coups de couteau ça m'avait pas manqué franchement. J'étais à terre, ce que je détestais le plus au monde. J'avais peut-être réussi à les finir dans un dernier élan d'adrénaline mais j'en pouvais plus. J'avais perdu trop de sang et ça n'allait pas en s'arrangeant. J'allais avoir besoin qu'on m'aide à me déplacer parce que sinon j'allais rester à genoux un moment.
Mais bon, Lottie décide de venir m'aider, ainsi de regarder la plaie et de commencer à appuyer dessus afin que le sang arrête de couler. Je la regarde, elle aussi est mal en point, elle est bleutée et possède peut-être aussi des côtes cassées ce qui n'arrange rien. D'un coup je me sens mal de m'être énervé sur elle. Elle le méritait pas vraiment finalement, je savais à quoi je m'exposais.

Elle décide de me prendre par l'épaule et me soulève difficilement. Je m'aide en poussant sur mes jambes un peu. Mes forces m'abandonnaient mais je devais trouver le moyen d'aller à l'infirmerie sans encombres et sans qu'ils me portent seuls comme un point mort, je ne supporterais pas ça.
Un pote de Lottie, un mec des Funstarts, décide de venir après son appel afin de l'aider à me porter. Ainsi, à chacun de mes côtés se trouve quelqu'un pour m'aider à marcher. Je souffrais vraiment mais il ne fallait pas que je le montre plus que ça. Je ne devais pas inquiéter Lottie plus qu'elle ne l'était déjà.

- Hé Galaad, au moins ma chaise aura servit.

Je la regarde puis sourit, difficilement certes mais je souris tout de même. C'est vrai que ça aura été tout de même sympa comme manière d'achever l'ennemi même si c'est une certaine perte de temps..

- Pas faux en... effet, haha.. Argh.

On était plus très loin de l'infirmerie et tant mieux parce que je tenais plus trop sur mes jambes et je pense que je commençais à peser sur les épaules des jeunes gens qui me portaient. Je me redresse un peu histoire de montrer que ça pouvait aller encore au niveau du physique mais je peinais tellement en réalité, c'était extrêmement désagréable..
Je regarder Lottie qui, elle, semble s'inquiéter pour mon état au lieu de s'occuper du sien qui est aussi dangereux. Si on ne soigne pas des hématomes et tout ce qu'elle peut avoir ça peut être dangereux, voire très dangereux pour son hôte. Je me redresse donc un peu plus, dans un élan de gentillesse et m'appuie un peu moins sur Lottie tandis que je la prend par l'épaule et l'aide à marcher elle, puisqu'elle semble être en grande difficulté pour marcher aussi ce qui m'inquiétait..

- Eh toi, le pote... de Lottie ! Va.. du côté d'elle.. l'aider à... se porter !

Je pouvais bien me porter quand même, vu le peu de chemin qui restait à faire j'allais pouvoir y aller seulement en m'appuyant un peu sur elle. Et puis, il fallait aider Lottie, c'était bien plus important..

- Mais ! T'es mal en point aussi, il faut que je te porte !

Je lui en pose des questions à lui ? C'est moi le gardien ou pas ? Si je lui dis d'aller aider quelqu'un d'autre que moi il le fait un point c'est tout, il y a pas à chercher à comprendre.

- Tu fais ce... que je te.. dis.

Ainsi, je le pousse du côté de Lottie en me faisant mal par la même occasion mais bon, plus que 50m et on y était alors c'était qu'une question de temps ça allait. On s'approche doucement mais je commence peu à peu à voir flou et c'est rarement une bonne chose mais je ne dis rien et continue d'avancer.
On est devant la porte et là je pousse Lottie à l'intérieur et dit au mec "Tu la fais entrer d'abord, quoi qu'il en coûte !". Je n'avais pas bugué sur cette phrase puisque c'était quelque chose d'important. Elle devait passer avant moi sur ce coup-là, c'était mon devoir en tant que gardien. Je savais qu'elle se laisserait pas faire mais que les infirmières sauraient la foutre dans un lit rapidement.
Je laisse le temps que les infirmières la prennent en charge puis je décide d'entrer mais plus de batteries. Je ne vois même plus flou, je vois un écran noir. Je tombe tout en tentant d'ouvrir la porte. Il fallait qu'elles arrêtent l'hémorragie, sinon j'allais y rester..


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/05/2015
Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: